BonneGueule en 2019 : nos projets avec vous

Temps de lecture : 15 minutes

66

Comme chaque début d'année (20122013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018), nous partageons notre bilan avec vous.

Les moments de grande joie, mais aussi les moments émotionnellement difficiles...

Ce qu'on pense avoir réussi, et ce qu'on a raté... mis en relief avec ce qu'on avait prévu un an plus tôt.

Et bien entendu, notre feuille de route pour l'année 2019 qui démarre.

Croyez-nous, c'est toujours un exercice difficile. Parce que même si nous n'avons pas de patrons, nous estimons que c'est notre devoir en tant que fondateurs de BonneGueule de continuer à tenir informée chaque année la communauté qui nous fait confiance.

En gros, c'est un peu notre entretien annuel avec vous .

Alors comme dans tout entretien, on attend vos réactions à la fin.

Article bilan 2018, c'est parti !

Benoît, Geoffrey, c'était comment 2018, en résumé ?

2018, mais quelle année intense ! Une année où on a connu l'ombre et la lumière, parfois au cours d'une même journée ! Une année de tous les records, mais également marquée par de nombreuses difficultés. Je crois que j'ai dû passer par toutes les émotions possibles en 2018. Et même si parfois j'étais au bout du rouleau, ce fut l'une des années les plus enrichissantes en ce qui me concerne.

Ah ça, on peut dire qu'on s'est bien senti vivants cette année !

-Benoît

Beaucoup d'opportunités et beaucoup de risques.

C'est comme ça que je décris les quatre derniers mois quand on me demande comment ça va chez nous.

Une année sans accroc jusqu'en septembre... date de notre première crise de croissance. Et puis la reconstruction pas à pas, grâce à une team toujours aussi solide .

-Geoffrey

boutique bonnegueule paris benoit wojtenka geoffrey bruyere

Il y a de la fatigue, mais on s'en est sortis !

Notre bilan 2018 riche en émotions par Geoffrey

Ce qu'on voulait faire en 2018

Ben et moi écrivions dans le bilan 2018 que notre objectif de cette année passée était de "faire découvrir BonneGueule à plus de monde" en suivant trois axes :

  • Un média gratuit, transparent, indépendant, plus que jamais
  • Développer encore la marque de vêtements
  • Plus de moyens marketing pour se faire connaître

Eh bien nous sommes super contents de voir que nous avons dépassé nos objectifs sur chacun de ces axes.

BonneGueule, côté croissance par Geoffrey

Une croissance saine et naturelle

Cette année encore, notre jeune entreprise a bien grandi , avec une croissance a priori supérieure à 50% (on n'a pas encore les chiffres exacts).

Même si nous ne sommes pas des obsédés de la croissance, c'est une certaine performance sur un marché en repli de -3% en 2018, en décroissance continue depuis plus de 10 ans, et à un moment où les plans sociaux et les faillites fleurissent.

Surtout, cette croissance continue de nous apporter progressivement des économies d'échelle, que nous réinvestissons continuellement pour proposer plus de vêtements, plus de services, et pour améliorer encore le rapport qualité/prix.

Enfin, c'est une croissance saine, car elle continue de se décomposer comme suit :

  • 40% bouche-à-oreille
  • 30% référencement naturel (Google, YouTube)
  • 30% trafic passant des boutiques, acquisition payante, presse...

Et là où c'est vraiment chouette, c'est qu'on arrive à grandir avec toujours des coûts marketing exceptionnellement bas. Les investissements dans Facebook, YouTube et la campagne métro représentant moins de 3% de notre chiffre d'affaire hors-taxe 2018. Une proportion qui va rester du même ordre en 2019.

Là où de jeunes marques dans la mode masculine sont en général autour de 20%. Ce qui les force à faire des choix entre croissance... et qualité du produit.

Enfin, le dernier point dont nous sommes très contents : le retour sur investissement très positif des campagnes payantes, qui permet de générer rapidement des excédents de trésorerie. Cela rend ces investissements non seulement indolores pour l'entreprise, mais en plus ils nous aident à amortir nos coûts fixes et à chercher encore plus rapidement ces fameuses économies d'échelle.

Le bilan de la campagne métro

Vous l'attendiez tous, voici le bilan de notre première campagne dans le métro.

