Reportage : Aigle, des bottes françaises au concept store pointu

16

Vous êtes nombreux à nous poser des questions sur Aigle, particulièrement sur la transformation de la marque et la qualité des pièces (particulièrement sur les pièces d'outdoor).

Nous avons donc décidé de vous (re)présenter la marque et de faire un petit reportage, orchestré par notre cher Long Bui Thai (Macari), avec qui je suis parti aux aurores à Châtellerault, leur site historique de fabrication de bottes.

Une transformation récente

En 2006, Aigle accueille un nouveau directeur artistique, Gideon Day. Ancien de chez Chevignon, cet amoureux de workwear est ensuite parti chez Paul Smith, où il était en charge du design de toute la divison sportswear.

Son rôle : injecter un design plus pointu dans la marque (c'est d'ailleurs lui qui a dessiné la boutique des Champs-Élysées).

Gideon a donc fait un travail énorme chez Aigle, car pour beaucoup, la marque faisait encore uniquement référence aux parkas à la coupe ample que nos papas portaient les jours de pluie, alors que ce n'est plus du tout ça aujourd'hui.

Aigle a déjà bien commencé à se réinventer, notamment grâce à des collaborations avec Liberty, Agnès b. et même Kitsuné ou Nigel Cabourn. La marque reste d'ailleurs fidèle et à ses racines, et à son ADN technique et pratique.

C'était tout le challenge de Gideon que d'y apporter une touche plus créateur...

aigle x nigel cabourn

Veste issue de la collaboration avec Nigel Cabourn

Aigle a donc pour objectif de faire cohabiter mode et fonctionnalité dans ses vêtements, parmi les pièces à manches, en utilisant des matières techniques (comme le Gore-Tex).

Les vêtements d'inspiration vintage, si chers à Gideon, ont vu leur silhouette s'affiner, tout en gardant le côté pratique déjà très présent (plusieurs poches, lanières de transport, etc).

David Lamarche, directeur commercial chez Aigle.

David Lamarche, directeur commercial chez Aigle.

David Lamarche (le nouveau directeur commercial) nous en parlait récemment : il souhaite continuer à travailler la botte, qui est le produit phare, mais aussi des pièces à manches (parkas notamment). C'est encore un beau terrain d'exploration pour Aigle.

Des bottes parfois très créatives

Concernant la botte, j'ai été étonné des efforts d'Aigle pour y insuffler de la créativité. En effet, j'ai été surpris de voir que certains modèles se paraient de cristaux Swarowski, d'imprimés, ou même de tatouages sur les modèles femmes.

On est loin de la botte purement fonctionnelle aux couleurs ternes.

Comme vous pouvez le voir, on peut en faire des choses avec une botte !

Dans ce reportage, tel Fred de C'est pas Sorcier, je vous montre comment les bottes sont fabriquées (du pain de caoutchouc à la botte finale !), et pour le coup, vous allez voir que le terme "fait main" est amplement mérité.

L'Atelier Aigle

Aigle a également rencontré deux passionnés du beau produit, Didier Defnoun et Bertrand Deborn, fondateurs de VCR (Vintage Clothing Retail).

L'amour du beau produit a conduit Aigle et la boutique VRC à fusionner pour donner l'Atelier Aigle, qui propose une sélection de produits iconiques Aigle, aux côtés d'autres marques historiques comme Levi's ou Edwin.

Nous avons eu l'occasion d'interviewer Bertrand, n'hésitez pas à passer à la boutique qui se trouve au 38, rue Yves Toudic, dans le 10ème à Paris.

Et vous pouvez retrouver d'autres informations sur Aigle sur leur site.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Salut François,

    Merci pour ton message (et ton invitation 🙂 )

    Le Mercantour c’est effectivement beaucoup plus sympa que Paris 🙂 On a toujours un projet de tour de France dans les cartons, je n’hésiterai pas te recontacter à ce moment-là ! 🙂

    très bonne journée,
    Geoffrey

  • Salut François,

    Eh bien figure toi que si, on publie tous les commentaires… et on y répond aussi.

