Pourquoi il n'y a pas de pubs et d'affiliation sur BonneGueule ?

Pourquoi il n’y a pas de pubs et d’affiliation sur BonneGueule ?

Disclaimer : Aujourd’hui, on sort un peu de la mode masculine, mais on tenait beaucoup à expliquer plus en détails notre politique en matière de publicité sur Internet. On pense qu’il y a des tabous sur le sujet qui n’ont pas lieu d’être. Mais aussi que quand on comprend comment fonctionne tel ou tel media, on peut ensuite mieux s’informer en en mesurant le degré d’objectivité.

Cela faisait un moment qu’on avait envie de s’exprimer sur le sujet, car en 5 ans de blogging, on a eu le temps de réfléchir un peu sur la pertinence du petit jeu entre les annonceurs, les agences presse, les blogueurs et… les lecteurs. Si vous voulez lire un article à propos de beaux fittings et de belles matières, je vous invite à repasser plus tard. Les autres, vous pouvez continuer avec plaisir ;)

L’affichage des pubs sur un blog : un total non-sens à notre avis

Pourquoi des pubs ?

Dans la blogosphère des blogs de mode (et pas seulement de mode masculine), les publicités sont assez répandues. Même si les pubs AdWords tendent peu à peu à s’effacer j’ai l’impression, l’affichage des bannières, des thèmes personnalisés (c’est-à-dire quand le site est temporairement aux couleurs d’une marque) ou des encarts devient de plus en plus répandu. Pourquoi est-ce que les blogueurs le font, surtout dans le domaine de la mode ?

Tout simplement parce que quand vous passez beaucoup de temps à construire votre blog, vous avez envie d’y gagner un peu d’argent. D’ailleurs, il existe un peu une sorte de tabou sur le sujet. Un blogueur ne doit jamais dire qu’il a envie de tirer un revenu ou un complément de revenu de son blog. De ce fait, ils utilisent une expression particulière, c’est la « monétisation d’audience ».

Concrètement « la monétisation d’une audience » répond à un problème tout simple, qui torture bon nombre de blogueurs mais qui doit absolument rester confidentiel : comment gagner x euros avec les x lecteurs qui viennent chaque jour sur mon blog ?

Et donc spontanément, ils se tournent vers de l’affichage publicitaire parce qu’ils considèrent que c’est le seul moyen pour gagner de l’argent… sans faire dépenser ses lecteurs (j’aborderai l’affiliation un peu plus loin). Sur le papier, c’est la solution idéale : mes lecteurs ne dépensent rien, et je gagne quand même de l’argent ! Et plus il y en a (des lecteurs), plus je facture cher ! Mais qu’est-ce qu’il vous faut de plus mon bon monsieur ?

Sauf que, tout ça, c’est un peu comme le plein emploi, le communisme ou les cardigans en cachemire à moins de 100 € : sur le papier, ça s’annonce bien, mais dans les faits, je reste convaincu que c’est un non-sens total (bon, je libère peut-être le kraken en disant ça, mais ça fait un moment que ça me travaille).

Un jeu de dupes ?

En fait, c’est le principe même de la pub sur un blog qui me gêne. Quand un annonceur vous paye, concrètement, il vous rémunère pour quoi ? Soit pour afficher une bannière sur un nombre de pages (ça se compte souvent en milliers) soit pour chaque clic sur ladite bannière (on appelle ça le coût par clic, le fameux CPC à surveiller !). Et là ça se pose une question toute simple : mais concrètement, la création de valeur, elle est où là ?

Alors, ok, c’est peut-être une problématique qui n’est pas très concrète, surtout pour un blogueur qui veut simplement payer son loyer. Mais, et c’est le deuxième point qui me tient le plus à cœur, la pub est un non sens total car vous êtes payé pour que :

  • au mieux vos visiteurs soient perturbés pendant la lecture de vos billets par un bandeau publicitaire. Parce que oui, on considère encore maintenant, qu’un visiteur regarde quand même la bannière qui s’affiche sous ses yeux.
  • au pire, pour que vos visiteurs quittent votre blog en pleine lecture. Car oui, quand vous êtes payé au clic sur la bannière publicitaire, c’est pour que vos visiteurs quittent votre blog ! (ils ne vont pas s’amuser à cliquer uniquement par plaisir)

