Conseils : comment relooker un ami (ou son petit copain) ?

Temps de lecture : 9 minutes

29

Le relooking est quelque chose qui intrigue beaucoup. Pour peu que vous aimiez la mode, que vous ayez un bon relationnel et que vous soyez soucieux du bien-être de vos amis, vous aurez forcément envie de les conseiller un jour.

Conseiller une personne est bénéfique car cela vous permet de vérifier vos acquis. Avez-vous vraiment compris ce qu’était une bonne coupe ou un bon assemblage ? C'est le moment de le vérifier. Et surtout, votre ami vous demandera sûrement d’argumenter vos choix, ce qui vous obligera à reformuler votre savoir de manière claire et pédagogique. C’est du tout bon pour vous !

Habiller une autre personne vous fait prendre du recul sur vos propres doutes car, quand vous allez lui conseiller une veste et qu’il chipotera sur le cintrage alors qu’il a un budget étudiant, vous lui direz forcément : « Tu te prends trop la tête, elle est très bien, alors prends-la !".

De cette manière, vous verrez ce qui compte vraiment dans une tenue. Et comme moi lors de mes expériences passées, vous dédramatiserez la présence du fameux pli sous la fesse d’un jean neuf...

Première règle d’or : il ne suffit pas de « s’y connaître en mode »

C’est illusoire de penser que vous serez un bon relookeur uniquement parce que vous connaissez de bonnes adresses et que vous savez choisir une veste à votre taille.

L’empathie est prépondérante, tout comme la compréhension du besoin. Quand vous habillez quelqu’un, vous allez vous heurter à l’image qu’il a de lui-même. Et parfois, il y a des gens sensibles qui cherchent inconsciemment à rester le plus neutre possible afin de ne pas se faire remarquer.

Quand on a passé sa vie à s’habiller trop grand et cheap, il est parfois difficile d’accepter une nouvelle image de soi, avec une belle veste élégante par exemple. C’est encore plus flagrant pour les chaussures : faites essayer des bottines à quelqu’un rompu aux Converse élimées et usées, il aura l’impression d’être « trop bien habillé ».

tenue-homme-simple-boots

Pourtant, des boots s'insèrent très facilement dans une tenue sobre. Il n'est pas nécessaire d'avoir un look très travaillé.

Votre rôle en tant que relookeur est d'accompagner la personne dans ce changement d’image, de valoriser cette nouvelle perception qu’elle a d'elle-même. Ce sont votre expérience et votre compréhension de l’autre qui vous indiquent que c’est ce qu’il lui faut, parce que vous avez compris son besoin à l'origine et ses attentes.

Attention, vos goûts ne sont pas les siens. Vous pouvez fantasmer sur une paire de bottines de la marque n.d.c. mais votre ami, lui, n’a peut-être qu’un simple besoin de sneakers. Et il les aimera en cuir suédé alors que vous les préférez lisses.

Peut-être aussi qu’en tant qu’étudiant, il veut des pièces pratiques avec lesquelles il pourra enfiler un sac à dos ou une besace. En revanche, cet autre ami qui vient tout juste de commencer dans la vie active aura plutôt besoin de beaux souliers et d’un beau manteau.

jeune-actif-souliers-manteau-relooking

Un beau camel coat en laine pourra être adapté à vos balades matinales sur le chemin du travail. (Crédits : LES FRERES JOACHIM)

Ce sont des besoins et des environnements à prendre en compte, tout comme la perception qu’il peuvent avoir d'eux-mêmes. Cela demande une grande capacité d’écoute, bien loin de l’arrogance d’une pure modasse qui connaît toutes les maisons de luxe.

Soyez donc particulièrement attentifs aux réponses portant sur certains éléments :

  • Son environnement : Paris ? Région ? Milieu conservateur, artistique ? Entourage éduqué ? Contexte social riche, modeste ?
  • Son métier : chef d’entreprise ? Ingénieur ? Étudiant ? Pilote de jet privé ? Champion de France de bobsleigh ?
  • Sa personnalité : introvertie ? Extravertie ? À l’aise avec les autres ? Dit-il ce qu’il pense ? Faudra-t-il justifier chacune de vos décisions ? Par la raison ou par l’émotionnel ?
  • Ses passions : écouter de la musique classique ? Organiser des soirées électro à Berlin ? Amateur d’échecs, joueur de poker, joueur de jeux vidéo professionnel ...?