    Pourquoi ? D’abord parce que c’est notre ligne de conduite. Ensuite parce qu’on croit en ce qu’on fait (ou alors on s’abstient).

    Les marques évoluent, leurs points forts, leurs points faibles, aussi. Aigle n’y fait pas exception.

    Si la marque revient peu à peu d’un positionnement mainstream qui ne fut pas toujours à son avantage, elle n’en a pas moins gardé de très hauts standards de qualité sur son produit historique : les bottes. Les gens de la campagne qui en ont confirmeront sans doute.

    Ces bottes, on ne les a pas érigé comme des monuments de style masculin. Simplement ce sont des supports de créativité dans la mode féminine, et dans la mode masculine elles ont un intérêt pour les gens qui vivent à la campagne. Ni plus, ni moins.

    Concernant le prêt-à-porter, comme chez toutes les marques, tout n’est pas à prendre. Mais il y a de plus en plus de choses à garder. En témoignent des collaborations récentes avec Kitsune… ou Nigel Cabourn (fais tes recherches, c’est un grand malade du workwear de puriste), deux marques qui ne se permettraient pas de s’associer à n’importe qui en terme d’image, et surtout de qualité.

    Concernant notre parka :

    – on a poussé la technicité loin, on est très heureux de son rapport qualité/prix, et je suis le premier à la porter car ça m’a fait kiffé de la faire. Ensuite oui, il faut la vendre, et quelle meilleure manière pour vendre ses produits que de faire de bons produits ? Je ne vois pas pourquoi on piétinerait les bases de ce qui a fait notre succès jusqu’à ce jour, au moment même où BonneGueule commence timidement à percer…

    – regarde les premiers témoignages des acheteurs qui ont reçu leur parka ou sont venus l’essayer au showroom :
    http://forum.bonnegueule.fr/viewtopic.php?f=34&t=4328&start=1680
    https://shop.bonnegueule.fr/collaborations/61-la-saharienne-aigle-.html
    (si tu me dis qu’on censure les commentaires négatifs, alors j’aimerai bien que tu m’expliques pourquoi j’ai choisi de publier le tiens)

    – je serai ravi de t’accueillir au showroom autour d’un café pour te présenter la parka en personne, ça ne me pose aucun problème. Et je te lis dis sans défiance, simplement parce que j’adore faire changer les gens d’avis (si on a dérapé, alors j’aimerai au moins concrètement savoir en quoi !).

    N’hésite pas 🙂

    À bientôt,
    Geoffrey

  • François Garcia

    Là: dérapage. Faut quand-même pas déconner. Jusqu’à présent on vous croyait; mais là vous mettez votre crédibilité sérieusement à mal.
    Dans le guide BGBook, la parka Aigle c’était la définition même de l’anti-style concernant les manteaux.
    Puis est venu la collab BGxAigle. Business is business, et d’un coup comme par hasard vient en plus un article sur les bottes Aigle… Comme si, en plus, les bottes en caoutchouc avaient un quelconque rapport avec le style masculin !
    Je ne crois néanmoins pas beaucoup au fait que mon com soit publié suite à « l’approbation de BonneGueule » 🙂

  • BenoitBG

    Ahah, je pense pas que ça soit le plus coûteux !

  • BenoitBG

    400€ pour une prod sur un vêtement technique, c’est beaucoup moins la panacée qu’on le pense, même au Bangladesh…

  • BenoitBG

    Bonne remarque, merci de me le signaler. J’ai appelé Aigle ce matin pour en savoir plus, et ils m’ont dit qu’ils étaient très vigilants sur leur atelier, ils travaillent visiblement avec l’un des fournisseurs les contrôlés du secteur, avec une très bonne réputation en terme de droits sociaux. Il a aussi un savoir-faire très précis et particulier sur le vêtement technique, sur un type de couture d’après ce que j’ai compris.
    Mais j’attends d’en savoir plus, ils m’ont dit qu’ils m’enverraient une réponse plus détaillée…

  • ça pourrait 🙂

    en fait je viens d’en discuter ce soir avec des interlocuteurs chez Aigle, et pour lui Hunter c’est plus mode, mais ce n’est pas la même qualité (c’est fait dans des usines délocalisées correctes mais sans vrai savoir-faire précis).

