Culture et confinement, la liste de nos envies de films, livres, musique…

Temps de lecture : 24 minutes

11

Ces longues semaines de confinement vont laisser place à un probable semi-confinement, une forme de liberté conditionnelle. Cette période a été propice à revoir certains films, à relire certains livres, à faire du binge watching (en clair enchaîner une saison d'une série en une fois) ou à redécouvrir certains groupes ou chanteurs.

Chez BonneGueule, nous avons eu envie de vous partager ce qui a rythmé notre vie culturelle à la maison. Et vous, n'hésitez à vos envies dans les commentaires. Bonne lecture. Christophe.

Antoine, graphiste

1. Petite poucette - Michel Serre (Editions Le Pommier) 📚

Livre Petite Poucette Michel Serres

Un "nouvel humain" est né. Et j’en fais partie. Michel Serre le baptise Petite Poucette, pour sa capacité à envoyer des SMS avec son pouce. C’est l’écolier, l’étudiante d’aujourd’hui, qui vivent un tsunami tant le monde change autour d’eux.

Nous connaissons actuellement une période d’immense basculement, comparable à la fin de l’Empire romain ou de la Renaissance. Une lecture pour comprendre les mondes dans lesquels nous vivons du haut de nos 20 ans.

2. Pourquoi les artistes peuvent changer le monde avec Abd Al Malik

- Vlan #110 🎙

L’imaginaire comme vecteur de changement. Le rappeur Abd Al Malik est convaincu que les artistes peuvent sauver le monde, car en travaillant directement sur les imaginaires, ils sont au cœur du processus.
Il défend l’idée « qu’un artiste est un être qui a le courage d’être vraiment lui-même. Il puise sa force dans la singularité et cela implique que chacun est légitime d’être qui il est. » Si tout le monde change alors le monde changera.
Je vous conseille vraiment tous les podcasts de Grégory Pouy.

3. La Terre inhabitable, vivre avec 4 degrés de plus - David Wallace Wells 📚 (Editions Robert Laffont)

Livre la Terre inhabitable
Les 4°C qui changent tout. Un degré de plus et vous avez l'écart l’écart de température du climat avec la dernière ère de glaciation. Fallait voir ce que c’était : des glaciers jusqu’à Lyon, une calotte de 3km sur toute la Scandinavie et un niveau des océans 120 m plus bas. La loose quoi.
Alors où on va comme ça ? Parce que si on continue la Bretagne est la nouvelle Côte d’Azur. La montée des marches à Quimper. La promenade des Anglais à Vannes. Et puis avec 4° de plus on va tous vivre à poil. Compliqué quand on adore le vêtement et qu'on travaille chez BonneGueule.
Bref. Selon les scénarios projetés par les climatologues nos mondes en 2100 seront fatalement différents. Loin d’être un livre de science-fiction, le journaliste David Wallace Wells l’a segmenté en domaine d'application : la géopolitique, l'économie, l’agriculture, l’habitat… De quoi se projeter dans notre futur commun.

5. Brothers - The Black Keys 🎶

Si vous n'écoutiez pas The Black Keys en 2010 vous avez juste loupé le meilleur album qu’ils ont fait. Alors attrape-moi ce walkman, monte un peu le son, lève-toi et ne tape pas trop fort du pied pour les voisins. Tout va bien se passer.

En bonus
  • Le film Looking for Eric - Ken Loach

Benoît, co-fondateur de BonneGueule

1. Titanium - David Guetta 🎶

Pour ma première recommandation musicale, impossible de ne pas commencer avec le morceau culte Titanium de David Guetta, quitte à faire râler Geoffrey.

Je sais, je sais, je connais les critiques envers Guetta par coeur : « c’était mieux avant », « c’est de la musique showbiz », etc.
Sauf que ce morceau m’a réellement aidé à changer la trajectoire de ma vie, et dessus, j’ai vécu des moments de soirée parmi les plus intenses.

David Guetta au sommet de son art épique, en totale maîtrise et en total contrôle, tout simplement.

2. Somewhere - The Blaze 🎶

Je vais vous faire une confidence : porté par un souffle d’aventure et d’exploration, j’adore les sons épiques, à écouter sur un road trip avec votre meilleur pote, au soleil couchant, en se demandant bien ce qu'il va se passer pour la soirée.

J’ai eu un gros coup de coeur pour ce puissant morceau du très hype groupe The Blaze .

Avec la voix très aérienne du rappeur Octavian, l’instru prend magistralement toute la place dont elle a besoin, avec un très beau climax qui vous emmènera loin, très loin.

3. Arctic - Joe Penna (2019) 📽

Si j’adore les sons épiques, je suis aussi un grand fan des films de survie. Et celui-ci, avec Mads Mikkelsen est très réussi. Glacial, sensoriel, brut, c’est un film de survie crédible entièrement porté par Mads Mikkelsen.

J’ai passé une bonne partie du film à me demander d’où venait son pantalon en Gore-Tex et sa parka et… je n’ai toujours pas trouvé ! Pour sa montre, qui a mine de rien un rôle important dans ce film, il s’agit d’une Seiko.

4. L’amour toujours - Gigi d’Agostino 🎶

J’ai voulu commencer par du Guetta et je termine par Gigi d’Agostino, l’un des papes de l’euro dance et de son monumental titre « L’amour toujours » sorti en 2000. L’un des premiers titres qui m’a fait prendre conscience de mon goût pour l’épique et des mélodies très entraînantes . Il a pas si mal vieilli que ça et est encore régulièrement remixé. Un must have pour créer de la cohésion en soirée et la faire repartir.