Normalement, votre empathie vous permettra de voir les aspects d'une personnalité à mettre en avant via les vêtements. Par exemple, une sensibilité créative peut être mise en avant par une coupe et des couleurs que l’on n’a pas l’habitude de voir ; un côté rigoureux, par une veste bien structurée et des épaules bien nettes.

C'est là qu'on retrouve le vêtement comme étant une expression de soi !

nick-wooster-look-original-homme

Nick Wooster illustre très bien la manière dont une personnalité créative peut ressortir au travers des vêtements. (Crédits : YOUNGJUN KOO/HYPEBEAST)

Faites marcher votre expérience, votre créativité et, avant toute chose : votre intuition.

Deuxième règle d’or : ne conseillez jamais quelqu’un qui n’y est pas ouvert

Dans une telle situation, la personne va rejeter en bloc vos conseils, se montrant hésitante sur tous vos choix. Ne cherchez pas à le convaincre, ça ne servirait à rien : tout se passe dans sa tête.

relooking-homme-difficile

Si vraiment vous tenez à lui faire remplacer son manteau noir râpé et trop grand, exprimez des suggestions plutôt que des conseils :

« Je pense que ce manteau t’irait mieux car la coupe est plus flatteuse. Que penses-tu des épaules qui forment un angle plus marqué ? ».

Notez l’importance des mots soulignés qui permettent d’arrondir les angles ou de justifier objectivement vos remarques.

Par expérience, je sais que ceux qui rejettent en bloc toute notion d’aide vestimentaire ne sont pas du tout ouverts à des vêtements travaillés, fittés ou même tout simplement à la bonne taille (ils ont l’impression d’en faire trop).

Dans ce cas de figure, restez sur des choses hyper simples, bien coupées et avec des couleurs faciles à assortir. Surtout, soyez intransigeants pour choisir la bonne taille.

tenue-homme-simple-bien-coupee

L'association de ces pièces est très basique, tant au niveau des couleurs et des matières que des pièces en elles-mêmes mais, ce qui est notable, c'est le fit global qui met en valeur la silhouette.

Troisième règle d'or : attention à la valeur des choses (et à la perception des autres)

Des différences de perceptions...

En France, et pour l’immense majorité des Français, acquérir des vêtements chers est vu comme quelque chose de superficiel et vain. Du gaspillage d’argent ou un plaisir d’enfant gâté.

changer-look-homme-difficile

Une personne qui n’y connaît rien en mode masculine voit les vêtements de deux manières :

  • Les pièces qu’il peut éventuellement acheter. Autrement dit, le prêt-à-porter low cost et grand public,
  • Le très cher, où il dénoncera des vestes à 1 000 € et autres chemises à 300 €. Bref, s’il veut monter en gamme, il pense qu’il n’existe que les grandes maisons de luxe et que le milieu de gamme n’existe pas.

Un ami de mes parents avait découvert BonneGueule et leur avait ensuite envoyé son point de vue par mail : « Il est très bien le blog de ton fils, mais il est quand même bien snob, car tout le monde ne peut pas se payer des chaussures à 700 € ».

Cela m’a intrigué car je ne crois pas avoir mentionné une seule fois une paire de chaussures à 700 € sur le blog, justement parce qu’on met énormément l’accent sur le rapport qualité / prix. Mais non, pour lui, mode plus haut de gamme que du Zara = chaussures à 700 €.

Cette anecdote illustre bien comme la mode masculine en milieu de gamme (celle dont on parle le plus sur BonneGueule) peut être méconnue, mal perçue et connotée négativement. Soyez vraiment prudent par rapport à ça, je n’ai pas envie que votre ami vous traite de snob parce que vous avez eu le malheur de lui montrer un manteau à 400 € entièrement en laine.