  • (b.)

    Merci Geoffrey,
    Peux-être un « prétexte » auprès potes pour retourner au UK 😉

  • BenoitBG

    Merci Bruce ! Ca m’a beaucoup amusé d’expliquer comment sont faites les bottes, car comme toi, je n’imaginais pas du tout le travail derrière !

  • BenoitBG

    Merci pour ton commentaire, mais je me dois d’y apporter un peu de nuance :
    – si l’attaché de presse me suivait dans l’usine, c’était uniquement pour éviter que l’on filme des secrets industriels, et rectifier mon discours sur les parties très techniques.
    – Aigle ne fabrique pas au Bangladesh ! Aigle fabrique en Chine, et on ne peut plus vraiment dire que la Chine est un pays « à très bas coût », cf notre article sur le Made in China : https://www.bonnegueule.fr/la-verite-sur-le-made-in-china-avec-ming-yin-de-three-animals/
    au contraire, ça fait quelques temps que l’on milite chez BG pour que l’on arrête d’avoir une image aussi caricaturale et faussée des vêtements fabriqués en Chine. En l’occurence, les savoir-faire sur les vêtements techniques sont là, sauf si les clients sont prêts à mettre plus de 900 € dans une doudoune fabriquée en France (ce qu’Aigle avait d’ailleurs déjà fait, cf sa collaboration avec Centre Commercial).
    Bref, il ne faut pas tout mélanger entre les droits sociaux du Bangladesh, le textile en Asie, et la fabrication des vêtements techniques en Chine, ce sont des sujets bien différents.
    En l’occurrence, l’usine d’Aigle a acquis quelques normes ISO, je vais me renseigner pour savoir les intitulés exacts.
    Voilà, voilà, j’espère avoir pu t’éclairer 😉

  • Marc Desart

    Pardonnez moi mais je trouve le discours d’Aigle très très marketé.

    Ok ils se repositionnent sur le outdoor « hipster », avec tout le vocabulaire sur la « beauté du produit ».

    Mais je trouve assez malhonnête de mettre en avant la production française de bottes pour se donner une image « française » (d’ailleurs on le voit bien de l’importance de ce point jusque dans les attachés de presse qui vous suivent dans l’usine), alors que la majorité de la production est faite dans des pays à très bas coûts.
    Comment peut-on vendre une doudoune plus de 400€ avec son image « française » en la faisant fabriquer au Bengladesh, avec tout ce que cela implique en termes de droit sociaux ?

    Je croyais pourtant que votre philosophie était de s’écarter des marques ayant ce type de fonctionnement là…

  • BenoitBG

    Je sais pas, mais il paraît qu’il y a du nouveau ce soir !

  • desiremalerba

    Salut l’équipe,

    Ça sentirai pas la colab avec Aigle pour le vêtement de pluie par hasard?

  • RafikBG

    Hello Benjamin,

    C’est une très belle pièce.

    Pour 75€, tu n’auras évidemment pas la plus premium des toiles selvedge, mais tu trouveras difficilement un rapport qualité/prix aussi intéressant. Tu peux y aller !

  • Hello,

    hélas je ne connais vraiment pas les produits de Hunter.

    Bonne soirée,
    Geoffrey

  • (b.)

    Bonjour,

    Avec les récents voyages de Geoffrey au UK, je souhaiterais savoir si vous avez une opinion sur Hunter vs Aigle en ce qui concerne les bottes de caoutchouc?

    Les produits Hunter sont un peu plus chers que ceux d’Aigle; savez-vous si cela est justifié ?

    (j’ai l’impression que Hunter joue beaucoup de son côté trendy mais en revanche leurs bottes sont plus portables en ville par temps de pluie alors que celle d’Aigle font plus countryside et mer – en ce qui concerne l’homme en tous cas)

    Merci à la team BG