Conseils : Comment faire évoluer son style ? Dire simplement des choses complexes

/

Salut à toute l'équipe de BonneGueule.

Je suis un fidèle lecteur de votre blog depuis maintenant bientôt un an et sachez que je vous félicite. Votre contenu a toujours été de qualité et vos articles très clairs. Je m'intéresse à la mode depuis maintenant un certain moment et essaye d'atteindre un style bien à moi.

Seulement voilà, depuis toujours il y a une question que je me pose et qui je pense peut être déterminante. Comment savoir que l'on avance ? Comment quantifier notre avancée dans le style ? Le style est quelque chose de très "abstrait" et pour cela il est difficile à expliquer. Cependant, je lis et applique les conseils que vous prodiguez. Mais comment savoir si je les applique bien ? Que je suis sur la bonne voie et à quel niveau je suis ?

Merci de bien vouloir m'éclairer sur cette question qui me semble essentielle. Et surtout continuez à faire des articles et à fournir des conseils de si bonne qualité !

Hugo, un fidèle lecteur d'un blog de qualité.

---

Bonjour Hugo,

avant tout, merci pour tes compliments. On aime jouer les modestes, mais sachez que vos retours sont essentiels à la qualité de nos articles, qu'on écrit avant tout pour vous, et qui nous permettent à chaque fois de mieux approfondir notre passion sur le sujet.

Ta question est très intéressante car elle montre bien que tu commences à intégrer tes vêtements non plus comme un "besoin fashion", mais avant tout comme quelque chose de normal dans ta vie de tous les jours. Tu es sur la bonne voie.

Johannes huebl

Comment avoir un "style" ?

Pour te répondre, si je te demandais quel est le titre de ton meilleur morceau de musique, ça te prendrait probablement moins de 3 secondes pour me répondre car tu aurais plus ou moins déjà "une idée" en tête de la qualité du morceau que tu va me donner.

"Qualité" que tu as sûrement travaillé depuis un certain temps en écoutant à peu près tout ce qui se fait sur ton artiste, en le comparant aux autres afin d'affiner un peu plus ton jugement. En clair, s'il te venait à écouter un titre "commercial" ou "classique", tu serais capable de dire pourquoi l'un est plus légitime que l'autre et de l'expliquer à une personne néophyte sur le sujet.

En fringues, c'est un peu la même chose. Sauf qu'il existe dosage plus subtil entre lecture théorique et une connaissance de soi un peu plus poussée.

Laisse moi m'expliquer en te donnant un exemple : lorsque j'ai commencé à progresser dans mon style en lisant à droite à gauche des articles de mode, mes vêtements du samedi/dimanche se résumaient encore à un jean de cow boy Levi's délavé, un t-shirt Diesel en col V bleu piqué, une montre swatch noire rayée par le temps, et une pile de vêtements désorganisés qui traînaient dans mon armoire. Ni bon, ni spécialement catastrophique donc. Juste un peu trop "commun" et difficile à faire évoluer.

Après avoir un peu réfléchi, j'ai acheté pour la première fois mon jean Dior (un 19 cm classique) sur un petit conseil anodin de Benoît. Néanmoins, j'avais tout de même très peur de faire un mauvais choix financier (212 billets monopoly, tu m'étonnes). La plupart de mes jeans faisaient au maximum entre 50 et 100 euros, donc payer le double, c'est assez difficile à concevoir. Mais j'ai pris le risque car je savais que c'était une valeur sûre, et que je ne payais pas uniquement la marque.

Jean apc

Difficile de se planter avec une pièce de ce style

Environ 7 mois plus tard :

  • j'achetais moins et mieux mes jeans,
  • j'avais au total dans ma garde-robe, environ 4 paires de jeans solides (Notify, Dior, Rick Owens, April 77) que je faisais tourner tranquillement, contrairement à la dizaine que j'ai revendu sur ebay,
  • j'avais dû au moins économiser 200 - 300 euros d'achats durant mes soldes.

Il n'y a rien de magique dans ce que j'écris. Ces progrès se mesurent par le fait que :

  • je ne faisais plus d'erreurs, et je savais où regarder sur un jean avant d'acheter,
  • j'avais en tête de prendre un modèle ressemblant de près à mon Dior, devenu ma référence standard sur la question,
  • étant habitué à porter des fringues à ma taille, dès que le fit clochait, je le "sentais",
  • les autres pièces de ma garde-robe devaient avoir un standard proche du jean Dior sinon l'ensemble n'allait pas : ça filtrait pas mal de mauvais achats sur la qualité.

J'avais donc en tête un schéma "pré-établi" qui m'empêchait de faire des bêtises... et donc des retours en arrière (retourner aux baggys par exemple).

La meilleure réponse qu'on peut te donner à ce niveau est une question : quelle est la meilleure pièce dont tu disposes ? Quelle sont les standards que tu possèdes en jean / chemise / veste & t-shirt / chaussure ?