Quand on passe sa vie à rencontrer des créateurs et à voir de belles confections avec des belles matières, on n’est plus du tout choqué par une chemise à plus de 100 €. Ça devient naturel pour nous, car justifié par un travail que l’on analyse rationnellement.

chemise-haut-de-gamme-homme

De la matière à la qualité des coutures, en passant par un col qui se tient, tout y passe et tout compte.

Ce n’est en revanche pas le cas pour quelqu’un qui ne s’y intéresse pas. Si votre ami crie à l’hérésie parce que vous lui présentez des vêtements milieu / haut de gamme, respectez ses valeurs et n’insistez pas.

... Que l'on peut expliquer

Mais avant, encouragez-le à essayer afin qu’il voit ce qu’est une coupe haut de gamme. Expliquez rationnellement pourquoi le vêtement coûte ce prix : lieu de fabrication, qualité et rareté des matières, sérieux du montage, aspect créatif... L'objectif étant de comprendre le vêtement.

Ensuite, sortez de la boutique et allez vers des budgets plus modestes. Surtout s’il s’entête à aborder le moindre vêtement milieu de gamme par le prisme du prix... L'idée ici est de comparer pour mieux comprendre.

"Tu vois cette chemise, elle coûte trois fois moins cher que celle de tout à l'heure mais la matière brille et les coutures ne sont pas propres. Elle vaut son prix certes, mais qu'est-ce que tu veux toi ? Un prix bas ou une qualité élevée ?". Et c'est la réponse à cette question qui fera avancer ou non la réflexion.

Dans tous les cas, vous ne devez rien imposer à personne.

L'organisation type d'une journée de relooking

De l’importance du repérage. Le repérage est une étape capitale et indispensable. Relooker sans faire un repérage, c’est comme demander à un musicien de jouer un morceau sans partition.

Alors évidemment, un simple après-midi shopping entre potes ne nécessite peut-être pas un repérage la veille de toutes les boutiques de votre ville (votre démarche ne s’inscrit pas dans le cadre d’une prestation de service). Mais si vous voulez vraiment bien faire les choses - et vous mettre à niveau sur l’offre en mode masculine locale - le repérage devient obligatoire.

Personnellement, c’est une étape que je trouve très agréable. Vous êtes seul, au calme. Vous essayez des pièces sans pression (car ce n’est pas vous qui allez les acheter), vous sympathisez aussi avec les vendeurs (et vendeuses)... C’est vraiment top !

boutique-french-trotters-homme

C'est l'occasion de découvrir des boutiques vraiment sympa qui ont un univers propre, comme ici à Paris dans la boutique FrenchTrotters.

Au niveau de l’organisation de la journée, c’est extrêmement simple : la plupart des boutiques ouvre à 11h, donc le rendez-vous a souvent lieu entre 10h30 et 10h45 autour d’un café. À ce moment-là, on clarifie une dernière fois les attentes et les besoins de la personne à habiller.

L’accueil est une étape importante, même si vous êtes juste entre amis. En effet, cet ami va vous confier une somme à dépenser : il est important de le mettre en confiance, de discuter à nouveau de son besoin et de le reformuler pour montrer que vous avez compris. La relation de confiance est la clé d’un relooking qui se passe bien, garantissant au "relooké" un apprentissage optimal.

Arrivent ensuite les boutiques. On choisit l’ordre de visite suivant trois critères :

  • L’affluence : on évite à tout prix les boutiques très fréquentées l’après-midi, c’est une plaie, quitte à décaler l’heure du déjeuner,
  • La rareté des pièces : si je sais qu’il ne reste qu’une ou deux vestes en XS dans une boutique, c’est là où je dois aller prioritairement,
  • La géographie : les longs allers-retours entre les quartiers sont pénibles et chronophages, donc j’optimise mon trajet en essayant de faire les boutiques au sein d’un même quartier.

Encore une fois, c’est notre méthode « professionnelle », vous n’avez pas forcément besoin d’être aussi stratégique si vous habitez dans une ville qui n’a que trois ou quatre boutiques qui valent le coup.