Christophe, rédacteur en chef

Pour faire cette liste, je me suis imaginé confiné sur une île déserte, sans connexion au monde et avec un ordinateur d'une capacité de stockage limitée. Donc j'ai opté pour des livres, albums, séries et films que je ne me lasse pas de lire, d'écouter et de voir.
Au moment où j'écris ces lignes, j'entends déjà Jordan, un peu Monsieur Plus chez nous, me dire "mais ta liste est longue, ce n'est pas juste, mois aussi j'avais beaucoup d'autres recos". Ok, tu peux en ajouter si tu veux. #non-je-ne-suis-pas-autocrate.

1. Misery - Rob Reiner (1990) 📽

Pour les films, j'ai raisonné comme un quatre-quart, le gâteau préféré de mon enfance. Voici le premier quart d'angoisse, une bonne part d'angoisse. J'aime bien les adaptations des films de Stephen King au cinéma, de Christine à Ligne verte en passant par Shining de Stanley Kubrick. Misery est de mes préférés, parce que j'ai toujours un goût pour les films en huit-clos, parce Kathy Bates à l'affiche attise toujours mon intérêt.

Signé Rob Reiner, plus connu pour ses comédies romantiques, cette adaptation de Misery tient en haleine de bout en bout. Admiratrice d'un romancier, joué par James Caan, qu'elle retient en otage, Kathy Bates y est incroyable, sombrant au fur et à mesure dans la folie, douce infirmière à la retraite révélant peu à peu dangereuse psychopathe.

2. Arizona Dream - Emir Kusturica (1992) 📽

Pour la part de rêve. Le casting, les images, les paysages, la musique… J'aime tout dans ce film d'Emir Kusturica. Cette histoire est une ode au(x) rêve(s) de ses personnages. Rêves de banquise et de poissons volants pour Axel (Johnny Depp), rêve de voler pour Elaine… L'interprétation de Faye Dunaway qui sombre dans la folie est stupéfiante. Cerise sur le gâteau, un Jerry Lewis drôle et étonnante.

Comme j'accorde beaucoup d'importance à la musique dans les films, celui-ci est sur le dessus de la pile. Tous les morceaux, signés de Goran Bregovic, chantés pour certains par Iggy Pop, sont gravés dans ma playlist.

3. The Grand Budapest - Wes Andersen (2014) 📽

Ça c'est la part de burlesque. J'ai toujours été sensible au burlesque. Et ici, sans surprise, Wes Andersen va assez loin dans le registre. Il nous conduit dans un palace perdu dans la montagne, pour un voyage dans un pays imaginaire en Europe de l'Est, pendant la Seconde Guerre mondiale, où une femme a été tuée. Menée à un rythme haletant, l'enquête est l'occasion de découvrir toute une galerie de personnages étonnants.

Le tout est accompagné d'une magnifique musique signée Alexandre Desplat. Chaque morceau est associé à une scène du film. Et chaque fois que je l'écoute, assez souvent, je revois le film.

4. Little Miss Sunshine - Jonathan Dayton et Valerie Faris (2006) 📽

Dernière part du gâteau, celle de l'humour. Avec l'histoire d'une famille américaine qui va traverser une partie des Etats-Unis pour conduire sa fille de sept ans à un concours de miss pour enfants, "Little Miss Sunshine".

Menée par un père romancier en panne d'éditeur, un fils qui a décidé de ne plus parler, un frère dépressif et suicidaire, un grand-père (très) grossier et dealer, cette drôle de troupe vous dresse le tableau d'une Amérique. Drôle malgré elle.

En bonus, le tout se passe à bord d'un vieux Combi Volkswagen et j'adore les voitures anciennes, ce qui finit de me faire aimer ce film.

5. La quatrième dimension 📺

C'est la série de mon adolescence, mon rendez-vous du samedi. Je me souviens avoir été scotché devant l'écran. En noir et blanc, créée entre 1959 et 1964 , on ne voit rien dans cette série fantastique, on perçoit tout, captivé par la voix du narrateur. Elle sera l'occasion de voir Denis Hopper, Robert Redford ou Charles Bronson jeunes.

A la regarder (elle est diffusée sur MyCanal), on peut se dire qu'elle a déjà tout (ou disons beaucoup) inventé de nos séries actuelles. Et ce générique, qui s'imprime à jamais dans votre esprit à la première écoute.

6. Narcos - Netflix 📺

Cette série à voir sur Netlfix est aussi glaçante que captivante, aussi cruelle que réelle. C'est sa réalité qui la rend d'ailleurs si cruelle. Elle raconte vous l'aurez compris les origines du trafic de drogue au Mexique au début des années 80 et la lutte de ce cartel contre les autorités.

Si la force de cette série tient dans son écriture et son interprétation, sa dimension documentaire fait réellement froid dans le dos.

7. American Horror Story saison 4 - Freak show - Netflix 📺

Parce qu'en regardant cette série vous allez oublier que vous êtes confinés. Et une fois la série terminée vous êtes ok avec l’idée de l’être. La saison 4, Freak show, est clairement et de loin ma préférée de toutes les saisons d'American Horror Story. Elle s'y déroule dans un cabinet de curiosités, avec son lot de "monstres" : plus petite femme du monde, sœurs siamoises à deux têtes,  à trois seins ou sans jambes, homme aux pinces de homard…

A leur tête une femme à poigne, Elsa Mars, interprétée par Jessica Lange. A ses côtés, une femme à barbe au caractère bien trempé jouée par Kathy Bates, magistrale.