Pour résumer, je pense que pour progresser dans le choix et la qualité de tes vêtements :

  • Avoir des standards concrets pour différentes pièces de ta garde-robe (expliqué dans cet article),
  • Identifier un créateur ou un gars qui se sape bien que tu apprécies, et comprendre pourquoi. S'approprier ce qui est déjà "bien fait" et l'assimiler,
  • Trouver ensuite ton propre style vestimentaire en y ajoutant la cohérence, et en l'adaptant pour ta morpho et tes goûts persos..

Tom Ford

Comment faire évoluer son style ?

Quant à savoir par la suite à quel niveau tu te situes, il n'existe pas de réponses satisfaisantes à ce sujet. Ton style se définit par rapport à ton expérience, ta sensibilité, et surtout l'endroit dans lequel tu vis (être bien habillé n'a pas la même définition partout). En clair, il n'existe pas de "style" car tes goûts évoluent au fur et à mesure que tu découvres d'autres marques, mais aussi de tes projets que tu comptes faire (voyage, lecture, culture).

Et surtout ta capacité à jouer avec les règles. On dit souvent qu'un mec a "du style", parce qu'il est capable de mettre des fringues qui parlent pour lui et qui expriment sa vision, contrairement à d'autres qui se contentent d'être un panneau publicitaire ambulant. Celui qui a une barbe de 3 jours portera une chemise blanche différemment de son camarade à la mèche bien coiffée.

Herno

C'est sûr que sur Pierpoljak, l'effet ne sera pas le même

Pour "évoluer" dans le sens d'améliorer ton propre style, il te faut pour cela acquérir des bases solides aussi bien sur le plan théorique (connaître des marques, ses tailles, et quelques modèles de coupes) que personnel/identitaire (défilés, culture personnelle, photos, sensibilité à l'art en général).

Trop de théorie aboutit à devenir un mouton qui suit les tendances comme on consulte la météo. Trop d'accent sur l'identité conduit à l'excentricité au lieu de l'originalité.

Pour te donner une idée, voici les différents cycles que rencontrent généralement une personne qui se passionne pour la mode :

Tu commences tout d'abord par t'intéresser à l'aspect superficiel des vêtements.

En achetant une marque, un visuel parce que tu ne connais pas trop l'univers de la mode masculine, et que tu recherches une garantie et une sécurité (souvent donné par un prix)...

D'où la réflexion suivante : si c'est cher ou que la marque est connue : c'est que je ne dois pas me tromper. Donc je peux acheter en toute confiance, puisque ces même marques me garantiront également une reconnaissance de mes proches. Tu aimes la mode, beaucoup même. Et tu consultes au moins 10 blogs de mode différents tout en twittant/facebookant à longueur de journée.

Sachez que le total de la tenue fait à peu près 3 000 euros... Ca fait cher le mètre.

Une fois l'univers appréhendé, tu commences par acheter de meilleures pièces et à repérer ce qui fait la qualité d'un vêtement.

Tu aimes A.P.C, les common projects aux pieds, et te dire au quotidien que "less is more" devrait être tatoué sur ton avant-bras. Tu désespères de ne pas trouver plus de pièces basiques de qualité dans les boutiques qui vendent souvent du tape-à-l'oeil.

Ta garde-robe commence à se remplir de pièces solides qui n'ont pas forcément le même univers, mais qui vont bien ensemble. Tu copies un créateur, une photo que tu aimes bien à ta façon. Même si les pièces ne sont pas exactement les même.

Plutôt que de chercher à compliquer les choses, tes tenues sont souvent "simples" dans leur construction et comme l'OM, vont droit au but. Mais tu sens qu'il te manque encore un "petit" truc, une touche perso qui ne te donne pas l'impression de voir les mêmes tenues sur les blogs de mode un peu trop propres.

Propre, simple et bien exécuté.

Tu as une idée plus précise de ce que tu aimes.

Le nom de la marque ne t'importe plus.

Tu enfiles inconsciemment ton jean qui sera associé à une chemise en chambray un peu froissée. L'idée de savoir ce qui est "beau" ou non ne t'intéresse plus. La marque également. Ce qui dicte tes choix, c'est le "sentiment" abstrait, et l'expérience que va te procurer au final l'ensemble de tes pièces. C'est le rendu. Tu sais que tu ne feras de toute façon aucune faute de goût.

L'essentiel est ailleurs, et réside dans ton choix d'assemblage, et la satisfaction personnel d'être "bien" dans tes fringues (qui te refléteront à ta juste valeur). Tes fringues collent parfaitement à personnalité et traduisent parfaitement ce que tu souhaites renvoyer. Paradoxalement, c'est aussi le moment où tu choisis de consacrer le minimum de temps libre à cette passion.

