Test Tumi – L’innovation au service du voyage

selectism-tumi-alpha-duffle-weekender-bag-01
|

Bonjour à tous, on se retrouve pour un nouvel article histoire de voyager un peu ! Cela fait déjà 2 mois que j’ai pris l’avion pour m’expatrier, moi qui suis d’ordinaire très chauvin, vers une contrée (pas si) lointaine : l’Angleterre. Alors je me suis mis à la recherche d’un plan pour tout ceux qui voyagent plus que moi, qui ont besoin de faire confiance à leur matos et qui ne vont pas regretter leurs sous.

Je m’adresse au rat des villes qui a pour destination une ville développée ou qui voyage pour le business, les études, etc… mais également au rat des champs, qui va changer tout les 2 jours d’environnement, être confronté à différents climats, qui va crapahuter en pleine forêt un jour et se retrouver dans une luxueuse capitale un autre jour. J’en fait rêver plus d’un ? Parfait.

Aujourd’hui, je ne vous présenterais pas une petite marque dénichée dans un salon de découverte des marques. Car il faut aussi faire confiance à des labels plus importants pour ce qu’ils vont apporter en expérience, en qualité et en technicité dans leurs produits.

Et pourquoi on parle de sacs ?

Alors pour les retardataires, les sacs ne sont plus destinés uniquement à la gente féminine et les hommes peuvent désormais porter autre chose que des sacs de sport ou des sacs de ciment. Malheureusement, cette soudaine évolution des tendances à conduit beaucoup d’hommes à choisir le sac qui les accompagne tout les jours un peu à la va-vite ou sans prendre conscience de l’importance qu’il pouvait avoir dans une tenue. Vous pouvez relire l’article BonneGueule pour vous rafraichir la mémoire : Comment choisir un sac pour homme.

Loin de moi l’idée de prôner l’élitisme jusque dans les accessoires de voyage (c’est après tout bien moins important que les éléments de la tenue). Mais si vous voyagez beaucoup, vous verrez davantage l’intérêt d’investir dans un sac qui vous plaise, qui soit pratique, qui offre des fonctionnalités utiles et originales… et puis qui ne saccage pas votre tenue.

Ici, le sac ne saccage plus rien du tout.

Tumi ? On dirait une marque de thé

Devenue leader de la catégorie premium du business et accessoires de voyage depuis que Barack Obama s’est procuré un sac Tumi en cuir noir de la gamme Alpha. Celle-ci puise son inspiration dans l’aéronautique et les sports automobiles. Pourvu de plusieurs compartiments très pratiques, un cuir travaillé, ce sac prouve à lui seul la volonté de Tumi d’incarner l’image d’un bagage pratique, beau et solide.

Alors si je devais choisir entre un sac monogrammé sans valeur ajoutée particulière et un sac plus simple avec quelques atouts sous le coude, je n’aurai aucune hésitation. Je vous explique plus loin pourquoi.

En 1975, en Amerique du Sud, Charlie Clifford fut littéralement émerveillé devant le cuir brut produit en Colombie. Il décida d’en importer en Amerique afin de réaliser son projet de sac en cuir business.

Vendu dans 140 pays, Tumi est maintenant implanté dans toutes les grandes capitales de la planète : Paris, Tokyo, New York, Milan ou Hong Kong.

Tumi à collaboré avec des entreprises telles que Ducati et Japan Airlines pour concevoir des lignes de bagagerie spéciales. Lexus a également fait appel à la marque pour concevoir des bagages sur-mesure qui s’adaptent au coffre de son super-car LFA. La maitrise des matériaux est éprouvée et approuvée dans chacune de ses collaborations puisqu’il lui faut jouer avec le cuir, l’aluminium, le nylon, la fibre de carbone, (…) pour coller aux exigences d’image et de design de ses collaborateurs.

Et la différence avec une autre marque ?

L’innovation.

Très sincèrement, je n’avais jamais vu des possibilités aussi dingues pour une marque de bagagerie. Voyez plutôt :

  • Tumi T-Pass® : une technologie qui permet de ne pas sortir son ordinateur portable du sac pour les rayons X et la fouille au corps (hahem) avant d’aller dans l’avion.
  • Tegris® : un thermoplastique apparemment révolutionnaire qui est utilisé pour les gilets pare-balles, les voitures de rallye et les protections de football américain. Ainsi, les bagages sont en même temps très légers, mais également très résistants aux chocs comme le laisse supposer l’utilisation dans les domaines militaires et sportifs.
  • Tumi Vapor: une gamme qui vise le rapport encombrement/légèreté le plus faible. Le résultat est plutôt impressionnant, je vous laisse seuls juges.
  • Antibacterial lining : ne me demandez pas comment mais il existe même un traitement ou un matériau qui empêche le développement des moisissures et champignons, utilisé pour les trousses de toilette.
  • Rib-Tech padding : la partie du bagage destinée à accueillir l’ordinateur est renforcée par un matériau haute densité qui absorbe les chocs.

et j’en passe

La gamme Tumi Vapor.