En Floride dans les années 50, toute cette troupe va devoir combattre une "âme maléfique". Tous sont prêts à se battre, malgré leurs différences. Qu'on finit par oublier au fil de la saison, au bénéfice de leur sensibilité.

8. Plaidoyer pour l'altruisme, la force de la bienveillance - Matthieu Ricard (Editions du Nil) 📚

La bienveillance est un sujet pour moi. Je l'entends trop, partout tout le temps. J'ai dans ma vie professionnelle côtoyé tant de gens qui se disaient bienveillants autant qu'ils l'étaient peu, si peu.

Donc, depuis ce temps, j'exprime une réserve à l'égard de tous ceux qui se disent bienveillants, qu'il s'agisse des hommes ou des entreprises. Dans ce contexte, je me suis remémoré ce jour où j'avais interviewé Matthieu Ricard, généticien devenu moine bouddhiste, très proche du Dalaï Lama, dont il est l'interprète en français.

Dans cet ouvrage, sa vision du monde est d'une telle sagesse que sa lecture nous fait nécessairement réfléchir à nos propres actes. Après on porte un regard différent sur quantité de sujets qui peuvent rendre notre quotidien difficile.

Pour revenir à la bienveillance, que tous ceux qui s'en réclament lisent et relisent cet ouvrage encore et encore.

Je vous recommande aussi la lecture de ses entretiens avec le philosophe et essayiste Jean-François Revel.

9. Raymond Queneau - Exercices de style (Folio) 📚

Je ne me lasse pas de prendre et reprendre de petit livre. Cette histoire banale dans un bus parisien, racontée de 99 fois différentes. Raymond Queneau excellait tant dans son sens de la rhétorique. Pour, info un pardessus joue les premiers rôles, avec un bouton.
Avec Paroles de Prévert, Exercices de style, qui tient dans la poche, n'est jamais loin de mes yeux.

10. L'intégrale de Paris Dernière - Béatrice Ardisson 🎶

Pendant presque 10 ans de 1995 à 2006 sur Paris Première, tard le soir, Frédéric Taddeï nous faisait découvrir Paris dans Paris Dernière, caméra légère au point. Ce n'est tant pas son émission qui m'intéresse, à mon goût trop précieuse et prétentieuse, que la musique qui l'accompagnait.

Et là pour le coup, le talent de Béatrice Ardisson pour revisiter des classiques de la chanson, du rock, de la soul… est évident. C'est tellement riche, tellement varié, que vous êtes sûr de trouver un morceau qui correspondra à votre humeur du moment.

Et comme j'adore les reprises (ou covers), je me suis concocté une playlist avec toutes les interprétations d'un même morceau.

En bonus :

  • Short Cuts de Robert Altman (1993), parce que le casting est incroyable. Parce qu'on peut douter ce qui relève de la fiction. Parce que c'est drôle.

  • L'intégrale d'Arno, parce que je m'interdis de ne pas le citer dans une sélection. Si je dois n'en garder qu'un sur mon iPhone, c'est lui.
  • L'intégrale des Nuls, parce que c'est absurde. Et toujours aussi drôle, malgré les années.

Cécile, responsable de l'acquisition

1. La Solitude Caravage - Yannick Haenel (éditions Fayard) 📚

La solitude Caravage

Dès les premières pages, l'auteur nous raconte sa révélation, son coup de foudre pour le visage d'une femme peinte, un fragment de toile dans un vieux livre. C'est son premier contact avec la peinture, il a 15 ans, et ce sera le début d'une relation érotique et presque obsessionnelle avec ce visage.

Des années plus tard, il va découvrir l'intégralité du tableau à Rome par hasard. Il s'agit de Judith décapitant Holopherne, sa belle est en fait une tueuse, c'est un choc. Il se prend alors de passion pour le Caravage.

Ce livre est une biographie qui nous invite à regarder les tableaux du peintre milanais avec émotion et au plus près de sa vie tumultueuse.

Pourquoi ce noir intense ou cette lumière quasi sacrée ? Une multitude de réponses, beaucoup de grâce et une envie furieuse de découvrir les oeuvres du Caravage à Rome, Milan ou Naples. Ce livre nous explique que des périodes les plus sombres surgissent les plus grands artistes.

2. À la merci du désir - Frederick Exley (Editions Monsieur Toussaint Louverture) 📚

Couverture à la merci du désir

Si vous ne connaissez pas Frederick Exley, considérez le confinement comme une chance de lire cet écrivain américain. Ici je parle du dernier roman écrit avant sa mort : À la merci du désir.

Vraies ou fausses confessions d'une vie ? Son dernier roman et dernier chef-d’œuvre. L'histoire commence dans un avion en trajet pour Hawaï ou l'auteur rejoint son frère mourant. Au fil des pages, nous revenons sur les épisodes amoureux de sa vie, son rapport à l'écriture.

Il sera très critique sur son œuvre et sur la littérature, il nous parle d'Hemingway et tabasse le milieu ." Il y a chez tout bon écrivain une part d'ombre haineuse, fielleuse et aliénante qui jamais ne pourra se dissimuler sous un costume sur-mesure et à chaque fois que je vois un bon écrivain accoutré ainsi, j'ai toujours cette impression tenace de sous-vêtements souillés et de chaussettes puantes."

Ce livre est passionnant, mélancolique et drôle, c'est une vie sens dessus dessous, avec des fiascos et des personnages qui semblent se battre pour apparaître dans son roman. En somme un lendemain de biture de 440 pages.