Viridi Anne

Ici, les vêtements prennent une forme abstraite et illustrent un état d'esprit plutôt qu'un "style" à proprement parler.

Plus d'articles sur comment trouver son style

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Hanine 🙂

  • tu as lu le BonneGueule Book ? 🙂

  • Alain

    salut à tous,

    Grâce à beaucoup de conseils et de bonnes lectures tel que votre blog je pense en être à l’étape deux de l’article !

    Et ce que tu as écris, décrit très bien ce que je ressens, mais il reste toujours le problème d’identifier ce dernier coup de pouce qui me fera vraiment arriver au bout de la démarche.

    Je meYahoo suis énormément reconnu dans cet article et j’ai du coup été un peu frustré de pas y trouver la réponse à mes dernières grandes questions.

    Peut être est ce parce que la réponse ne peut se trouver que en nous, mais si vous aviez une petite astuce pour se poser les bonnes questions je suis preneur.

    Bref je ne sais pas si c’est prévue mais une suite de cet article serait super.

  • Geoffrey

    Témoignage très intéressant Yvan ! je sens qu’on va voir de belles choses avec le forum qui s’annonce 🙂

  • Yvan

    JeanJean, j’étais comme toi il y a peu de temps, j’ai ensuite commencé à m’intéresser à la mode et bien sûr ce genre de commentaire a forcément dû suivre. Ces commentaires très bien pensés viennent surtout de personnes qui vivent dans un monde limité, qui n’ont aucune culture et ne s’intéressent point à ce qui les entoure, et qui, en passant, s’habillent tous de la même façon, donc aucune personnalité. C’est l’effet troupeau de mouton.
    Laisse-les donc exprimer leur théorie de gay ou pas gay et franchement, tu t’en fous!
    Moi aussi, j’ai des gens dans mon entourage (que je devrais vraiment quitter) qui, quand il voient quelqu’un de stylé, sortent immédiatement leur armes en balançant leurs pitoyables insultes (au fait, être gay c’est insultant?).
    JeanJean, continue comme cela et tu auras bientôt un vrai style qui te met en valeur.

  • Gill

    Très honnêtement JeanJean, je pense que :

    – le terme « gay » employé à ton encontre n’a peu (voire « pas ») de sens, sinon pour signifier le malaise de tes potes de voir que t’es probablement trop fashion et hors contexte par rapport à ton environnement (lycée). Ne prête pas plus d’attention que ça.

    – Par contre, là où tu devrais faire attention, c’est qu’il signifie que tu sembles accorder plus d’importance à l’impression que ta tenue provoque (d’ailleurs, thumbs up pour tes efforts stylistiques depuis les 6 derniers mois) et que tu négliges totalement d’accorder plus subtilement ça à ta personnalité. En clair, bien que ta tenue soit « bonne » au sens esthétique du terme, les gens perçoivent au millimètre le moindre faux pas de ta part. S’ils sentent que ta tenue est « nouvelle » et que tu n’y es pas encore habitué, ils se diront que tu le fais probablement pour impressionner/être vu.

    Le conseil que je te donnerais serai d’accorder probablement plus de temps à t’amuser / vivre pleinement des activités (sport / musiques / cercle social / voyage) et en mettant les fringues au second plan un petit moment. Tu serais surpris du résultat lorsque tu recommenceras à t’y intéresser.

  • JeanJean

    Salut les gars!

    Comme ici on est dans la réflexion, je lance un thème qui s’est immiscé dans mon esprit comme du poison!
    Depuis 6 mois, j’ai fait des efforts stylistiques énormes. Du fond de ma cambrousse, le guignol que j’étais (tenue type: pull franklin marshall, bien sur trop grand, jean celio, idem, paire de Nike bien moche, le tout saupoudré de cheap, évidemment) s’est transformé en quelqu’un de nettement plus stylé.

    Seulement voilà, un chino semi slim/slim (un jack%jones) ,un t-shirt et un hoodie american vintage, le tout à ma taille, sont largement controversés.
    Je suis grand et mince, voire très grand très mince selon les points de vue.
    Cette simple tenue, hyper-basique, me fait parfois passer pour un gay (je suis lycéen et très timide ce qui n’arrange rien).
    Donc je me pose des questions…

    Enfin voilà merci à tous!

  • Geoffrey

    @Yvan

    Je pense qu’en amont, il y a une réflexion sur :
    – qui tu es,
    – d’où tu viens
    – où tu veux aller
    – quel est ton rapport aux autres

    On peut apeller ça le degré de maturité : et c’est une progression qui se fait sur une vie. On ne sait jamais bien ce qu’on veut exprimer – ou alors on croit le savoir (nous les premiers)… mais on avance en alternant des phases de réflexion sur soi-même et de lâcher-prise où on interiorise le fruit des précédents réflexions.