S’il fait chaud, arrêtez-vous de temps en temps pour boire un coup. C'est aussi le moment de faire un point et, peut-être, ajuster les besoins / attentes de votre ami. N’hésitez également pas à l'aider à porter ses sacs s’ils sont lourds ou encombrants (ça arrive vite avec plusieurs paires de chaussures).

Enfin, le relooking se finit toujours par un café de débriefing, où on admire les pièces achetées et où vous donnez des conseils pour associer les nouveaux vêtements. Rappelez également à votre ami que vous restez totalement disponible s’il a des questions pour assortir ou entretenir une pièce. Il ne faudrait surtout pas que ses achats prennent la poussière dans sa garde-robe.

Vous pouvez même lui demander lesquels il porte ou non 3 mois après le relooking ! Et si le cas se présente, lui proposer des tenues qui intègrent les pièces qu’il peine à exploiter.

Et maintenant allez, prenez une bière, vous l’avez bien méritée 😉

biere-post-relooking-homme

Petite chose à savoir pour finir : très rapidement après avoir terminé le relooking, vous allez avoir un gros coup de fatigue pendant une heure ou deux (marcher, réfléchir et parler non-stop pendant 7 heures, c’est parfois vraiment épuisant). Pensez-y si vous enchaînez sur un apéro... 😉

Benoît Wojtenka

J'ai fondé BonneGueule.fr en 2007. Depuis, j'aide les hommes à construire leur style en leur prodiguant des conseils clairs et pratiques, mais aussi des réflexions plus avancées.
Et j'ai quelques lubies : le sport en salle, le techwear, et le thé sous toutes ses formes, à raison de plus de trois litres par jour.

Laisser un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Flower !

    C’est effectivement une excellente technique, si l’on cherche bien, n’importe lequel de nos interlocuteurs a forcément un sujet « matériel » qui l’intéresse suffisamment au point qu’il puisse acheter, ou à défaut comprendre et apprécier, ses gammes plus hautes et de meilleure qualité, et ce sujet sera un bon point d’ancrage pour ton analogie !

  • Flower

    Bonjour, concernant la troisième règle d’or « attention à la valeur des choses (et à la perception des autres) », j’ai remarqué comme vous qu’il ne sert à rien d’y aller en frontal.

    D’expérience, mieux vaut faire des analogies avec les centres d’intérêt de votre interlocuteur qu’il maîtrise bien mieux que vous.
    – C’est un informaticien ? Faites l’ingénu, demandez-lui la différence entre un PC à 300 euros et un autre à 2500 euros (« c’est la même chose ! on se fait avoir en payant plus cher ! ») et commencez la comparaison avec les vêtements.
    – Il aime la bonne bouffe de qualité ? A quoi ça sert d’aller dans un bon resto quand on peut aller dans un fast food et bien manger pour 7 euros ?
    – Il fait du tennis ? A quoi ça sert d’investir dans une raquette si chère dans une boutique spécialisée quand je peux en avoir trois pour le prix d’une au supermarché ?
    – etc.

    En rentrant dans l’univers de votre comparse, non seulement il appréciera, vous pourrez mieux lui faire comprendre votre point de vue, et en plus vous allez vous-même apprendre plein de choses !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Starkadh !

    La communauté fait partie intégrante de BonneGueule, et pour moi les commentaires doivent toujours être considérés comme du « contenu dans le contenu » 🙂

    Malheureusement il se trouve qu’à ce jour, on a toujours pas vu d’équivalent à BonneGueule, que ce soit à l’étranger ou en France, chez l’homme ou la femme.

    (Le problème c’est que pour faire ce qu’on fait, il faut avoir une ligne éditoriale indépendante, et comme la source de revenue la plus commune dans les médias de mode provient des partenariats / affiliations…)

  • Starkadh

    Comme d’hab’, super article. Ce qui est tout aussi intéressant à lire (comme bien souvent), ce sont les commentaires laissés par la communauté, notamment ceux de Greg et Valentin Richard que je rejoins à 100%.