3. Station Eleven - Emily St John Mandel (Rivages) 📚

99% de la population mondiale disparaît à la suite d'une grippe foudroyante. Est ce bien le moment de lire ce livre ? Oui parce que c'est une beauté ! Les quelques survivants de cette apocalypse tentent de faire vivre la poésie et le monde "d'avant" en créant un orchestre itinérant : La Symphonie Itinérante

Ils rencontrent prophètes, violences, humains nés dans ce nouveau monde. L'Humanité cherche à se reconstruire et se souvenir, sans tomber dans la folie, car "Survivre ne suffit pas".

David, community manager

1. Home Stream - Nora En Pure 🎶

J'écoute principalement de la musique électronique au quotidien. Depuis le début de cette période de confinement, on voit sur les réseaux de nombreux sets enregistrés dans les lieux de résidence des DJ. Je vous propose un set house plutôt relaxant avec Nora En Pure, que j'ai découverte avec ce titre : Tears in your eyes. C'est parfait en musique de fond pour mon télétravail en tout cas 🙂

2. Le daim - Quentin Dupieux (2019) 📽

Quentin Dupieux est un de mes cinéastes français favoris. Son cinéma absurde, entre crédible et n'importe quoi total m'a toujours fait beaucoup rire. Et sa dernière réalisation, Le Daim, va complètement en ce sens : c'est l'histoire de Jean Dujardin qui déniche le blouson en daim de ses rêves et va vivre de folles aventures avec lui.

Voici selon moi la meilleure réplique du film (ce n'est pas un spoil), qui vous parlera je pense : "Est-ce que j'ai une tête à porter du synthétique ?"

3. Mademoiselle - Park Chan-wook (2016) 📽

Je profite de cette période pour rattraper une liste de films, parmi lesquels Mademoiselle, dernier long-métrage du réalisateur coréen Park Chan-wook, qui s’est fait connaître du grand public avec Old Boy en 2003.

Comme je m’y attendais, Mademoiselle est un excellent film, que je ne peux que vous recommander de visionner. Ce à quoi je ne m’attendais pas forcément, c’est de voir de si belles tenues sur Ha Jeong-woo, l’acteur masculin principal : costume 3 pièces beige, 2 pièces blanc avec chemise rose pâle, croisé rayé gris, black tie… ça fait plaisir à voir.

Gregory, conseiller de la boutique Commines, Paris

1. All that is my own - Nico 🎶

Titre phare de l'album Desertshore, par la muse warholienne échappée du Velvet Uderground, et qui figure au Panthéon de mes chanteuses facvorites. Un titre chamanique, perché, renvoyant au sublime film de Philippe Garrel, "La Cicatrice Intérieure" (1972), entièrement tourné dans des déserts.

2. Yulunga - Dead Can Dance 🎶

On reste sur de l'ésotérique, avec "Yulunga" de Dead Can Dance. Mêlant des influences lyriques et folkloriques à une cold wave hallucinée, ce titre a bercé mes années lycée.

3. Aloha Louie - Michelle Philipps 🎶

Atterrissage en douceur avec Aloha Louie, pépite aux confins de l'easy listening, portée par une Michelle Philipps (ex- Mamas and the Papas) passée experte dans l'art du folk harmonique, ici saupoudré d'une bonne dose de sucre. Sonnez ukulélés, destination Hawai, Aloha !

4. Shake Sugaree - Elizabeth Cohen 🎶

Pour terminer, le hit Shake Sugaree, de la grande Elizabeth Cotten, virtuose autodidacte du blues. Une chanson faussement douce, puisqu'il y est question d'une femme ayant tout perdu. Cotten avait écrit sa toute première chanson à 10 ans, pour ne devenir célèbre qu'après 50. Un titre qui interroge l'idée de rêve américain.

Jérôme, community manager

1. The Deuce de David Simon & George Pelecanos, The Hour de Abi Morgan,  Fargo de Noah Hawley 📺


Trois séries, trois ambiances. Et toujours en filigrane : quelque chose qui a à voir avec le vêtement.

La première The Deuce est la dernière création de David Simon (The Wire, Treme). C’est comme toujours chez lui finement traité et ça raconte beaucoup de la société, des mœurs et de la mode de son époque (le New-York des années 70-80). Si elle raconte l’avènement de l’industrie pornographique, c’est aussi une série sur la grande Pomme dont on découvre un peu ébahi la transformation sur plusieurs décennies : à mi-chemin entre la fiction et le documentaire, avec un beau casting et une bande-son au poil.

The hour est une série anglaise méconnue qui ravira les amateurs de Mad Men. Même époque de départ ici, la fin des années 50, avec cependant Londres et les studios de la BBC comme décor. La série d’Abi Morgan parle politique, espionnage, médias et c’est admirablement porté par Dominic West (The Wire), Ben Wishaw et Romolo Garai. A noter que le style est un atout de plus et que c’est franchement très réussi.

Fargo enfin est une série inspirée du film des frères Coen du même nom. Les trois saisons de Fargo racontent une histoire différente, et la première, tout en atmosphère(s) d’hiver, est de très loin ma préférée. Pour l’anecdote néanmoins, il y a dans la troisième une scène en particulier que j’adore et qui tourne autour d’un cardigan. Je ne vous en dis pas plus, si ce n’est qu’il y a bien sûr plein d’autres histoires de style à découvrir ici.