Il faut savoir que c'est souvent très difficile de mesurer l'impact réel d'une campagne métro , mais on a quand même réussi à se forger une opinion.

Nous avons simplement demandé aux visiteurs des boutiques parisiennes comment ils avaient entendu parler de nous. Et on a multiplié ce chiffre par le montant moyen dépensé par un client BonneGueule sur deux ans.

Et on a fait l'hypothèse que le même nombre de personnes a commandé un vêtement sur l'e-shop, vu qu'en général c'est 50% physique / 50% digital.

Au final, on voit que la campagne va s'amortir sur un peu moins de deux ans, et qu'ensuite c'est de l'excédent pour l'entreprise.

Ça, c'est pour l'aspect financier.

Concernant nos autres objectifs (bien clarifier que BonneGueule est une marque de vêtements à part entière ), on peut clairement parler de succès.

En conclusion, cette première campagne de métro a rempli son double-objectif. Pour autant, je ne pense pas qu'on refasse de campagne en 2019, car on a quand même plein d'investissements qui offrent des retours plus rapides, ou des impacts plus importants sur votre satisfaction.

Un beau bilan éditorial par Benoit

Comme le dit Simon, notre directeur data/IT, il n'y a jamais eu autant de personnes qui suivent et qui aiment BonneGueule. On a d'ailleurs battu des records d'audience cet hiver.

532 759 utilisateurs uniques se sont connectés à BonneGueule en décembre dernier. Avec une moyenne de 3,11 pages par session, ce qui est beaucoup pour un site Internet.

La chaîne YouTube continue à faire son petit bout de chemin, puisqu'on a dépassé les 72 000 abonnés il y a peu ! En 2019, on devrait normalement dépasser les 100 000 abonnés…

A noter que mon dernier Parlons Vêtements sur le luxe a récolté plus de vues en une semaine que d'autres épisodes en plusieurs mois. C'est d'ores et déjà l'un de mes épisodes les plus regardés et je suis absolument surpris par une telle audience en si peu de temps.

Tout ça pour dire que BonneGueule continue à m'étonner.

Et on a continué à investir massivement sur le média, en recrutant notamment l'ancien rédacteur en chef de Metronews, puis LCI...

L'arrivée de Christophe

Souvenez-vous, après plus de quatre ans de bons et loyaux services, Rafik a décidé de voguer vers d'autres projets plus personnels. Et il a voulu s'assurer que son héritage sera entre de bonnes mains, il a donc recruté Christophe Joly comme nouveau rédacteur en chef, un homme très expérimenté dans les médias et rompu aux salles de rédaction.

Il a d'ailleurs raconté ses premiers pas chez BonneGueule.

Chaque nouveau collaborateur doit passer deux jours en boutique par an, et Christophe n'a pas échappé à cette règle.

Christophe avait une mission franchement pas facile : il devait redonner un coup de jeune à notre ligne éditoriale tout en préservant les fondamentaux. Ça paraît simple à faire, mais c'est un équilibre très délicat où le moindre faux pas serait immédiatement pointé par Nicolò et moi.

Heureusement, Christophe a plus de 20 ans de métier, et il est habitué à gérer des rédactions bien plus larges que celle de BonneGueule.

Parmi ses actions, il a :

Et beaucoup, beaucoup d'autres choses ! Il a été très fort pour exploiter le potentiel de chacun sur l'écriture, tout en nous poussant à nous dépasser (demandez à Nicolò comment il a progressé sur le respect des deadlines cette année).

La note de Christophe

Dès mon arrivée chez BonneGueule, j’ai fait le constat d’éléments très positifs.

  • Un vrai patrimoine éditorial, très riche, avec plus de 1000 articles en ligne
  • Une expertise très forte du vêtement grâce à une équipe solide
  • Une communauté importante, fidèle et très attachée à notre média. Donc vigilante.

Partant de ces trois éléments, il s’agit pour moi et l’ensemble de l’équipe de poursuivre dans cette voie.
De continuer à nous préoccuper de ce qui vous est utile, de vous écouter, de vous répondre. Car vous êtes et serez toujours au centre du jeu.

Donc, vos échanges avec David, notre Community manager, et l’ensemble du pôle édito seront plus visibles. Il faut le savoir, nous répondons à plus de 5000 messages par mois. Et je vous l’assure, c’est une mine d’infos. Donc, vous verrez David en vidéo plus souvent aussi.

