Reportage : BonneGueule Chez Luisaviaroma : Firenze4ever (2/2)

Veste Zzegna épaule
/

Après la découverte de Firenze4ever, passons à la deuxième tenue…

Deuxième tenue : du Lanvin, un peu de Rick Owens, et des sneakers dragon Zanotti

Bon, j’avoue, j’aurai pu faire une tenue très sobre des pieds à la tête. J’aurai pu porter des sneakers Lanvin toutes simples, ou une paire de derbys.

Oui, mais encore une fois, alors que la boutique regorgeait de modèle de sneakers assez marrantes, j’ai voulu me diriger vers un modèle que je n’aurai jamais acheté et porté en temps normal : des sneakers Giuseppe Zanotti.

C’est une marque italienne qui cherche à faire de la sneaker un objet franchement luxueux, dont les concurrents les plus directs seraient les sneakers Louboutin ou Buscemi (pas le genre de labels dont on a l’habitude de parler sur BonneGueule).

Il serait facile de qualifier la marque de bling bling… bon okay, elle l’est. Mais il faut bien comprendre que Giuseppe Zanotti :

  • est un ex-DJ, et est donc très influencé par le monde de la nuit italien et ses couleurs flamboyantes. Il a d’ailleurs été marqué par le fait que les filles qu’il croisait en club n’avaient jamais des chaussures qui les mettaient assez en valeur.
  • a travaillé chez Roberto Cavalli, qui n’est pas le créateur italien le plus sobre,
  • aime la joaillerie et la sensualité des femmes.

C’est donc normal qu’il ait cherché à faire des chaussures pour femmes étincelantes (la ligne de sneakers homme ne date que de 2010), et à créé des chaussures bijoux. C’est parfaitement cohérent avec son passé et les univers qu’il a traversé.

Quand les marques de luxe ont bien compris que la sneakers pouvaient être une nouvelle manne il y a quelques années, Giuseppe n’a pas loupé la vague, en s’aidant notamment d’un solide celebrity wear : Lady Gaga lui a demandé de créer une paire de chaussures à talon… sans talons. Et la légende dit que c’est Kanye West qui l’a poussé à créer une ligne pour hommes. Zanotti a donc surnommé son travail « street couture ».

Comprenons-nous bien : ce ne sont absolument pas des sneakers pour la vie quotidienne. Il faut vraiment les considérer comme des « sneakers de soirée VIP ». Elles sont destinées à un public très particulier qui court dans des évènements selects mais qui veut garder un côté décontracté (ce qui explique pourquoi elles plaisent tant aux rappeurs millionnaires). Et je ne pense pas me tromper en disant que l’immense majorité des lecteurs de BonneGueule est « hors cible » de cette marque ;)

Moi-même, je n’aurai jamais l’occasion d’en porter même si j’avais une paire. En tout cas, bien que le design soit à deux doigts d’un goût douteux (une bonne partie de l’équipe les trouve importables), j’ai trouvé ça bien marrant de pouvoir les porter pendant le temps d’un shooting.

S’amuser avec des pièces excessives est quelque chose à essayer, je vous l’assure. Et à la fin, au moment de les remettre dans leur boîte, on leur trouve même un petit charme à ces sneakers dragons.

Caban Lanvin

Ce caban Lanvin est magnifique. La coupe est impeccable aux épaules, et le col a la taille parfaite. Le tissu a un très joli tombé, très doux et fluide, rendu possible par l’ajout d’un peu de polyamide avec la laine. C’est l’exemple parfait d’une matière synthétique utilisée à bon escient.

Col Caban Lanvin

Le pull Rick Owens est coupé dans une laine mérinos douce et fine. Les épaules sont parfaitement coupées, et la longueur permet de jouer facilement avec. Un vrai pull de designer.

Sneakers dragon Zanotti

Les fameuses sneakers dragon Zanotti portées avec un pantalon biker en laine Lanvin ! Le design est doré, étincelant, chargé, mais à quoi s’attendre d’autre chez Zanotti ? Importables au quotidien, mais marrantes pour une soirée. Alexandre, fervent partisan du streetwear, a même crié au scandale. Geoffrey les qualifie de boules à facettes de voyage. Elles sont assez massives, j’aurai donc dû prendre un pantalon un peu moins fitté.

Sneakers Dragon zip Zanotti

Il faut reconnaître qu’il y a un gros travail de confection au niveau de la broderie du dragon sur le velours. A noter que le zip à l’arrière de la sneaker n’a pas vocation à être fermé.

Le truc marrant avec ses sneakers, c’est que suivant l’éclairage, il y a un halo doré qui se forme autour du pied :

Sneakers Zanotti

Une marche pavée de lumière… Blague à part, étant donné que les sneakers sont prêtées, du scotch est placé sous la semelle pour éviter de l’abîmer lors d’un shooting. Notez également qu’avec un pantalon moins fitté que le Lanvin, les volumes entre la sneakers et la cheville sont plus harmonieux.

Troisième tenue : du Margiela, du Alexander McQueen, du Officine Creative, du ZZegna et même du Dsquared

Lancé sur mon inspiration bling bling, je suggère à Nicolas de créer une tenue avec des chaussures dorées. Il a évidemment refusé pour se diriger vers quelque chose de plus subtil.

On a donc un mélange de pièces habillées : blazer, chemise, pantalon en laine droit, et chaussures Richelieu. Mais chaque vêtement a un petit truc en plus au niveau design.

Veste ZZegna

Veste ZZegnachemise Margielaceinture Dsquared (avec le trousseau de clé plutôt marrant) et pantalon en flanelle de laine coupe droite Alexander McQueen.