2. Le Beau Bizarre - Christophe, The Idiot - Iggy Pop, Low - David Bowie 🎶


Ils s’intéressent tous les trois à la mode et ça se voit jusque dans leurs pochettes. C’est une découverte récente pour moi : si les disques ont longtemps été ma passion première, et ce bien avant de plonger dans les films ou les vêtements, force est de constater que tout est finalement un peu lié : Christophe, Iggy Pop et David Bowie ont tous les trois fait de la musique, du cinéma et leur attrait pour la mode est presque indissociable de leur œuvre musicale.

Si l’image et l’histoire de ces trois artistes m’ont toujours attiré, leur musique n’est bien sûr pas en reste. Vous noterez qu’il est souvent ici plus question de sons que de chansons, comme pour se rappeler que les questions de style et d’habillement ne s’arrêtent pas seulement aux vêtements.

3. Histoire des modes et du vêtement - Denis Bruna et Chloé Demey (Textuel) 📚

Histoire de modes et du vêtements livre

Autant vous le dire de suite : c’est un livre dont je n’ai pas encore fait le tour. Richement illustré et tout aussi documenté, le très beau livre de Denis Bruna et Chloé Demey vous apprendra certainement plein de choses sur la mode et les vêtements.

L’histoire commence au Moyen-Age et se déroule jusqu’à nos jours. C’est passionnant et il n’est pas nécessaire d’être expert pour se plonger dedans.

Jordan, rédacteur-styliste

1. Perfidia - James Ellroy (Rivages) 📚

Des Ellroy, j’en ai lu une dizaine. Et dans celui-ci, je ne sais pas pourquoi, je n’arrivais pas à y entrer. C’est que son écriture n’était pas tout à fait la même peut-être.

Dans Perfidia, ce sont des phrases comme des coups de scalpel. Il taille dans le vif et privilégie l’action. Sujet-verbe, sujet-verbe, sujet-verbe. Tout ce qui se dresse entre l’un et l’autre n’a lieu d’être que s’il dit quelque chose de nouveau.

Ce que j’aime chez Ellroy, c’est le contexte historique autour et au sein des intrigues. C’est généralement une situation politique, sociale, économique ou mondiale complexe, sur laquelle il jette des personnages qui doivent résoudre leurs propres épopées psychologiques, tout en se débattant avec des affaires criminelles

.Y’a tout dans Ellroy. J’ai essayé de lorgner ailleurs, je me suis fracturé l’œil. Perfidia, c’est 900 pages. Et si vous voulez vous payer un aller simple pour le Los Angeles post Pearl Harbor, c’est 10€ à la Fnac.

2. Strong enough - Cher 🎶

Je suis désolé. Vous pensiez que j’écoutais du Charlie Parker, la tête dans les nuages à boire du cognac ? Que je hurlais à la lune de mon balcon sur des riffs de Pink Floyd ? Que je me roulais par terre au son du rock’n roll blues ? Eh bien oui, mais j’ai aussi ma part d’ombre.

Et mon grand plaisir, c’est de mettre Strong enough à fond. Je dis bien “à fond”. Si ça vibre pas quelque part alors c’est pas à fond. Je parle d’un objet autour de moi. Parce que le cœur, c’est sûr qu’il vibre lui.

Cette chanson, c’est l’histoire d’une renaissance, elle dit bye-bye à une personne toxique et sûrement qu’elle lui soutire un peu de pognon au passage, j’en sais rien.

Ce qui est fortiche avec Strong Enough, c’est qu’on découvre Cher en philosophe moderne. On y trouve toutes sortes de mantras à se faire tatouer sur les avant-bras du style : “You’ll never change for no one” / “On ne change jamais pour personne.”

C’est pas la profondeur même, ça ? La bonne nouvelle, dans ce contexte de crise sanitaire, c’est que personne ne viendra sonner à votre porte pour vous demander de baisser. Vous avez peut-être le corona. Sûrement même. Ça expliquerait la fièvre qui monte en écoutant cette chanson.

3. In the mood for love - Wong Kar Wai (2000) 📽

C’est extraordinaire. Je ne me rappelle jamais vraiment la chronologie des choses de ce film. Mais j’en retire toujours un sentiment d’exquis. J’ai emporté avec moi comme un bout de sublime, que je mets au frigo pour en profiter encore quelques jours après.

Le temps s’est suspendu et c’était juste pour moi. Le personnage principal de ce film, ce sont les violons du thème et les regards qui se cherchent. C’est fort et ça ne me lasse pas. C’est élégant, c’est entêtant, c’est une gorgée d’un alcool suave et doux et sérieux.

4. The World’s Most Extraordinary Homes - Netflix 📺

Oh le bonheur que ce serait de prendre ses quartiers dans une maison unique, qui nous ressemble et qui soit idéale pour la vie particulière qu’on mène. C’est un souhait cher que j’ai d’habiter une maison décorée avec soin. Une maison de vie, pour recevoir, partager et être entouré par de beaux objets.

The World’s Most Extraordinary Homes est une série disponible sur Netflix qui nous balade de maisons en maisons plus extraordinaires les unes que les autres d’un point de vue architectural.

Je pensais y trouver de la décoration d’intérieure, eh bien pas tellement. Mais il faut dire que, tantôt le gigantisme, l’ingéniosité, le “juste ce qu’il faut” ou l’étrange même nous offrent suffisamment à voir pour regretter qu’on n’y parle pas trop de décoration d’intérieur. Ça se passe tout autour du monde et c’est à couper le souffle, les deux yeux grand ouverts.