Ensuite, il y a aura plus de sélections de pièces, d’idées de looks pour vous donner encore plus d’inspiration(s).
Et puis, les marques resteront sur le gril, avec plus de fiches et des mises à jour régulières de celles qui sont déjà en ligne.

En fait, à chaque fois que vous serez dans une boutique ou sur un site de e-commerce, mon ambition est de faire en sorte que pour la moindre question, le moindre doute, votre premier réflexe soit de nous rendre visite, comme vous demanderiez conseil à un bon pote,  voire votre meilleur ami.

A charge à nous de répondre, de vous aider, d'être à la hauteur.

C'est notre engagement.

Mais, il s’agira aussi de vous surprendre, de vous emmener sur des territoires inconnus pour vous permettre à chaque passage sur le site BonneGueule d’en apprendre un peu plus sur le vêtement. Toujours dictés, par la rigueur et l’honnêteté.

C'est Christophe qui se tient à ma gauche et qui mène mon entretien dans cette vidéo.

Un point sur le community management

David s'occupe maintenant de répondre à toutes vos questions, en ayant été formé par Nicolò lui-même, qui continuera à répondre de temps en temps. Mais le but c'est que David soit totalement autonome pour que Nicolò puisse s'investir pleinement dans de la curation/création de contenu.

Pour vous donner une idée, voici un graphique qui retrace l'évolution du nombre de commentaire cette année :

Voici l'évolution des commentaires pour 2018. La courbe violette correspond au nombre de commentaires et la courbe orange au nombre de votes dans les commentaires (oui, quand un commentaire vous plaît, vous pouvez voter pour que celui-ci remonte le fil).

Attention, ce graphique concerne uniquement les commentaires postés sur le media, mais pas les messages Facebook, les commentaires YouTube, les messages sur le forum, Insta ou même les mails envoyés quotidiennement.

On voit très clairement que BonneGueule a atteint son record de commentaires en décembre : presque 4500 commentaires rien que sur le média, c'est énorme.

Une communauté toujours plus exigeante

L'impression que j'ai en 2018, c'est que vous devenez bien plus exigeants sur la transparence des marques et que vous allez au-delà des discours marketing de celles qui vendent de l'imperméabilité à tout va ou des vêtements qui vont durer "toute une vie".

De manière très nette, 2018 est une année où le nombre de commentaires à propos de l'éthique, et de l'environnement a bondi. C'est un sujet qui vous préoccupe de plus en plus.

Le genre de commentaire qu'on reçoit de plus en plus…

Ça va de paire avec mon évolution personnelle, où ma consommation de viande ne fait que diminuer année après année et où je ne recommande plus de vêtements avec de la fourrure et/ou du duvet, surtout au vu des belles performances des isolants synthétiques (qui a dit Climashield ?).

Là où je suis très content, c'est de voir que Geoffrey et moi on arrive encore à se dégager du temps pour répondre personnellement et régulièrement à vos messages.

C'est très important pour nous de garder ce lien très direct avec vous, et je déplore encore que trop de créateurs de marques n'osent pas parler directement avec leur audience.

Geoffrey aime répondre longuement à vos questions !

Excuse time #1 : un mot sur notre série de vidéo au Japon

Bon, et bien c'est l'heure des excuses.

Il y a bien quatre vidéos prévues sur notre voyage au Japon , on a sorti les deux premières (épisode 1, épisode 2) en septembre et depuis… on a eu du retard.

Je l'avoue, alors qu'on pensait être rompus à la création de vidéos, on a sous-estimé le temps de montage pour ce type de contenu très particulier.

Et avec les gros lancements de l'automne dernier, Luke s'est vite retrouvé avec zéro disponibilités pour le montage de deux derniers épisodes, dont l'écriture s'est révélée bien plus ardue que les deux précédents.

Du coup, Christophe est en train de voir comment muscler nos ressources en vidéo pour soulager Luke d'un tel travail.

Sortie prévue avant mars si tout se passe bien !

Le point sur nos vêtements par Benoit

Le mot de Julien, chef de produit chez BonneGueule

Me concernant, 2018, c’est notre vraie rencontre. C’est l’année de la première collection sur laquelle le nouveau pôle produit a pu travailler.