    Lorsque j’ai changé ma garde-robe, j’ai eu droit aux fameux « tu vas à un mariage ? », « oh le beau gosse, tu vas draguer ce soir ? » et j’en passe. C’est à la fois flatteur (la preuve que des beaux habits bien coupés changent la donne), et en même temps on sent comme une pointe de jalousie ou même d’attaque. Mais après des explications simples et logiques, tout roule.

    C’est clair qu’en province les gens ont l’impression d’être pris de haut quand on passe des vulgaires converses à des beaux souliers, mais ce n’est clairement pas ça qui m’empêchera d’en porter.

    Idem lorsqu’on veut donner des conseils à ses amis ou collègues, difficile de ne pas paraître hautain pour les mêmes raisons. Avec un peu de doigté ça passe. Par contre, j’ai vraiment du mal à ne pas crier « hérétique, au bûcher » quand je vois des collègues revenir d’une séance de shopping chez Jules avec les mêmes vêtements que leur voisin de droite… Et en être fier ! « Trop drôle, on est jumeaux de T-Shirt, pantalon, chaussure, ceinture et écharpe ! ».

    En général, le plus simple c’est encore de les diriger vers vos articles de ce type 😀

    P.S. : en parlant de relooking, est-ce que vous avez des références du côté des femmes ? Ma conjointe est jalouse depuis que je vous lis héhéhé.

  • Euxane – BonneGueule

    Hello Gui,

    Je pense qu’il ne faut pas que tu te prennes la tête et que tu tentes des choses ! 🙂 Tu verras si ça te plaît ou non, si tu te sens à l’aise ou pas… Mais dans tous les cas faire des erreurs permet d’apprendre !

  • Gui le poulpe

    J’ai lu dans l’article que vous ne faisiez plus de relooking?

    Dommage je serai bien passer par vous un moment ou un autre car j’ai énormément de mal a sortir de mes zones de conforts niveau vêtements. Ne choisissant pas nécessairement de mauvaises pièces j’ai toujours du mal a les assembler pour une tenu. Pour donner le niveau ou j’en suis je suis presque incapable de porter une chemise et des bottines désormais car je trouve ca limite trop habillé.

    Enfin bref voilà voilà

  • Euxane – BonneGueule

    Hello Chris,

    Merci beaucoup pour ton soutien ! 🙂

    Benoît porte une chemise Howard’s sur cette photo !

  • Chris C

    Bonjour Benoit,

    Je suis en Australie (avant Barcelone, Shanghai, Rome, Londres) et je vous suis depuis plusieurs années, vous êtes géniaux donc continuez ainsi 🙂

    C’est quoi la chemise que tu portes sur la photo en profil (cravate verte) ?

    Merci d’avance

  • Luca – BonneGueule.fr

    Je pense qu’un jour on pourras infliger légalement des petites amendes à ces personnes 😀

    Il faut oser le blazer, il faut oser revenir à ces classiques que les hommes boudes tant. Il n’y a pas de honte à être élégant.

  • Greg

    La même, quand je mets un blazer, ou un cardigan sur une chemise, j’ai droit au fameux : « Tu vas à un mariage ? »

  • Rafik – BonneGueule

    Merci pour ton retour Jean-Claude ! J’aurais tendance à partager ton avis et faire fi des autres mais bon, c’est vrai que selon le contexte, ça n’est pas toujours évident.

    Quoi qu’il en soit, combien même on puisse/doive parfois se pondérer, l’essentiel est de se forger un style/une philosophie 😉

  • Rafik – BonneGueule

    Salut David,

    Effectivement, ce n’est pas toujours évident… Après, il y a aussi un arbitrage à faire entre ce que notre environnement attend de nous, ce dont on a envie et ce qu’on peut/veut bien se permettre !