Kilian, responsable RH des boutiques

1. L’homme qui ne voulait pas fêter son anniversaire - Jonas Jonasson
 (Pocket) 📚

Couverture livre l'homme qui ne voulait pas fêter son anniversaire
Ce roman est un mélange d’aventure, d’histoire et d’humour que j’ai beaucoup aimé lire. On met notre esprit sur pause et on plonge dans le voyage de ce vieillard qui s'échappe par la fenêtre de sa maison de retraite. A ne pas reproduire en période de confinement, je vous ai à l’oeil.

2. L’homme qui voulait être heureux - Laurent Gounelle
 (Pocket) 📚

Couverture live l'homme qui voulait être heureux
Voici une petite pépite qui se veut simple et rapide à lire, et que je recommande au plus grand nombre ! C’est un livre de développement personnel déguisé en roman. Il m’a beaucoup inspiré et si je ne devais en garder qu’un, ce serait celui-ci 🙂

3. 10 jours dans parler, à méditer 12h par jour - Alex Vizéo 🎙

J’écoute beaucoup de podcasts ! C’est très instructif, il y en a sur tous les sujets et le format me permet de faire plusieurs choses en même temps. En général ce sont des podcasts sur les voyages ou l’entreprenariat, et je trouve ceux d’Alex Vizeo, sur la chaîne “Je t’emmène en Voyage”, très inspirants. Celui-ci évoque une retraite de méditation Vipassana réalisée en Afrique du Sud. Un voyage introspectif et à la portée de tous que je vous recommande de prendre le temps d’écouter.

4. Queen - Rilès 🎶

Rilès est un artiste français que j’apprécie beaucoup et Queen est le genre de morceau qui me donne envie de sauter partout. Heureusement pour mes voisins il ne dure que 2min23.

J'aime beaucoup ce live de FKJ, surtout en télétravail.

Pour me détendre, c’est bien souvent Jack Jonhson qui prend la relève.

Loan, contrôleur de gestion

1. 12 hommes en colère - Sydney Lumet (1957) 📽

Et si le droit de douter était une obligation ? C'est la question de ce huit-clos abordant la discussion d'un juré décidant d'une mise à mort, 12 hommes en colère place un homme face au devoir de douter et de poser des questions, là où la situation semble pourtant si simple.

A l'origine une pièce de théâtre adapté brillamment en film, l'histoire et le récit laissent au spectateur de nombreuses occasions d'observer les interactions entre ces 12 hommes dans une simple pièce. Que ce soit un plaidoyer contre la peine de mort, un débat acharné ou bien une analyse psychologique de l'effet de groupe et les différentes théories de personnalités, c'est un classique à apprécier.

2. Le vent de lève - Hayao Miyazaki (2013) 📽

Initialement prévu comme le testament de Miyasaki avant de renoncer à terminer sa carrière, le Vent se lève est une ode à la dévotion et la passion, celle de l'auteur pour l'aviation ainsi que du héros pour sa carrière.

Le film d'animation traite de la biographie d'un jeune ingénieur en aéronautique mais aussi à travers lui, sans doute celle du réalisateur. Beaucoup moins fantaisiste et magique que les autres films du studio Ghibli, l'histoire se déroulent pendant l'industrialisation du Japon et nous dépeint une société à la poursuite de la perfection à travers un effort inlassable, caractéristique de cette culture.

3. Utopia 📺

Amateurs de photographie soignée, bande son hypnotique et complots, Utopia est faite pour vous. A mi-chemin entre le cinéma et la BD, qui prend une place importante dans l'intrigue, la série anglaise intrigue tant par son esthétisme ou son histoire.

Portée par une magistrale BO de Cristobal Tapia de Veer qui a notamment travaillé sur Black Mirror, cette série démontre le talent souvent trop sous-estimé des Anglais de ce domaine.

4. Mr Robot 📺

Mr Robot ou "si David Fincher devait réaliser une série". S'ancrant dans une réalité à la fois dystopique mais troublante de réalisme, utilisant au travers des saisons l'actualité comme source d'inspiration, la série qui suit la rébellion d'un hacker borderline oscille entre white et black hat. Et ne révélera toutes ses surprises qu'à la fin.

La performance de Rami Malek s'adapte parfaitement au réalisateur s'amusant à déconstruire les styles et expérimenter une réalisation déjà au point.

5. La Horde du Contrevent - Alain Damasio (Gallimard) 📚

La horde du contrevent
À travers son roman de science fiction, l'écrivain d'anticipation Alain Damasio nous emmène dans le pack de la Horde. Un groupe de 23 personnes, toutes différentes mais identiques dans leur volonté d'avancer avec un seul objectif : marcher contre le vent.

Gagnant du prix de l'imaginaire, l'histoire dépeint dans différents niveaux de lecture la question du rôle d'un groupe, de l'appartenance individuelle, la place de la volonté ou l'importance de la réussite. Bien que l'auteur puisse intimider avec sa plume et le roman avec sa taille, se faire une place dans le groupe à travers les chapitres et intégrer la Horde fait partie de l'expérience.

6. Thinkerview 🎙

Car il faut savoir laisser la parole à ceux qui sont les mieux à même de parler, Thinkerview est un think tank indépendant d'interview en live sur Youtube et Facebook, taillant dans le brut, sans filtre et sans montage, pour faire ressortir une parole rare.

Même si on retrouve des figures connues habituées des écrans telles que Elise Lucet, Arnaud Montebourg ou Cédric Villani, ce sont les acteurs de l'ombre qui sont à l'honneur : haut fonctionnaire, dirigeant de grand groupe agroalimentaire, espion de la DGSE ou cadre dirigeant l'Alstom.