C’est le résultat du travail effectué à partir de mai 2017 (mon arrivée effective).

Cela a sollicité beaucoup d’énergie et d’entraide de la part de toutes les équipes et au sein de notre pôle évidemment.

Il a fallu prendre de la hauteur et se poser les bonnes questions pour que vous bénéficiez des bons apports en termes de produits et services.

Je pense par exemple aux choix difficiles de stopper certains permanents moins demandés, pour pouvoir vous proposer de nouvelles références attendues, comme le blazer gris en flanelle.

C’est une contrainte nécessaire pour répondre à vos besoins, continuer à explorer, à vous surprendre, en tenant compte du nombre limité de sorties que nous souhaitons faire.

Nous voulons éviter l’accumulation et travailler correctement sur les vêtements.

Du pain sur la planche pour 2019

C’est aussi un gros travail sur les "fit" pour homogénéiser en douceur des famille de produits, car nous avions trop de fits différents (chemises, jean, chinos par exemple). Nous avons également présenté de nouveaux volumes (comme par exemple le jogpant). Nous poursuivons ces chantiers sur 2019 évidemment.

Le cargo est une toute nouvelle coupe de cette année.

Avec les efforts de toute l'équipe, nous avons essayé de vous proposer des sorties en silhouettes pour vous aider à vous projeter.

Nous avons été plus vigilants sur la saisonnalité des produits pour répondre à l’intégralité de vos besoins sur une année. Certains d’entre eux ont pu vous paraître sortir tard (bermudas, parka), mais au final cela s’est fait pour garder une cohérence globale dans les autres lancements.

Pour autant, ils sont arrivés à chaque fois au bon moment. Si la parka est utile, c’est bien maintenant 🙂

2018, c’est aussi l’année d’un plan de collection plus construit, avec quelques prises de risques ( et une profondeur de stock limitée pour éviter les accidents qui pourraient nous faire mal à notre niveau) sur des produits plus poussés ou jamais proposés, sans historique, comme le blazer lie de vin.

BonneGueule en avait besoin et cela vous a visiblement plu car ces produits se sont souvent écoulés très vite, plus vite que ce que nous imaginions.

Le jogpant rayé de janvier, le jean bleach Kuroki, la parka, la boots, etc, sont quelques exemples qui illustrent bien ce constat.

Cela nous a donné beaucoup d’assurance et d’informations pour la suite.

De belles collaborations en 2018 et… pour 2019

La pétanque de bienvenue de Norwegian Rain, à Bergen, un grand moment.

2018, c’est également des collaborations que vous avez appréciées. ABCL Garments et Norwegian Rain en sont quelques exemples. Pour nous ce fut hyper intéressant, enrichissant de rencontrer des personnes telles que Mattia (ABCL) et Alexander, T. Michael, Wesley (Norwegian Rain) pour ne citer qu’eux, avec qui travailler est si simple. Ils méritent qu’on parle de leurs projets.

Un chemin semé d'embûches

Il ne faut pas s’en cacher non plus, il y a comme partout des choses qui ne se passent pas comme prévu, des retards de livraison. C’est la réalité de ce métier.

On passe beaucoup de temps à régler ces problèmes. Heureusement, nous avons une équipe soudée, Charlotte ma "bras-droit" en premier lieu, mais je pense à toutes les personnes en amont et aval, de la direction artistique au service client (je ne cite pas tous les autres mais chacun est impliqué dans ces cas-là car les répercussions sont multiples) qui doivent s’adapter à ces imprévus. Ils font l’effort pour vous et pour qu’on grandisse.

Nos partenaires (fabricants et fournisseurs de tissu) sont aussi les premiers à chercher des solutions.

Enfin, de votre côté vous êtes très tolérants et compréhensifs. C’est un point que je trouve très fort chez les clients et lecteurs BonneGueule, et qui nous incite à toujours faire mieux.

BonneGueule et les enjeux environnementaux : pas si simple

2018, ce sont de nombreux échanges avec les équipes. On apprend chaque jour des personnes qui nous entourent, mais aussi des lecteurs, des clients. Comme nous, vous souhaitez toujours plus de précisions, plus d’exigence. Nous devons l’être pour bousculer ce secteur qui reste toujours très opaque. Les véritables informations sont parfois difficiles à obtenir. Et il y a beaucoup d'effets de com'

On essaye de faire au mieux en tenant compte de nos préoccupations, nos sensibilités. Elles sont souvent proches des vôtres.

