Conseils : Comment faire évoluer son style ? Témoignage de Pascal

Temps de lecture : 7 minutes

Note de Benoit : après le témoignage de Fabrice qui a été très apprécié, voici une autre belle histoire que Pascal va vous raconter. Tout comme Fabrice, il s'oriente vers un vrai style élégant - décontracté, à base de pièces simples, mais très bien choisies.

Le style vestimentaire est un sujet vaste, et difficile à traiter. En effet, il est facile de se documenter, mais il est plus complexe de mettre en pratique. On peut tout apprendre sur l’élégance masculine en quelques semaines, mais passer sa vie pour réussir à la maîtriser.

Le manque d’éducation

Comme beaucoup d’hommes, je suis parti de très loin. À l’âge où les filles commençaient déjà à s’intéresser à leur apparence, nous étions plus préoccupés par qui était le plus fort au foot.

Le milieu dans lequel nous grandissons joue également un grand rôle. En principe, ce sont les parents qui transmettent aux enfants, mais quand vous grandissez dans un milieu ouvrier défavorisé, l’apparence n’est pas du tout la priorité. Avoir un toit sur la tête, à manger dans l’assiette et des vêtements pour ne pas avoir froid sont les vraies priorités, le vêtement est juste utilitaire.

Phase 1 : le déclic sur le style masculin

IMG_6729

Veste Father & Sons, Chemise Ugo Baldini, Pantalon Uniqlo,
Chaussures Altan, Pochette Kimono

Note de Benoit : il y a plusieurs points intéressants dans cette tenue. Le premier est qu'une tenue composée de couleurs et de pièces très sobres se retrouve sublimée par une belle paire de souliers, c'est pour cette raison que je vous encourage à concentrer une bonne partie du budget dans vos chaussures. Ensuite, la combinaison beige / bleu marine marche à tous les coups, même si le bas est plus clair que le haut. Et en effet, il est tout à fait possible de porter un chino de manière habillée !

Pourtant, malgré le manque évident d’attrait de ma famille pour la mode, de mon côté, j’aimais cela. En fait, toutes les formes d’arts m’intéressaient. Mais quand vous grandissez dans une cité sensible de notre belle banlieue parisienne, vous évitez que cela se sache (c’est déjà assez difficile d’être petit et frêle). Même si de l’extérieur je restais le même, à l’intérieur une transformation s’opérait doucement, mûrissait. Il ne restait plus que le déclic pour la libérer.

Le premier déclic fut le passage aux 30 ans. Un jour, je me suis dit « Merde t’as 30 ans et tu t’habilles comme un étudiant ! Tu es un homme maintenant, habille-toi comme tel ! »

Le fait de travailler depuis pas mal de temps permet d’avoir un peu d’argent de côté pour les vêtements, alors un jour, j’ai franchi le pas : j’ai acheté mes premiers vrais souliers. Cela faisait longtemps que je passais régulièrement devant les vitrines de marchands de souliers, à rester devant la vitre pour regarder, et un jour j’ai fini par franchir la porte donnant sur un autre monde !

IMG_6751

Souliers Altan 380 €

Note de Benoit : de beaux souliers changent tout ! Pour ma part, j'ai une préférence pour la maison Aubercy et le service client parfait de Xavier.

Et puis j’ai rencontré celle qui deviendra mon épouse. La préparation du mariage fut également un déclic. Pour rechercher mon costume, j’ai beaucoup arpenté les boutiques, et du coup je me suis totalement ouvert à cet univers fascinant que je voulais explorer.

J’avais donc une belle paire de souliers et un beau costume pour mon mariage. Dès lors, je ne pouvais plus rester avec les mêmes vêtements, il fallait que j’accorde le reste. En d'autres termes, il fallait que j'apprenne.

Phase 2: l’apprentissage de la mode masculine

Les sources d’inspiration sont nombreuses, et celle que j’ai toujours suivie est de regarder les personnages de cinéma. J’ai commencé à rechercher les livres traitant le sujet, puis je me suis inscrit sur des forums et j'ai lu des sites Internet, et autres blogs. Mais surtout, j’ai regardé les autres ! Et j’observe principalement les personnes ayant le même gabarit que moi.

Enfin, j’ai osé une chose impensable auparavant : j’ai visité les boutiques ! J’ai passé beaucoup de temps dans les boutiques à regarder les produits, à apprécier les tissus, et à essayer les différentes coupes pour trouver celles qui me convenaient le mieux.

IMG_6764

Note de Benoit : simple et efficace.
Remarquez la belle courbe d'épaule, le col plaqué dans la nuque, les revers très propres.

Muni de toutes ces cartes, il fallait passer à l’étape suivante : la mise en pratique. Le but était de me construire une garde-robe de base.

Les personnages de cinéma ou séries dont j'apprécie le style

Capture d’écran 2013-10-01 à 11.43.57

Simon Baker (The Mentalist).

INCEPTION

Joseph Gordon-Lewitt (Inception).

Matt-Bomer-matt-bomer-22705569-2000-1498

Nael Caffrey (Mattew Bomer, FBI, Duo très spécial). 