  • Rafik – BonneGueule

    C’est très juste ! L’un des buts d’une telle journée, au-delà du shopping lui-même, est de donner quelques clefs pour la suite. Du reste, Rome ne s’est pas faite en un jour 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Hello,

    En fait quand certains découvrent BonneGueule, ils sont très enthousiastes, et ils veulent transmettre cette passion naissante à leurs amis. Du coup, je leur donne des conseils issus de mon expérience. Ils sont aussi très curieux de ma recette de relookeur, que j’ai simplement voulu dévoiler ici en toute transparence 🙂

  • jean claude

    il est vrai que quand je descends à perpignan, j’ai l’impression que certains regards sont surpris, ou appuyés envers moi (avec mes nouvelles habitudes vestimentaires). je confirme que certaines villes de provinces sont dans des habitudes vestimentaires tournées vers le… style bourrin… mais je pense que ça ne dois pas te décourager, ton style et look t’appartient et tu n’es pas à la disposition de l’avis des tes collègues…

  • David

    C’est un sujet qui avait été abordé déjà sur PG. Je suis tout à fait d’accord et dans le même cas.
    J’ai « osé » le blazer la semaine dernière sur un jeans/sneakers/t-shirt … meme ma femme m’a demande si j’allais à un mariage :)))

  • My Fashion Caprice

    Ce n’est pas toujours évident de « relooker » quelqu’un car même si la personne est ok pour ce changement, les habitudes reviennent vite au quotidien. Pour moi, un relooking est plus qu’une histoire de vêtements ; c’est aussi un état d’esprit à faire évoluer !
    http://www.myfashioncaprice.com

  • Rafik – BonneGueule

    Hello Greg,

    Ton idée est très intéressante. Effectivement, elle montre bien que la façon dont on s’habille est certes une histoire de goûts et d’influences persos, mais aussi de l’environnement dans lequel on évolue. C’est d’autant plus à ton honneur d’avoir dépassé ces a priori pour te concentrer sur toi, même si parfois, cela peut être difficile.

  • Greg

    Bon article qui me donne envie de communiquer ma pensée sur le sujet, en espérant ne pas être trop HS.

    Dans ma ville (de province), porter un cardigan peut être considéré comme du sur-jeu. Dans certains endroits, ou même dans le milieu du salariat : le port de certaines pièces (de qualité) peut se traduire par de l’incompréhension, de la jalousie parfois, ou même souvent être perçu comme de la prétention.
    Exemple, si vous vous pointez au boulot, avec le manteau en laine Jules Tournier de chez BG, et que vos collègues sont tous en parka de supermarché, vous creusez un fossé qui peut simplement gêner votre intégration : vous ne convertirez personne, au contraire. Après, il y a ceux qui ne font pas la différence entre une chemise à 200€ et une à 10€ (qui ressemble à un parachute), mais quand on rentre dans un style travaillé bien que sobre, ça peut être mal vu. Je pense qu’à Paris, on arrive à se fondre dans la masse, et que c’est beaucoup mieux « accepté », mais en province, c’est plus délicat. Il y a une pression sociale à l’égard du vêtement.
    Raison pour laquelle, il est difficile de conseiller quelqu’un évoluant dans un contexte social qui le conditionne à « ne pas trop en faire » (=être plus ou moins négligé). Ça demande une ouverture d’esprit, une remise en question, une prise de conscience, qui au-delà du coût du vêtement, n’est pas à la portée de tout le monde.

  • merci Pierre !

  • thanks 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello jean claude !

    Nous avons sorti un article spécifique pour les conseils concernant les morphos plus fortes (en fait, il y en a un pour chaque morpho qui sort de la moyenne : petit, grand et mince, gros ou corpulent, très musclé…)

    Il suffit d’appliquer ces conseils en leur donnant la priorité sur les autres(qui sont destinés à toutes les morphos, sauf indication contraire) 🙂

    https://www.bonnegueule.fr/tag/comment-shabiller-quand-on-est-gros/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Valentin !

    Tu as tout à fait raison !
    C’est encore plus vrai pour nous, car étant donné que c’est notre boulot il peut y avoir deux réactions à éviter (du moins que j’ai constatées chez mes proches) :

    – Ils se mettent en confiance totale, quitte à ne même plus laisser transparaître leurs propres envies (et ce n’est pas ce qui est recherché)
    – Ou au contraire, ils peuvent voir tout comme trop compliqué, ou bien trop perfectionniste, et rejeter les conseils de bloc.