Sans se présenter comme une marque « écolo », nous sommes tous sensibles à la préservation de notre environnement, à la pollution que l’on peut générer. C’est un sujet assez complexe qui suscite de belles prises de têtes lors de chaque développement produit… et dans les commentaires aussi :

Le genre de prise de conscience que je suis heureux de voir !

On découvre que la réalité n’est pas aussi simple qu’on l’imagine, pas toujours blanche ou noire. Parfois, en privilégiant une matière paraissant plus écologique on pense bien faire, puis on s’aperçoit que la production de cette dernière a d’autres aspects polluants ou destructeurs indirects . Il faut trouver un équilibre.

D’autre part, l’équation qualité/prix/impact environnemental n’est jamais simple : bonne qualité, prix minimum, impact environnemental minimum relève d’un challenge très compliqué voir impossible . Nous tentons donc de faire au mieux à l’image d’autres marques (certaines réintroduisent même du circuit court et c’est très bien).

En 2019, nous tiendrons compte de cet objectif-là, avec des initiatives que nous espérons pouvoir mettre en œuvre.

Un beau programme pour 2019

Il y aura bien d’autres challenges sur 2019 :

  • Proposer des créations plus fortes en terme de style
  • Proposer davantage d’accessoires et de chaussures
  • Proposer plus de pièces pour l'été
  • Avoir plus de profondeur de stock sur les prises de risque
  • Continuer à intégrer la dimension technique dans le vêtement sans en dénaturer le style
  • Améliorer le fit du denim
  • Bien renouveler l’outerwear
  • Vous présenter au moins trois à quatre collaborations, fruits de nos rencontres
  • Décliner nos vêtements en davantage de couleurs afin que vous ayez plus de choix
  • Etc

Et surtout vous surprendre et kiffer : )

Merci à toute l'équipe BonneGueule, les fournisseurs et… vous évidemment.

Go for 2019 !

Enfin des chaussures !

Et oui, BonneGueule s'est mis aux chaussures ! On a commencé avec nos sneakers blanches, puis on a poursuivi avec nos derbies en cuir Stead, et on a fini avec nos boots fabriquées en Angleterre en décembre.

Pour 2019, ça ne va évidemment pas s'arrêter là, et dans les trois mois à venir, vous verrez :

  • une paire de sneaker avec un cuir Stead traité en profondeur contre l'eau
  • une paire de brogues pour le grand frisson du soulier anglais
  • et une paire de chelsea boots, parce que j'adore cet équilibre entre élégance et décontraction

L'article sur la boot, c'est le plus long article de Nicolo écrit en 2018.

Encore des économies d'échelle par Geoffrey

En 2018, nous avons baissé nos prix à mesure que nous arrivions à générer des économies d'échelle, sur pas moins de 10 vêtements :

Mais surtout, on a directement indexé toutes les sorties sur ces nouveaux prix. Sachant que notre objectif n'est surtout pas de faire du low cost pour le low cost, car cela reviendrait à raboter sur la qualité.

Par contre, on continue à investir massivement sur des matières et savoir-faire d'exception (lainiers Entreprise Patrimoine Vivant, tanneries réputées, mérinos extrafine, laines précieuses comme l'alpaga, le soie et le cachemire

Les stocks, les stocks, toujours les stocks par Geoffrey

C'est un sujet constant depuis qu'on a lancé notre première collaboration en 2012 et notre marque en 2014. Heureusement, c'est de moins en moins pire, et on arrive à mieux gérer les quantités.

On nous a quand même beaucoup posé de questions à ce sujet, alors on vous a fait une vidéo explicative et un article de fond qui vous dit tout du casse-tête des stocks chez (toutes) les marques, y compris chez nous.

Il n'empêche que certains produits ont connu des ruptures de stock éclair :

Voire même de la spéculation (!!!) , notamment suite à une très forte croissance des ventes cette année, au-delà de nos objectifs .

L'informatique en panique par Geoffrey

Une mise à jour de l'ergonomie

Une de nos petites fiertés, c'est d'avoir sorti un tout nouvel eshop, assez différent du précédent, au bénéfice d'une meilleure navigation.

