Nos conseils sur les sweatshirts

0

Nos meilleurs articles de conseils

Le sweatshirt en quelques mots

Aux origines du sweatshirt

Le sweat-shirt / sweatshirt (littéralement « suer » et « chemise ») est venu remplacer les pulls en laine dans le monde sportif. Mis au point en 1926 par la marque JERZEES, le sweatshirt répond à des besoins spécifiques ; il est facile d’entretien, léger et absorbe la transpiration.

À l’origine, les tricots étaient produits sur des machines à tricoter tubulaires (comme pour les chaussettes). Ces métiers à tricotter permettent d’obtenir un tube de maille sans couture évitant les frottements lors du port du vêtement.

Pratique, le sweatshirt devient le drapeau des équipes dès que les procédés de flocage sont mis au point dans les années 30.

Le sweatshirt se démocratise sur les terrains mais il faut attendre l’année 1963 pour que la rue s’en empare. C’est l’année de la sortie du film « La Grande Évasion », Steve McQueen a encore frappé. Le sweat bleu roi délavé de l’acteur est demandé par toute l’Amérique.

Rapidement, comme pour le tee-shirt, les grandes industries voient le sweatshirt comme moyen de communication et reprennent les procédés de flocage pour diffuser leurs messages. Il se décline en réclame publicitaire, en véhicule de slogans comme en support artistique. Au même titre que le T-shirt, le « sweat » est une pièce mythique du XXeme siècle et devient un « porte parole du moi ».

Les différente matières de coton

Le sweatshirt (toujours en coton) est composé de deux mailles différentes : du molleton pour le corps de la pièce et des bords côtes pour les extrémités (col, poignets et bande inférieure).

  • Le tricot molletonné : C’est un tricot double composé de deux mailles de longueurs différentes. Les plus longues, flottantes vont être coupées, grattées puis rasées pour obtenir une surface duveteuse. Seul l’un des côtés subit les étapes suivantes pour obtenir le molleton.
  • Le tricot polaire : Lorsque les deux surfaces sont traitées, on parle de polaire.
  • Le molleton japonais : On peut également trouver du molleton japonais : tricoté en trois dimensions, il forme une structure en nid d’abeille sur l’endroit de la maille.

Les détails du sweatshirt

  • Le bord côte : Bien nommé (pour son aspect côtelé), il est utilisé pour son élasticité. Il est obtenu par l’alternance de mailles à l’envers et à l’endroit. La largeur et l’épatement des colonnes peuvent varier (2x1, 2x3, etc.).
  • À des fins de personnalisation, la maille peut être sérigraphiée, floquée, cloquée, brodée ou encore imprimée par transfert.

Bien choisir son sweatshirt

  • Vérifiez qu’il soit 100% coton
  • Vérifiez que les bords-côtes reviennent bien en place quand on les tend
  • La couture d’épaule casse... sur l’épaule
  • La coupe est suffisamment ajustée pour ne pas donner un rendu "bouffant"
A propos Geoffrey Bruyere

Je pilote BonneGueule avec Benoît, on fonctionne en binôme. Mais c’est moi qui trouve les surnoms bêtes à l’équipe. J’aime la mode masculine, la boxe, l’art déco, et les filles avec de l’humour. C’est moins vrai pour le lundi matin et le curling.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).