Veste Zzegna épaule 

Deux choses à noter ici : l’épaule et le dos sont parfaitement coupés, et le tissu a subtil dégradé. La chemise Margiela a un pli particulier au niveau du buste qu’on peut apercevoir sur la photo. Elle a aussi un morceau de jersey cousu en bas de la chemise, qui évoque un tee-shirt porté en-dessous, bien visible sur la photo de la page produit.

Costume Zzegna

Nicolas prend volontairement une pose neutre pour bien vous montrer les coupes des vêtements. En taille 44, la veste tombe parfaitement bien, il n’y a aucun pli. Vous avez aussi un exemple de l’utilisation d’une coupe droite dans une tenue. Loin de donner un air informe, la silhouette devient plus classique.

Richelieu Officine Creative

Richelieu Officine Creative. Pas évident de porter des chaussures sans lacets, mais ça valait le coup d’essayer !

Vous avez donc un bel exemple d’une tenue habillée, avec des couleurs sobres et faciles, mais avec un gros travail de créateur sur les pièces et les matières. Et ce design a forcément un prix.

Nous n’étions pas les seuls blogueurs masculins à devoir composer des tenues. Pour rappel, 27 blogs de mode du monde entier étaient invités à faire du stylisme chez Luisaviaroma (chacun avait trois tenues à faire, comme nous), mais il y avait seulement 7 shootings masculins.

Il est intéressant de voir qu’il y a des visions très différentes dans la manière d’utiliser des pièces de créateur. Voici les choix des autres blogueurs masculins (certains avaient un mannequin à disposition) :

  • un blog chinois (je n’ai toujours pas compris le nom) avec un shooting beaucoup plus coloré et créateur que les européens,
  • El online latino, avec un perfecto très bien porté par le mannequin homme,
  • le célèbre blog Hypebeast, au stylisme étonnamment sobre (d’habitude, c’est un blog de mode très orienté tendances),
  • Milanstyle, avec une préférence très nette pour les pièces habillées,
  • l’extravagant Peter Xu, blogueur chinois influent qui a lui aussi choisi des Zanotti (un mec bien),
  • The Fashionisto, avec un stylisme qui pourrait très bien être dans un magazine,
  • The Threef, tenu par les deux Filippo, bien rôdés aux shootings photo. C’est le stylisme le plus italien de tous.

Mon ressenti sur cet évènement

Porter des vêtements de grandes maisons uniquement pour un shooting (ben oui, d’habitude, on teste sur la durée les vêtements qu’on reçoit) fut quelque chose de très amusant pour Nicolas et moi. Voir autant de pièces fortes et les assembler m’a fait réfléchir sur l’évolution qu’un homme peut avoir avec son vestiaire.

Encore une fois, retenez bien qu’au bout d’un moment, il faut arrêter de chercher la polyvalence à tout prix, sous peine d’avoir une tenue bien fade.

C’était génial, et c’est la première fois que nous avions l’opportunité de faire du stylisme purement récréatif, avec des pièces aussi pointues.

Nous tenons à remercier Amélie et Romain de Luisaviaroma, qui ont été très pros et adorables avec nous. J’entends souvent des gens dire que dans la mode, il n’y a que des gens sans intérêt et superficiels qui y travaillent, et pourtant, je vous assure que c’est tout le contraire.

Merci donc à Amélie, notre « account manager », qui nous a vaillamment supporté pendant plusieurs dîners, et qui était d’une attention rarement vue dans ce genre d’évènement. Merci également à Romain pour l’aide au shooting, qui a géré d’une main de maître toutes les histoires de sizing et de logistique, pour que Nicolas et moi profitions pleinement des conditions exceptionnelles.

Enfin, merci Andrea pour sa grande générosité et sa bonne humeur. Comme Nicolas, c’est quelqu’un qui adore faire la fête, et on s’est vraiment amusé à ses côtés.

Firenze4ever

De gauche à droite : Emilie de The Brunette, l’immense Alex deMilanStyle, Amélie (notre charmante account manager de Luisaviaroma), moi (bottines et chemise Husbands, chino mal repassé BGMD et veste de smoking Marchand Drapier), Nicolas (chemise Toxan, costume Samson et bottines Septième Largeur), et Thimothée du Fumoir de la mode.

 

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Benoit – BonneGueule

    Très franchement, à mon sens, ce ne sont pas des tenues très quotidiennes . Quand tu as des sneakers à 700 euros aux pieds, un tee-shirt à 300 euros qui a l’air assez fragile, je vois pas comment tu peux être serein quand tu vas boire des verres avec des potes !
    Ensuite, dans la rue, tout dépend de ce que tu veux être dans tes vêtements. Si tu cherches le consensus, c’est sûr que Rick Owens n’est peut-être pas la bonne solution. Par contre, si tu veux montrer que tu es un peu à contre courant ou cultiver ta différence, là c’est le moment de foncer !

  • BenoitBG

    Tu devrais regarder la collection de Zanotti en profondeur, il a des modèles étonnamment sobres…

  • Nicolò Minchillo

    Et bien moi je trouve cette deuxième paire de sneakers « originales » moins ridicules que les premières.

    Certes, il y a du bling, mais au moins la forme y est. Si, pour une raison quelconque je venais à en avoir une paire sans avoir à les payer je… Bon ok, je les revendrais, et avec les sous j’achèterai 2 paires que je pourrais vraiment porter, mais dans le cas où je ne les revendrais pas, je ferais enlever les deux gros morceaux de métal doré, et là je trouve que ça pourrait limite bien passer dans des contextes un peu pointus. (Han, déformer la pièce d’un designer luxe, blasphème !)