On est vraiment partis d'une page blanche avec Jean-Vincent, Simon, Jason et nos amis de l'agence Axome. Et s'il manque encore certaines fonctionnalités (zoom des photos, affichage des stocks en boutique), rassurez-vous, cela va vite revenir...

Une nouvelle version de l'eshop avec un gros lifting graphique ! Exemple ici avec notre gilet sans manche Climashield.

Excuse time #2 : un changement d'ERP qui ne s'est pas fait sans heurts

L'autre (très) gros morceau, c'est l'ERP. Derrière ces trois lettres se cache le plus gros projet que BonneGueule ait eu à gérer. Bien plus lourd que l'ouverture de n'importe quelle boutique, que n'importe quel développement de vêtement, que n'importe quel autre projet digital...

L'ERP, c'est la plateforme interne qui connecte d'un côté l'eshop et les boutiques (qui prennent les commandes), et de l'autre le logisticien (qui envoie les commandes) et le système comptable. C'est aussi lui qui stocke toutes les données, les stocks et qui fait communiquer tous les systèmes ensemble (via ce qu'on appelle des API).

Bref, c'est l'alpha et l'omega.

Et on a décidé en 2018 de totalement renouveler cette colonne vertébrale informatique, car l'ancien système risquait peu à peu de devenir incompatible avec nos autres outils, notamment le nouveau logisticien et le nouveau système de paiement (qui nous permettent tous les deux d'aller chercher encore plus d'économies d'échelle).

Sauf que tout ce qui pouvait partir en sucette, est TOTALEMENT parti en sucette. C'était un peu comme avoir une grosse conduite d'eau qui explose dans votre appartement. Et là vous devez à la fois :

  • boucher l'énorme fuite (réparer),
  • éponger (limiter au maximum les erreurs et retards de commandes),
  • répondre aux voisins qui toquent à la porte (les clients qui ont peur pour leur commande),
  • et faire attention à l'épuisement de ceux qui épongent, répondent et réparent (nos équipes, qui ont parfois travaillé jusquà minuit ou 2h du matin, y compris certains week-ends).

Nous, face à ce changement d'ERP.

On en a encore pour quelques mois à resserrer les derniers boulons. Et on pourra ensuite aller beaucoup plus loin que ce que l'ancien système permettait : vision 360° de vos achats Web et boutique pour un nouveau programme de fidélité riche en cadeaux, meilleure gestion des mails, affichage des stocks par boutique, etc.

Mais en attendant, on serre encore un peu les dents 😉

Et encore une fois, toutes nos excuses auprès de tous ceux qui ont été impactés. Et on vous remercie pour votre patience.

Ce n'est vraiment pas pour s'auto-congratuler, car Benoît et moi étions relativement impuissants face à ces problèmes soit très techniques, soit très liés au service client on-line et en boutique, mais on est hyper reconnaissants à nos équipes du travail qu'elles ont fourni, de la patience dont elles ont fait preuve, sans jamais se rejeter (ou nous rejeter) les fautes.

On leur dit un grand bravo, car malgré les très nombreux problèmes, elles ont tenu le navire à flots alors que nous on avait vraiment peur des récifs qui approchaient, quand chaque jour était pire que le précédent...

Ce sont des moments hyper stressants pour tout le monde, mais quand on s'en sort, on a un mental vraiment renforcé, et un courage décuplé pour la suite. Je pense qu'en 2019, ça va être une année é-nor-me avec une team comme ça .

De l'ambition pour nos boutiques par Benoit

Du côté de nos boutiques, l'année 2018 aura été l'année de tous les records, malgré le climat très tendu certains samedi (on a dû fermer les boutiques en plein après-midi pour des questions de sécurité évidentes).

Les équipes en boutique ont tout donné, malgré un outil informatique qui n'était pas au niveau et une affluence de plus en plus importante.

D'ailleurs, à Paris, les deux boutiques du 14 et 15 rue Commines commencent à être un peu petites lors des lancements, c'est pour cette raison que nous sommes activement dans l'ouverture d'une troisième boutique à Paris. Je n'en dis pas plus tant qu'on a pas reçu les clés et que ce n'est pas sûr à 200 %.