    Le tact et l’empathie sont tout à fait indispensable si l’on veut se risquer à conseiller son entourage. Et surtout, rester très, très humble, car la question de l’apparence en général (vêtements, sport, ou autre) est quelque chose qui affecte beaucoup de gens profondément.

  • David

    Salut,
    C’est rare de pouvoir dire ca mais il y a une faute au troisième paragraphe (conseillerez)
    Bonne soirée !

    Ps : cela dit super article!

  • Pierre Alanski

    Très très bel article Benoît ! J’avais intégré pas mal de ces points lorsque je guidais un de mes meilleurs amis pour son mariage, mais j’avais évidemment oublié quelques éléments.
    Félicitations en tout cas !

    Pierre-Alex

  • jean claude

    salut
    je remarque juste un détail, une récurrence. ou alors une carence…
    j’ai l’impression que vous faites un focus sur les tailles d’hommes plutôt menus ou de taille standard, S, M, L…
    il est vrai que ce format permet à un mec de plus facilement s’habiller et d’avoir une silhouette élancée.
    que pensez vous des mecs plutôt nombreux qui sont de taille XL (mon cas) voire 2XL, 3XL (j’ai des potes qui sont dans ce format) ? …qui hésitent peut être à appliquer certains conseils issus de votre site …

  • Valentin Richard

    Salut,

    Super article, comme d’habitude. Je crois me souvenir l’avoir lu dans un de vos guides mais c’est bon de faire une piqûre de rappel, notamment sur les suggestions à faire à ses amis. J’ai récemment eu l’expérience avec un des miens où j’avais peur, une fois qu’on a eu engagé la conversation sur son look, de passer pour hautain ou trop critique sur ses tenues, qu’il porte depuis tout de même un moment.
    Les suggestions paraissent effectivement le meilleur moyen de ne brusquer personne surtout quand on évoque les basiques sur l’association des couleurs. Rester emphatique aussi, on est tous passer par le même stade à un moment de notre vie, nous ne pouvons pas parler comme si c’était inée chez nous (enfin chez moi en tout cas).

    Merci et à bientôt !

  • Romain

    Très bon article Benoît ! On sent une vraie bienveillance dans tes propos, ca fait plaisir. Je me demande si tu écris cet article après avoir récemment eu cette démarche. Je serais curieux de savoir quel genre de pièces tu as conseillées à ton ami dans ce cas!

  • Thomas

    Hello Benoît,

    Je vous suis sur la plupart des articles et leurs messages, mais sur ce coup-ci je trouve que le but du texte n’est pas clair.
    Quel est le message?
    Aider un ami à mieux s’habiller? Ou se prendre pour un « relookeur professionnel » l’espace d’une journée?

    Je trouve votre démarche globale géniale. La manière dont vous rendez la mode masculine accessible est fantastique et est une source d’inspiration pour moi.

    Mais là cet article, pour moi, dépasse la limite du simple conseil à un pote. Il professionnalise la démarche.
    On est plus du tout dans le:  » Vient ma poule, on va faire du shopping », avec quelques conseils sur le fit et si la pièce colle à sa personnalité ou encore le rapport qualité/prix.

    Tu décris une démarche précise que vous aviez, et qui était une partie de vos revenus à une époque.
    Tu souligne dans l’article que le lecteur n’est pas dans une prestation de service, et pourtant, tu explique pas mal d’étapes d’un relooking tel que vous l’exerciez en étant rémunéré, SAV compris!
    C’est inspirant, peut être même que cela fera naître des vocations.

    Cependant, étant dans le milieu du développement humain, et aidant aussi les hommes à se sentir bien dans leurs vêtements. Je trouve qu’ici une chose essentielle est ambigüe: le cadre.

    L’article est sympa et comme toujours bien écrit. Mais le titre, pour moi, ne colle pas à son contenu. Ici il s’agit plutôt de: « Comment mener un relooking ».

    Belle semaine à toi et à l’équipe,