7. Rone 🎶

Artiste majeur de la scène électronique/techno, Rone est un artiste capable de tirer tout le potentiel de la musique électronique notamment avec l'utilisation d’orchestres. Il a ainsi été nommé chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres à la suite de son concert à la Philarmonie de Paris.

Mais Rone est plus qu'une musique, c'est aussi une expérience à vivre grâce au théâtre de Châtelet qui lui a donné carte blanche pour la création de sa pièce de théâtre Room With A View. Avec le collectif de danse contemporaine (LA)HORDE, il met en scène une jeunesse multiculturelle face aux enjeux multiples la dépassant et nécessitant de s'unir. À voir absolument

Michel, rédacteur

1. After hours - The weeknd 🎶

En tant que passionné de musique électronique, j’aurais aimé vous proposer un morceau plus « niche » à découvrir. Mais en ce moment, mon coeur va à ce morceau du dernier album de The Weeknd : After Hours.

Je n’écoutais pas ses morceaux jusqu’au jour où l’artiste américain a sorti un EP (My Dear Melancoly) en collaboration avec trois grands noms français de mon univers musical préféré : Guy-Manuel de Homem-Christo (Daft Punk), Gesaffelstein et Nicolas Jar. Forcément, ça intrigue.

Et c’est une belle réussite, la coopération est très fructueuse et j’ai depuis gardé un oeil sur the Weeknd. J’ai bien fait, puisque ce morceau plus récent garde quelques traces de cette influence French Touch. L’ambiance sombre et mélancolique, les arpèges discrets, les kicks doux mais soutenus, tout y est avec un style de production tout aussi semblable. On y distingue même un synthé qui rappelle les productions de Gesaffelstein. Assez pour que je sois allé vérifier si l’artiste avait encore apporté sa patte au morceau : perdu, mais l’atmosphère est bien là.

2. Biopic de Tolkien - Dome Karukoski (2019) 📽

Comme son nom l’indique, ce film raconte la vie de Tolkien, auteur d’une des oeuvres de fiction les plus appréciées au monde : Le Seigneur des Anneaux. On y suit les péripéties de sa jeunesse en pension, son passage par les tranchées de la bataille de la Somme (1916), et la suite de son parcours jusqu’au jour où il posa sa plume sur son premier livre.

Vous y verrez comment le talent de l’auteur et les épreuves qu’il rencontre forgent l’univers de son oeuvre, à laquelle plusieurs références sont disséminées tout au long du film.

Un long-métrage qui fait aussi la part belle aux vêtements que portaient les britanniques aisés au début du 20eme siècle. Vous remarquerez que l’habit y jouit d’un vrai rôle dans la démarcation sociale, et que l’élégance ne suffisait visiblement pas à traverser ces frontières là.

Nicolò, rédacteur et curateur en chef

1. The Man From Earth - Richard Schenkman (2007) 📽

Comment vous donner envie de regarder un film sans complètement ruiner son intrigue, sur laquelle tout son intérêt repose ?

Bon, alors... Imaginez qu'un homme, d'apparence tout à fait banale, ait vécu parmi nous depuis la préhistoire, sans jamais vieillir d'une seule année après ses quarante ans.

Imaginez maintenant qu'à l'occasion d'une fête organisée pour son déménagement et son départ, il narre à ses collègues, des professeurs d'université de diverses disciplines, l'histoire de toute sa longue vie.

Et je n'en dirais pas plus !

Un récit captivant, déroutant par sa simplicité cinématographique . Mon plus grand plaisir est de voir les réactions d'étonnement et de fascination à toutes

2. Journey Trough the Secret life of Plants - Stevie Wonder 🎶

Tout le monde connaît Stevie Wonder pour les tubes internationaux rythm n'blues, soul et pop qui ont traversé les âges.

Mais c'est aussi le grand éclectisme de ses productions qui lui ont valu d'être souvent qualifié de "génie musical", et on oublie trop souvent qu'il a eu un rôle assez précurseur sur la musique électronique et l'utilisation des synthétiseurs, au moins de leur démocratisation pour le grand public .

Je vous conseille d'écouter les morceaux de cet album : sorte d'Opéra au synthé, dont certains morceaux sont aussi chantés, il retrace la création de l'univers, de la planète Terre, de l'apparition de la vie, du développement des civilisations, via l'expression musicale.

S'il fallait dire les choses simplement : c'est beau, singulier, ça vous transporte, et ça fait voyager. Évadons-nous par la musique à défaut de le faire physiquement.

Pierre-Henri, comptable

1. Le Magasin des Suicides - Jean Teulé 📚

Couverture livre le Magasin des Suicides

"Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort !" Voici le slogan de ce magasin bien singulier. Dans un monde post-apocalyptique, le Magasin des Suicides permet aux gens au bout du rouleau d'en finir.

Grand choix en stock : Cordes, poisons, lames de rasoir, rouillées ou non... Mais dans le petit monde lugubre et mortel de la famille Tuvache, débarque le petit dernier de la famille qui est, lui, plein de vie !

2. Fin du Game - Le Casque et l'Enclume 🎙

Fin du game/Casque et enclume

Deux podcasts sur le jeux vidéo très agréables à écouter. Le premier raconte un jeu et son impact sur le monde vidéoludique. Le second, quant à lui, donne un avis sur des sorties récentes de jeux.

3. No time to die - Billie Eilish 🎶

Rien de moins que la BO du prochain James Bond. Donne très envie de voir le générique de début, avec une construction typique d'un Bond.