Ce qui démarque vraiment Tumi, c’est aussi et surtout le Tumi Tracer. Là, on dirait le nom du dernier jouet Action Man, mais il n’en est rien.

Il s’agit d’un code unique qui figure sur chaque bagage Tumi et qui permet de retrouver votre bagage en cas de perte (et si quelqu’un le retrouve). Vous serez donc informés de l’endroit où est parti se perdre votre bagage. Il ne s’agit pas d’une géolocalisation non plus, pas de théorie du complot cette fois-ci.

Pour en finir, j’annonce la garantie 5 ans. La 1ère année, le moindre problème sur le sac et il peut être remboursé intégralement. Après la première année, Tumi s’engage à couvrir tout les frais de réparation dû à un défaut de fabrication voire au remplacement du sac.

Allez, c’est bien beau tout ça, mais maintenant on va constater ensemble.

Le design général

Un sac c’est l’extension de soi et il peut tout aussi bien ravager comme sublimer la tenue de son « porteur ». Si vous êtes hésitant, optez pour un design sobre qui ne va pas jurer avec vos tenues. Pas la peine d’aller taper dans le sac haut de gamme, que vous ne comprenez pas très bien, que vous allez payer une fortune et qui restera dans votre penderie car vous ne saurez jamais quoi en faire.

Et pour les couleurs, un beau noir/marron pour une utilisation business (voire bleu sombre), des tons marrons, kaki, sable ou encore gris pour quelque chose de plus passe-partout. Tentez quelque chose de plus extravagant pour la forme mais pas de folies sur les couleurs. En effet, il vaut mieux garder le rouge et le jaune pour vos mi-bas ;)

Fonctionnalité

A quoi bon avoir un sac si il est impossible d’y ranger quoi que ce soit correctement, et si tout est en vrac en l’ouvrant ?

Si votre carte de la ville est coincée entre votre short de bain et les notes du bureau. Il faut être vigilant sur ce point. Encore une fois, c’est l’utilisation qui va déterminer si il vous faut ou non 18 poches sur votre sac. On peut aussi aimer les sacs type « sport » pour fourrer des vêtements rapidement avant d’attraper le prochain train.

Intérieur spacieux pourvu de poches internes profondes et pratiques pour ne pas mélanger certaines affaires. Une doublure en nylon classique, rien à signaler de ce côté là.

Notez tout de même les renforts en cuir sur les bords des poches et fermetures, c’est plus propre, ça donne un genre et j’avoue que ça me plaît bien. Maintenant, soyons francs, l’intérieur du sac n’est clairement pas son point fort (même si les rangements sont satisfaisants) et en même temps ce n’est pas ce que je lui demande. On remarquera ici la fonctionnalité du sac qui est plutôt bien fourni en poches et rangements smartphone, passeport, etc…

La structure

Par structure, je veux parler de la forme qu’aura votre sac lorsque vous le porterez à la main, à l’épaule ou que vous le poserez par terre…

La base quoi. Lorsqu’on pose le sac il peut s’avachir sur le côté, sur lui-même ou carrément tomber, tout dépend du sac et ce qu’il y a dedans. Sur celui-ci, le fond est large et relativement rigide (il peut se plier un peu). Il garde la structure du sac intacte et permet un confort d’utilisation. On peut le poser par terre, le traîner… il restera stable.

Bien solide, les coutures sont nettes et la matière est adaptée à une usure intensive. Je suis tranquille pour un moment. La matière utilisée pour le reste du sac est plutôt semi-rigide et ne se tasse pas de trop quand le sac est posé. Il n’y a pas de renforts particuliers hormis sur le fond du sac. Il peut donc se glisser un peu partout sans que ça soit trop pénible (dans un compartiment à bagage par exemple, ou un coffre de voiture).

Les matières

Si votre sac est en lin et fibre de bambou, ne venez pas pleurer si il est en lambeaux au moindre accroc. Certes, il sera léger mais il ne conviendra que pour une utilisation bien particulière. Le sac que vous emmènerez en voyage avec vous, devra donc nécessairement être plus costaud. Toiles de différentes épaisseurs, cuirs, nylon et j’en passe, voici une comparaison de mon sac avec d’autres sacs du même style proposés par Tumi sur un corner de Londres. Je reste sur la forme classique type « weekender » mais n’hésitez pas à aller voir le site, il y a un choix extrêmement large qui peut convenir à tout les usages.

C’est le même modèle mais la matière à changée. La couleur aussi, comme vous l’aurez subtilement remarqué.

Pour ce modèle noir/noir, Tumi utilise du « nylon balistique », le nom barbare c’est : « FXT Ballistic Nylon ». Il s’agit de la toile utilisée pour recouvrir les gilets pare-balles qui a été utilisée pour l’essentiel de ce sac. Elle est bien sûr travaillée pour être adaptée à un usage plus raffiné. On la retrouve dans la collection ALPHA, le best-seller de TUMI.

La matière utilisée pour le sac gris/marron est un genre de toile enduite qui donne visuellement l’impression que le sac est recouvert de feutre ou d’un tissu plus fragile. Il n’en est rien. Tumi m’a trollé.