Et vous savez combien on vous rémunère (dédommage ?) pour qu’un visiteur quitte votre blog ? Une poignée de centimes ! Parfois quelques dizaines de centimes dans le meilleur des cas…

C’est vraiment dommage : vous passez du temps à faire du bon contenu, des beaux articles, et on vous paye pour parasiter votre message par une pub. Mais non de dieu, elle est où la création de valeur dans un tel système ? (et encore, je n’ai pas parlé de la dépendance aux annonceurs dès que vous mettez la main dans cet engrenage : elle impacte directement le contenu de vos articles).

Personnellement, ça me ferait bien chi** que vous lisiez par exemple mon article sur Filson, et que vous cliquiez sur une pub pour ne jamais en finir la lecture (et ne jamais revenir sur le blog dans le pire des cas). En tant que blogueur, ce n’est pas très motivant pour continuer à faire du contenu fouillé !

Voilà pourquoi il n’y a pas de pub sur BonneGueule, car nous voulons que nos articles soient lus, et surtout pas parasités par une bannière d’une méga brand (car oui, vous imaginez bien que ce ne sont PAS les petits créateurs qui font de l’affichage sur les blogs…). Attention, je ne suis pas non plus contre la pub sur Internet, car elle est même vitale dans certains secteurs. Mais c’est juste que pour les blogs de mode, je trouve que ça peut poser problème.

T’es marrant de dire ça Benoit, vous avez quand même un pop up qui s’affiche pour récupérer mon adresse mail !

C’est vrai, et on a longtemps hésité à la mettre cette pop up. Mais c’est la seule chose que l’on demande à nos visiteurs. Et c’est tout. Une fois qu’il l’a fait une fois, on ne l’embêtera plus jamais avec. Et après, il reçoit quelques bonus vraiment utiles par mail. Et non, nous ne vendons pas notre base de mails aux annonceurs ! Pour nous, c’est surtout un moyen privilégié de communiquer avec vous, sans passer par le blog. Si on devait communiquer sur certains projets systématiquement sur le blog, ça serait un sacré bazar.

Les limites de l’affichage de pubs

Concrètement il y a 4 acteurs qui rentrent en compte :

  • l’annonceur (marque ou site de e-commerce), à l’origine du message
  • la régie, qui se charge de diffuser le message sur les blogs sous contrat
  • le blogueur, qui est payé selon le nombre de fois où la bannière s’affiche
  • le lecteur, dont on revend l’attention

Le problème insidieux de la publicité, c’est que petit à petit, c’est une incitation à la quantité, et non à la qualité. En effet, la seule variable sur laquelle un blogueur peut jouer pour augmenter directement son revenu est le nombre de pages vues, puisque c’est ce qu’il vend directement à sa régie.

Comme c’est très compliqué passé un certain stade de trouver de nouveaux lecteurs, il augmente la fréquence des articles (en en diminuant bien souvent la qualité intrinsèque, car il ne peut plus se permettre de passer 4 heures sur UN SEUL article). Dans les cas les plus extrêmes, il tend aussi à économiser un maximum de temps en reformulant rapidement les communiqués de presse (c’est très courant dans les blogs hi-tech), et vérifie moins les sources, ou dans le cas de la mode : la qualité des produits évoqués. D’autant qu’il n’y a pas assez de marques qualitatives dans la mode masculine pour écrire quotidiennement : alors il faut du contenu à placer, tout de suite, maintenant, pour ne pas laisser de vide…

C’est ce que j’appelle de la junk news ! Pourtant on peut très bien faire de l’actu avec un bon traitement. Modissimo sait très bien le faire, avec son dossier très sympa sur la mort de la ligne D&G. Vous voyez, concilier actu et qualité : c’est tout à fait possible !

Pour trouver de nouveaux lecteurs, les sujets tendent eux aussi à se diversifier, le blogueur dilue sa spécialité. In fine, les lecteurs s’en rendent compte, sont moins impliqués, et le blogueur doit combler le déficit en faisant encore plus de pages vues : la boucle est bouclée et vous ne lisez plus un blog mais un portail de news.