Cette troisième boutique parisienne sera, on l'espère, l'occasion de proposer un lieu encore plus "BonneGueule" dans son ambiance que tout ce qui a été fait auparavant.

Un concept à renforcer

Soyons clairs : les équipes de conseillers font un boulot formidable, et c'est maintenant chaque jour qu'on reçoit de supers commentaires positifs sur vos expériences dans nos boutiques.

Si on a réussi à instaurer un beau moment d'échange entre vous et les conseillers, on pense qu'on peut aller encore plus loin dans l'ambiance, dans notre identité, et pourquoi pas vous surprendre un peu plus…

2019 sera donc l'année où nos boutiques auront une identité encore plus marquée, toujours plus unique. Et pour mener à bien cette délicate mission, on va se faire aider. Je vous en dis plus dans un instant.

Et Lille ?

C'est un secret pour personne, nous voulons ouvrir une boutique à Lille. Au fur et à mesure de mes visites pour voir nos amis Laurent et Alex, j'ai commencé à tomber sous le charme des rues du Vieux Lille.

Pour le moment, absolument rien n'est signé, nous sommes toujours en recherche de l'emplacement parfait… Donc je ne peux vous en dire plus.

C'est très difficile de donner un timing précis, car si j'ai parfois annoncé un vague "printemps 2019", je pense que je me suis un peu emballé, et ça pourrait très bien être à l'été ou à l'automne 2019.

Et à propos de Lille, c'est justement d'où vient notre dernière recrue…

L'arrivée de Steven en tant que directeur retail, un ancien d'Apple

Désormais, quand vous rentrerez dans une de nos boutiques, l'ambiance que vous allez voir, l'expérience que vous allez ressentir, les échanges que vous aurez autour de vous, c'est Steven qui en sera responsable.

Son but est aussi simple qu'ambitieux : à chaque fois que vous venez en boutique, ça doit être un moment mémorable, même si c'est uniquement pour venir saluer les conseillers (vous êtes de plus en plus nombreux à le faire).

Heureusement, Steven est expérimenté sur ces questions là, car pour les lillois qui nous lisent, c'est lui qui a déployé l'Apple Store rue Faidherbe . On peut dire qu'il a été formé à bonne école 🙂 Et en plus, c'est un lecteur de BonneGueule de longue date.

Je suis très serein de donner cette responsabilité à Steven, et j'ai vraiment hâte de voir ses premières actions.

Steven arrive... dès lundi prochain.

Objectif 2019 : affirmer le branding et donner toute la place à la marque de vêtements par Benoit

Anecdote qui fait pas plaisir #1

En décembre, Geoffrey et moi déjeunions avec quelques entrepreneurs du Réseau Entreprendre. Ce sont des personnes qu'on connaît bien, qui nous suivent depuis 2014, date de notre admission dans ce réseau associatif qu'on adore.

Eh bien on a découvert avec stupéfaction, qu'après des dizaines de déjeuners avec eux, certains n'avaient toujours pas compris qu'on avait une marque de vêtements et des boutiques.

Par contre — et comme d'habitude — ils connaissaient bien notre positionnement sur le média. Mais rien sur la marque.

Pourtant, c'est pas faute de faire des teasers marquants :

Anecdote qui fait pas plaisir #2

Toujours en décembre, je suis au téléphone avec un fondateur d'une start-up spécialisée dans le recrutement. Il me dit qu'il est très admiratif ce qu'on a fait. Voilà à quoi ressemble la conversation :

Lui : Ca fait des années que je vous suis, votre trajectoire est dingue ! J'aime beaucoup ce que votre média représente !

Moi (sentant le truc habituel) : Merci ! Au fait, tu savais qu'on est aussi une marque de vêtements ?

Lui : Ah bah… non… c'est quelque chose de très développé chez vous ?

Moi : Oh que oui, c'est ce qui assure 99,9999999 % de nos revenus !

Des histoires comme ça, j'en ai plein. Et d'ailleurs, vous pouvez l'expérimenter vous-même : demandez à vos amis qui connaissent BonneGueule s'ils savent qu'on a une marque de vêtements…

Ce genre d'épisode ne doit plus arriver en 2019.