4. Pompoko - Hayao Miyazaki (1994) 📽

Peut-être pas le plus connu des longs-métrages de ce studio, mais sûrement le plus actuel. Le récit explique comment l'homme à la fin des années 60, au Japon, s'étend et rase une colline pour y construire des maisons, au détriment de l'habitat des Tanukis, ces rongeurs très connu au Japon. Nos chers Tanukis ont décidé de se battre face à l'homme, et pour cela, quoi de mieux que le Grand Art de la métamorphose.

Thibault, Responsable du développement et de l’expérience retail

1. L'usage du monde - Nicolas Bouvier, Thierry Vernet (La Découverte) 📚

En 1953, deux jeunes suisses bien nés, l'écrivain Nicolas Bouvier et le peintre décorateur Thierry Vernet quittent leurs vies académiques et partent en voiture de la Yougoslavie vers l’Afghanistan.

A une époque ou peu voyageaient, ils nous décrivent au fil de leurs pérégrinations des contrées préservées, riches en entraide, en musique et en rencontres. Le voyage continuera au delà de l’Afghanistan car Nicolas Bouvier finira quatre ans plus tard au Japon.

Ce classique est une véritable invitation au voyage, celui de l'aventure, de l'épanouissement par l'ouverture à l'autre au temps lent, et au hasard des parcours.

2. Peau de Chagrin / Bleu de Nuit - Baloji 🎶

Du son et de l'image. Baloji, rappeur belgo-congolais produit en collaboration avec l'artiste sud africaine Kristin-Lee Moolman un OVNI tantrique de 9 minutes 49 secondes.

Le rythme est envoutant et saccadée, les visuels inspirés des mariages pygmés visitent au fil des scènes la thématique de la passion, de l'ennui, de la sexualité, de la vie et de la mort. C'est un voyage poétique, percutant, à revisiter encore et encore.

4. Amore - Luca Guadagnino (2009) 📽

Je vous conseille le film « Amore » de Luca Guadagnino, cinéaste italien qui nous emmène dans le milieu bourgeois milanais à l'esthétique parfaite et hors du temps.

Emma, incarnée par une Tilda Swinton qui crève l'écran, femme d'un riche industriel textile, mène une vie confortable et sans passion. Malgré elle, elle s’éprend d'un jeune chef, et redécouvre une intensité d'émotion perdue. Au fur et à mesure des sentiments fleurissants, la cadence s'accélère et s'exprime par la couleur un style vestimentaire au début sage puis de plus en plus vif.

5. Treme - HBO 📺

Dans un registre différent, on retrouve Tremel, une production HBO qui tisse en quatre saisons la réalité d'un quartier historique de la Nouvelle Orléans au lendemain du dévastateur Ouragan Katrina (2005).

Sous nos yeux, la reconstruction d'une communauté solidaire qui cherche à ne pas perdre son âme malgré les nombreux challenges post-crise.

Une véritable ode à la reprise de vie et à la préservation de l'identité afro-américaine et créole, ou amateurs de jazz et foodies se régaleront de bout en bout. En bonus, une partie du casting figure aussi dans de The wire, série mythique.

En bonus

Geoffrey, co-fondateur

Musique 


  • Aline - Christophe en duo avec Philippe Katherine
  • In The Midst - Sir Was, mon son en boucle du moment
  • La Dolce Vita - Christophe (feat Sébastien Tellier), ultra émouvant, super touchant, même avec une cigarette dans le nez.

Documentaire

  • Ride the Divide - Mike Dion (2014). Un doc sur la Continental Divide, une des courses d’ultra-endurance les plus dures du
    monde.

Bande-dessinée

Lauriane, conseillère de la boutique rue Madame, Paris

Musique

Livres

Films

Matthieu, conseiller de la boutique à Lyon

Musique

Jeux vidéo

  • Call of duty, pour bien se défouler avec ses potes
  • Belote en ligne sur application mobile

Podcast

Livres

Chaînes YouTube

Films

Séries

Maud, responsable de la boutique à Lyon

Séries

  • Shameless (version US). Série déjantée et un peu immorale sur les bords qui suit une famille de six frères et soeurs dans la banlieue Chicago.
  • This IS us. Encore une famille, dont quatre membres sont nés le même jour, que l'on suit entre New-York et Los Angeles, mais plus émouvante.

Musique

  • San Francisco street - Sun Rai. La musique groovy idéale pour bronzer au bord de sa fenêtre.
  • A Blemish in the Great Light - Half Moon run. C'est le dernier album de Half Moon run, impossible d'en choisir une je les aime toutes. Musique plein d'ondes positives qui nous fait se sentir juste bien, parfait en cette période.
  • Escape - Rupert Holmes. Musique rétro qui donne envie de cuisiner une énième fournée de cookies en buvant une Piña Colada.
  • Meuterei - Emil Berliner. Pour s'ambiancer après un HomeParty (ou avant ou pendant)

Film

  • Inside - Andrés Baiz (2011). Pour nous rappeler qu'on est pas si mal en confinement.
Christophe Christophe

Minitel native devenu digital addict, je dévore l’info où qu’elle soit quelle qu’elle soit, avec appétit et gourmandise, comme tout ce qui se trouve dans mon assiette. Sauf les câpres et les olives. Bon sinon, depuis mon arrivée chez BonneGueule, mes chemises noires sont remisées dans le noir de mes placards. NB : sur la photo, ça ne se voit pas, mais je suis content 🙂

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.