Donc vous êtes anti-pub ?

Non, car le problème de la pub ne se pose pas dans tous les secteurs. Cela ne devient problématique que quand le blog se positionne avec une logique de conseils ou de tests.

C’est moins problématique quand le blogueur a d’autres sources de revenu, et ça ne l’est pas du tout quand il se positionne sur du divertissement ou si le sujet qu’il traite n’a rien à voir avec les pubs qui s’affichent.

Les articles sponsorisés sur les blogs

Ce n’est finalement qu’une variante de la pub, simplement plus intrusive puisqu’il s’agit d’un article commandé par une marque et publié avec la mention « article sponsorisé ».

Les limites de la diffusion d’articles sponsorisés

Si quelqu’un avoue avoir touché un pot de vin, est-ce que ça l’innocente ? Dans le monde réel : non. Eh bien sur internet : oui.

Mais là se posent deux grandes questions :

  • Comment émettre une critique négative sur une marque qui vous a acheté de la pub le mois dernier ?

encore plus difficile :

  • Comment émettre une critique négative sur une marque quelconque, avec la peur au ventre de voir ensuite fuir tous ses annonceurs potentiels (et son salaire avec) ?

Pour avoir écrit il y a quelques années des articles sponsorisés, alors que j’aimais le produit, je peux vous dire que j’ai ressenti toute la douleur d’avoir les fesses entre deux chaises. Maintenant, BonneGueule n’en fait plus du tout.

Faites le test

Ouvrez un magazine papier de presse masculine (n’importe lequel !). Regardez les marques qu’il propose dans ses sélections (présentées comme objectives) et les shootings : D&G, Gantt, Zadig&Voltaire, Strellson, The Kooples…

Maintenant regardez qui achète de l’espace publicitaire dans le magazine : et oh, surprise, ce sont les mêmes marques (bah ça alors…).

Vous tenez là précisément ce qui arrive déjà sur certains gros blogs de la mode, du high tech, du cinéma, de la musique, et cetera… dans une mesure qui sera bientôt équivalente.

Encore une fois nous ne sommes pas contre la monétisation de l’information (bien au contraire, cela permet de faire de la qualité). MAIS nous remettons en cause les conséquences à terme de certaines de ces pratiques de monétisation.

Le cas de l’affiliation sur les blogs

Là on arrive à quelque chose d’encore plus insidieux.

Qu’est-ce que l’affiliation ? Imaginons que vous lisiez un blog recommandant une paire de chaussures. Si vous achetez la paire de chaussures via le lien du blog, le blogueur touchera une petite commission sur la vente finale (aux alentours de 10 % sur un produit physique). Le principe est complètement juste : vous apportez un client à l’eshop, c’est parfaitement normal d’être rémunéré en conséquence.

Les limites des liens d’affiliation

Le problème, c’est que comme vous ne gagnez pas grand chose avec de l’affiliation (10 € sur un jean vendu à 100 €), vous avez intérêt à avoir des effets de volume énormes : plus de trafic, plus de produits affiliés (d’où l’émergence de « sélection de vêtements » comme type d’articles), et forcément, un peu moins d’indépendance, car vous devez faire en sorte que vos lecteurs achètent à tout prix ce que vous recommandez.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les liens d’affiliation ne sont plus signalés en tant que tels dans les articles de blogs (même si on les reconnaît grâce à leur URL très caractéristique)… et que le lecteur se demande ou pas si c’est de l’affiliation : ce qui remet en cause la globalité de ce que le blogueur écrit puisqu’il ne le signale pas !

Je m’étais brièvement frotté à l’affiliation il y a quelques années, et j’avais fait un dernier essai en janvier 2011. Bilan : frustration + sentiment de ne pas avoir fait grand chose de gratifiant + pénibilité à faire quelque chose qu’on n’aime pas (me forcer à faire une sélection de vêtement alors que j’ai toujours préféré écrire des conseils ou mes points de vue).