Je sais, ça paraît dingue, parce que j'ai l'impression de beaucoup parler de la marque sur le média, avec les teasers, les articles de lancement, etc, mais il y a encore trop de personnes qui disent "bien nous connaître" et qui sont surprises quand on leur dit qu'on a une marque de vêtements.

On doit clairement progresser de ce côté là, et on va corriger ça, le tout sans dénaturer les fondements du média, à savoir l'indépendance éditoriale et un travail de curation poussé (= vous recommander plein de marques).

Dans ce cas là, il faut mettre son égo de côté — car "l'ego est l'ennemi" comme dirait Ryan Holiday — et se dire qu'on a encore tout à apprendre sur la construction d'une marque, comment on la clarifie et simplifie. Et qu'on doit arrêter d'avancer à l'instinct et selon nos envies du moment. Bref, il faut être ouvert d'esprit et recommencer à apprendre sur le branding.

On nous aide sur le branding

C'est pour cette raison que Bpifrance , qui a investi chez nous, nous a connecté avec une intervenante pour une mission de branding : la pétillante Priscille de We Scale It. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en rencontrant quelqu'un spécialisé dans le "branding" mais j'ai hâte qu'elle nous aide à clarifier nos messages.

A l'heure où j'écris ces lignes, elle a déjà commencé à interviewer des lecteurs BonneGueule non-clients chez nous, et des clients BonneGueule non-lecteurs (oui oui, ça existe aussi). Je suis impatient de voir ce que ça va donner.

Comment clarifier encore plus ce que nous faisons ?

Toujours la même philosophie par Geoffrey

Pour finir, nous sommes chaque année admiratifs (et émus) de voir que la communauté, nos collaborateurs, comme nos business angels, et nous-mêmes fondateurs de BonneGueule, continuons de partager une seule et même philosophie de vie.

Une philosophie basée sur la consommation raisonnée, la transparence, la passion du vêtement, et la bienveillance qu'on entend bien porter encore plus haut en 2019.

Plus qu'une entreprise, BonneGueule est comme au premier jour un projet de vie pour nous. Et nous pensons qu'il nous reste encore énormément de choses à apprendre et d'épreuves à traverser, mais aussi des moments plus forts que jamais à partager avec vous.

BonneGueule 2019, c'est parti !

Souvenirs du voyage au Japon, avec Anis, un lecteur qui habite à Tokyo et qui est le plus grand fan de Visvim que je connaisse !

Ce qu'on vous souhaite pour 2019 par Benoit

Avant tout : la santé. Je sais, c'est bête dit comme ça, mais quand la santé va mal, c'est tout le reste qui va mal. Evidemment, ça passe par l'alimentation, mais je ne vous apprends rien. Pour l'anecdote, au bureau, de plus en plus vont à la muscu le midi !

Ensuite, on vous souhaite d'être bien entouré car la plus vaste étude sur le bonheur jamais menée a débouché sur une conclusion limpide : c'est la qualité de vos relations qui impacte le plus votre bonheur personnel.

Donc entourez-vous bien, aidez les autres à atteindre leurs objectifs, cultivez la gratitude, organisez des "moments 4 life", et vous approcherez un peu plus du bonheur.

Les 25 ans de Nicolo fêtés au dernier team building…

Certains d'entre vous nous ont dit qu'ils avaient eu envie de se lancer dans l'entrepreneuriat en suivant l'histoire de BonneGueule, alors je vous souhaite très sincèrement de vous entourer de co-équipiers aussi cools que les nôtres.

Parce que ça fait vraiment la différence, que ça soit à court ou à long terme.

Astuce totalement perso : je vous conseille également d'apprendre à repérer les relations toxiques/manipulatrices. Comme Eric Barker le dit, apprendre à gérer les personnes toxiques vous permettra de mieux vous rendre compte des belles personnes qui vous entourent.

Et normalement, avec un peu de travail, vous aurez tout pour avoir une année 2019 mémorable.

Benoit et Geoffrey Benoit et Geoffrey

Depuis 2007, année de création de BonneGueule, nous aidons les hommes à se sentir bien dans leurs vêtements. Benoît dessine la marque de vêtements et supervise le blog. Geoffrey s'occupe des sites Web et de l'organisation. Une bonne histoire de copains.

Laisse-nous un commentaire

Questions de style, points de vue perso, bons plans à partager ? Nous validons ton commentaire et te répondons en quelques heures.