Phase 3 : l’évolution

IMG_6750

Indéniablement, mon image n’était plus la même. Quand vous êtes petit et mince et que vous mettez des vêtements trop grands, vous donnez immédiatement l’impression d’avoir piqué les vêtements de votre père. À contrario, lorsque vous portez des vêtements à votre taille, votre allure est incomparable ! Les conséquences directes sont que votre estime de soi grandit et par voie de conséquence, votre assurance se retrouve accrue ! Vous êtes à la fois à l’aise et sûr de vous. Votre entourage le ressent.

Une autre conséquence à laquelle on ne s’attend pas forcément est l’atout que cela devient dans le milieu professionnel. Les vêtements sont comme les plumes de parade des grands oiseaux, ou les armures des chevaliers : ils vous mettent en valeur et vous transcendent, vous rendent puissants.

Au risque de me faire des ennemis, il faut bien avouer que les patrons aiment les vainqueurs, pas les perdants. Quand on vous dit que l’habit ne fait pas le moine, on vous ment, car à compétences égales, un patron préférera indiscutablement celui qui rejette la meilleure image. Personnellement, je me suis fait repérér dans la masse grâce à mon apparence vestimentaire, mes compétences on fait le reste. Ces compétences n’auraient jamais pu être reconnues sans l’image que je dégageais au préalable. L’habit du moine n’est donc pas important ?

Note de Benoit : De nombreuses recherches ont démontré que ceux qui s'habillaient le mieux, gagnaient plus. Cela s'explique par le fait que leur augmentation de salaire était plus généreuse en raison de l'image haut de gamme qu'un cadre bien habillé dégage. En effet, un patron a bien plus de facilités à augmenter quelqu'un très bien habillé que quelqu'un avec un costume trois fois trop grand, c'est une histoire de cohérence (je ne dis pas que c'est bien ou mal, mais c'est comme ça).

Capture d’écran 2013-10-01 à 11.38.38

Le costume n'est pas forcément noir, bleu ou gris.
Costume Handson, Chemise Ugo Baldini, Cravate Howards, Pochette Kimono.

Note de Benoit : encore un accord beige - bleu redoutable !

Le risque ? Vouloir en faire trop.

Le problème quand on découvre un univers qui nous plaît, c’est que l’on devient boulimique : on veut tout tenter, faire plein d’expériences et apprendre toujours plus... Forcément on finit par aller trop loin.

J’ai voulu trop en faire : trop d’accessoires sur une même tenue, trop de couleurs, trop de sophistication. J’ai porté des tenues trop osées, et fini par copier des modèles qui me plaisaient, mais qui ne me correspondaient pas.

Alan Flusser (un des principaux auteurs sur l'élégance classique), disait que les trois points les plus importants sur un vêtement sont, dans l’ordre : la coupe, la couleur et le tissu. Donc si vous devez faire un compromis, faites-le sur le tissu et non sur la coupe, car c’est elle qui détermine l’allure et qui se voit en premier. Voilà pourquoi on peut constituer une base avec des produits simples, voire de grande distribution (type Uniqlo dans mon cas).

Note de Benoit : c'est quelque chose qui arrive fréquemment. On passe d'un extrême à l'autre, de quelqu'un qui a toujours porté des vêtements trop grands et insipides, à un style hyper chargé et trop coloré. Ce mouvement de métronome est normal. Mais ne râlez pas contre les vêtements que vous avez achetés pendant cette période, ils vous serviront plus tard.

Comment rectifier le tir ?

Quand j’ai pris conscience que j’en faisais trop, il fallait que je rectifie le tir ! Il fallait que je revienne à un style plus naturel avec des vêtements qui me correspondent mieux, dans lesquels je me sens bien. J’ai remis un peu de décontraction dans mes tenues, et j'ai fini par trouver le juste équilibre entre élégance et décontraction. L’élégance ne dépend pas que des vêtements, mais également de la manière dont on les porte.

Capture d’écran 2013-10-01 à 11.39.53

Chemise Palenzo, veste en lin et jean Uniqlo, pochette Howards. 

Note de Benoit : n'ayez pas peur des roses très pâles, ils se portent plus facilement qu'on le pense, surtout avec un bleu marine dynamique.

La suite ?

IMG_6754

Pochette Kimono.

Alors bien sûr, je fais encore des erreurs. Et je dirais même, heureusement : car je peux ainsi continuer à apprendre, à m’améliorer. Je retiens les expériences bénéfiques, et surtout, je ne reproduis pas mes erreurs.

À partir de ma garde-robe actuelle, je vais étoffer mon style avec des pièces plus pointues. Le plus important est de jouer avec les styles et surtout de s’amuser !

Note de Benoit : l'air de rien, Pascal soulève un point hyper important, à savoir le plaisir de bien s'habiller. Je croise encore beaucoup d'hommes qui s'habillent par stricte nécessité ou stricte obligation, et non par plaisir. C'est vraiment dommage, car vous passerez à côté de beaucoup de choses. Et je vous assure qu'en termes de style, on voit de suite quelqu'un qui a pris du plaisir à s'habiller, c'est beaucoup plus cohérent.

Et puis plus tard je transmettrai, tout ce que j’ai appris à mes enfants, mais bon, on va les laisser grandir un peu quand même.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.