On a également le choix de matières plus nobles, qui vont se patiner comme le sac en cuir ci-dessous.

La sélection de sacs

« Mais c’est cher ». Oui, en effet, j’ai sauté au plafond aussi en voyant le prix de ces sacs (environ 800 euros). Rassurez-vous mes amis, Tumi propose des bagages bien sympas à des prix plus attractifs. Rien ne vous oblige à taper dans les modèles les plus coûteux, mais vous pourriez bien ne pas le regretter si cela devait arriver.

Casual

Arch brief – 165/185£

Pour un usage régulier, pour partir en week-end ou bien prendre quelques affaires pour aller en cours. Abstraction faite de l’étiquette qu’on peut facilement gérer. Il existe en kaki. Et en sac messenger,

Voyage

Small Soft Travel Satchel – Alpha – 295£

Un sac bien costaud puisqu’il utilise le fameux nylon balistique. Il est souple, assez petit. Il existe en noir mais je trouve ce coloris plus sympa.

Soft Carry-On – 245£

Sac plus conséquent, adapté au voyage, peu encombrant et très fonctionnel. Trouvable içi.

Business/Casual

Lambert Satchel – 275 £

Coloris « terrain » disponible, il peut bien vieillir. Pas mal d’espace disponible pour moins de poches.

Bien entendu, tout cela relève d’un certain budget. Ne faites pas l’erreur de mettre une grosse somme dans un sac. Si vous n’avez pas encore eu l’expérience du sac qui craque de partout, avec des pièces qui se décollent ou décousent, c’est que vous ne voyagez pas assez intensément pour reconnaître le confort d’un de ces sacs.

La gamme des accessoires

Comme toute marque de bagagerie qui se respecte, Tumi propose une sélection d’accessoires pour compléter sa gamme. Sauf que là, on est loin du cadenas ou de l’étiquette-bagage.

Clavier d’ordinateur sans fil, accessoires de téléphonie, parapluie auto-pliant et j’en passe. J’ai eu l’occasion de tester l’adaptateur électrique, extrêmement pratique également.

Permet de se brancher dans 150 pays. Il suffit de faire glisser un des petits boutons sur le côté pour choisir le type de prise. Ce chargeur est paré aux coup de jus, il peut être branché sur les prises au sol, c’est du costaud. Aucun risque de faire sauter l’appareil branché dessus. Une version plus « light » existe si vous ne faites pas de folies avec l’électricité.

La trousse de toilette anti-bacterienne. Je trouve le concept tellement génial qu’elle mérite sa place ici. Fini les moisissures sur votre brosse à dents ! (Et ne dites pas que je suis le seul à qui ça arrive… si ? ok). Plus sérieusement, en voyage, la chaleur développe les bactéries et l’humidité n’aidant pas, je vous laisse imaginer le large choix de virus qui se sont développés depuis que vous êtes arrivés au Ghana pour vos vacances.

J’aurais pu aussi prendre la trousse assortie à mon sac… mais ne poussons pas le vice. Même si c’est un autre fantasme que d’avoir une trousse de toilette en nylon balistique. On ne sait jamais.

Il y a également un choix de porte-cartes, protège-passeport, et gadgets électriques un peu décalés au début mais qui trouvent réellement leur utilité pendant un voyage.

En conclusion, j’apprécie beaucoup cette marque que je recommandes à tout ceux qui veulent s’équiper correctement et être surpris chaque jour en découvrant quelque chose sur leur bagage. Je trouve les prix corrects au vu des innovations proposées et de tout les services supplémentaires compris dans l’achat du sac : retrouver son sac parti au Guatemala, remboursement intégral la première année quoi qu’il arrive et défauts de fabrication couverts sur 5 ans. Pour moi, ça vaut vraiment le coup de tenter une expérience de voyage qui sort du lot.

J’espère qu’avec ça tout le monde est prêt à partir. Demain, rendez-vous dans la cour à 7h. Pas de retardataires. Ne m’attendez pas, je suis déjà parti.

Laisser un commentaire
  • http://www.bonnegueule.fr/ Geoffrey – BonneGueule.fr

    je te conseille un cordonnier

  • amalou

    Bonjour, j’ai depuis longtemps des bagages Tumi dont je suis très très satisfait. Mais j’ai besoin de faire réparer un petit problème. Savez-vous où je me pourrais m’adresser compte-tenu que j’ai acheté ces bagages dans un aéroport il y a bien longtemps ?

  • Diidjy

     Je ne l’ai pas vu non.

  • Thomas

    As-tu eu l’occasion de testé, ou voir, « l’Arch Brief », le sac casual ? 

    En fait, je cherche un sac pour la fac. Je pensais prendre le 256 de chez Filson, mais maintenant j’hésite avec celui là!

  • Diidjy

     Merci Antoine ! C’était le but. On en discute quand tu veux.

  • Antoine7

    Très intéressant cet article Rémi, on y apprend pas mal de choses. Je connaissais la marque, de nom surtout, mais je crois que tu m’as fait changer d’avis, et surtout aiguisé mon oeil sur cette marque ;) merci