    Ouai je sais, c’est une réponse totalement abstraite, mais il n’y a pas de réponse concrète à ta question 🙂

  • Gill

    Pour dire « je suis comme ça », il faut avant tout passer par le « je sais que je ne serai jamais ça ».

    – En clair, identifier les créateurs dont tu te sens le plus proche (costume national ? Dior ? Diet Butcher Slim ? etc…). Et écarter ceux que tu trouves moches (pour moi, ce serait du dolce gabbana / galliano / Vuitton, bref tout ce qui est trop ostentatoire quoi).

    – copier leur style, et dans une moindre mesure, des photos de mecs que tu kiffes (ex, moi j’aime bien ce gars, baconzilla sur SUFU : http:[email protected]/5954598018/)

    – puis, une fois ton univers bien posé, le personnaliser à fond avec d’autres trucs que tu aimes et qui fait ta particularité (un jean ? un accessoire ? Une veste ?). Car pour être tout à fait honnête, 90 % des tenues sont souvent des copies de copies de défilés ou de mecs bien sapés et réussies qui postent beaucoup sur les forums. La difficulté est de bien avant tout cerner ce que tu aimes de ce que tu détestes.

    Exprimer tes préférences est avant tout un travail perso. Fais toi un dossier sur ton bureau, et glane les images/tenues qui t’inspirent le plus. Le but étant de te façonner ton propre univers/style vestimentaire en te « spécialisant » dans ce que tu aimes. Ça ne sert à rien d’essayer de mélanger le street / formel / costume par exemple (même si c’est possible, juste très coûteux).

  • Yvan

    Et comment on sait ce qu’on veut exprimer?
    Ça peut paraître bizzare comme question mais je ne sais pas vraiment comment…montrer ce qui me correspond.
    Je comprends ici bien la notion d’évoluer son style, mais pas trop comment pouvoir dire « Je suis comme ça! »

  • Madamada

    A Marc : Il s’agit de Stephan Schneider !

    A Joss : merci de ton soutien ! S’il existe effectivement des fondamentaux en matière de mode masculine (sinon ça vire rapidement au WTF à la Galliano), le meilleur moyen de « nourrir » son oeil et d’insuffler son style petit à petit, est de suivre des créateurs dont on se sent le plus proche. Je conseille notamment de jeter un coup d’oeil sur les défilés de Viridi-Anne, Raf Simons, Cy Choi, Giorgio Brato et de parcourir les topics de « what are you wearing today ? » de superfuture.

    A DandyMaxim : tout à fait d’accord. Je ne pense pas que le lecteur cherchait à quantifier son avancé comme un cycliste calcule ses montés en tour de France. Mais plutôt à comprendre quels sont les références à prendre en compte et qui lui permettent de progresser sans faire de fautes « horribles ». Les personnes qui ont un bon style oublient souvent qu’une grande partie de leur réussite passe avant tout par la maîtrise des fondamentaux vestimentaire, leur personnalité et le confort qu’il reflète dans via leurs fringues.

  • Je ne comprend pas trop l’intérêt de vouloir quantifier ou qualifier son avancer dans le « style ». Je pense qu’il faut répondre aux question suivantes :

    Est-ce que tu te sens bien dans ton look ? Est-ce que tu trouve que tu présente une originalité sans dénoté ?

  • Joss

    Bonjour!

    Voici donc le premier article que j’ai parcouru sur votre site, et je ne suis pas déçu.
    Je découvre grâce au fort soutien que vous témoigne SoDandy qui est un de mes blogs de mode masculine préférés.

    Le passage sur « Ton style se définit par (…) l’endroit dans lequel tu vis.. » m’interpelle.
    Il est essentiel de le mettre en relief, car le regard qu’on porte sur soi est façonné et nourri par notre milieu, ce milieu même qui va nous fournir un retour sur notre « évolution » dans le style… Certains s’empresseraient de dire « n’écoute pas les autres! travaille ton propre style et fais-toi plaisir »… Je dirais plutôt « choisis les personnes dont l’avis prévaut quant au style et à l’allure ». Des personnes qui, elles-mêmes, ont un goût indéniablement qualitatif et objectif. Et pour ceci, un certain titre d’article que je lirais plus tard intervient: faire confiance à des gens qui nous conseille et nous soutient dans notre « propre style », plutôt que d’écouter ceux qui prônent « la tendance, la mode du moment, .. »

    Je m’estime encore en pleine évolution perpétuelle encore dans la recherche de ce que je veux dégager et exprimer… mais il est certain que j’apprécie surtout l’expérience de cette recherche- quitte à commettre des erreurs encore et encore-

    Cependant,je tiens encore à saluer l’audace de cet article. Je me rends compte que c’est un exercice difficile de transmettre un tel message.

  • Marc

    De quelle marque vient le premier visuel de l’article (la veste col châle) ?