Je n’ai jamais réessayé depuis, et je ne réessayerai pas, malgré les deux liens d’affiliation qui traînent sur BG : un qui pointe sur un eshop qui a fait faillite et un autre dans un article qui a 5 ans, que vous trouverez dans les méandres du début du blog pour les plus archéologues d’entre vous…

Le cas de l’affiliation sur les produits numériques

Selon moi, c’est différent, car en général, tous les produits de ce type sont remboursés intégralement sur simple demande. Si jamais un lecteur se sent berné après avoir acheté un produit numérique (PDF, vidéo, etc) via un lien affilié, il n’aura aucun mal à se faire rembourser très rapidement, sans renvoi ou négociation. Et pour moi, cela change tout, car cette garantie est quand même un sacré filet de sécurité pour les lecteurs.

Je trouve aussi que les revenus sont partagés de manière parfaitement équitable : en général, quelqu’un qui fait de l’affiliation sur un produit numérique touche au moins 50 % du prix de vente final.

Alors certes, je prêche peut-être ma paroisse avec le BonneGueule Book, mais si cela peut vous donner matière à réflexion, j’en serai ravi !

Mais encore une fois, cela n’engage que moi. Par exemple, certains considèrent que le lecteur a suffisamment de sens critique pour faire son choix, ou que l’affiliation n’a pas à être signalée comme telle, car un blogueur serait condamné à paraître objectif pour préserver son lectorat…

  • mais avez-vous (vraiment) du sens critique dans tous les domaines ?
  • comment vous faire une idée de l’objectivité d’un support… en 3 lectures ?
  • et avez-vous toujours le temps de vous poser ces questions quand vous consommez de l’information ?

Apprendre à reconnaître un lien affilié

Attention, vous êtes prêts à prendre la pilule rouge ? Alors c’est parti pour un petit cours pratique.

C’est très simple de reconnaître un lien affilié. La plupart se repèrent facilement car ils contiennent dans leur structure le nom de la plate-forme d’affiliation : c’est le logiciel qu’utilise le blogueur pour vous proposer sa sélection de produits ou vous dire où acheter ce qu’il vient de présenter.

Passez la souris sur les liens (ils ne fonctionnent pas car je ne veux cibler personne et je les ai donc modifiés) et vous verrez qu’ils ont une structure très différente d’un lien classique.

  • Cet article est disponible sur MENSHOP.COM (exemple de lien affilié).
  • Cet article est disponible sur MENSHOP.COM (exemple de lien banal).

On voit aussi que c’est un lien qui pointe vers un autre lien, et non directement l’adresse de l’e-shop (www.zalando.fr) :

  • http://www.awin1.com/cread.php?awinmid=2077&awinaffid=534412&clickref=&p=https%3A%2F%2Fwww.zalando.fr

Autre astuce : certains liens contiennent un truc du genre id=’adressedusite.com’. Là encore c’est de l’affiliation, même si on ne vous le dit pas :

Même si souvent c’est juste un numéro au lieu de l’adresse du blog, comme par dans ce lien-ci exemple id=’12256937′, ce sont sans équivoque des liens affiliés :

Maintenant vous savez faire la différence entre un produit conseillé de manière spontanée… et un produit affilié pour lequel le blogueur est rémunéré pour vous faire acheter.

Au final, vous êtes contre la monétisation d’un blog !

Encore une fois : non ! Bien au contraire, puisque nous arrivons à en vivre !

Nous sommes conscients qu’être blogueur, au début, c’est difficile et long. Beaucoup de gens aiment ce que vous faites, mais le temps que vous y passez, l’énergie que vous y mettez, et parfois la frustation de voir que tout n’est pas comme vous le souhaitez, au bout d’un moment ça pèse un peu. Vous en avez un bel exemple quand vous regardez la fréquence de publication des articles de BonneGueule de 2009 à 2011, qui était très irrégulière. À ce moment là, j’étais tout seul, et en toute franchise BonneGueule ne rapportait quasiment rien par mois.

Lancer le BonneGueule Book a eu un effet immensément bénéfique sur le blog, et sur notre motivation. Et puis je vais être très honnête avec vous : cela nous a permis d’avoir la trésorerie nécessaire pour lancer les collaborations, notre projet ultime qui arrive dans quelques semaines, et ne pas mettre la clé sous la porte quand Paypal a eu la bonne idée de nous bloquer les 3/4 de notre compte.

C’est pour cette raison que je pense que les blogueurs DOIVENT gagner de l’argent avec leur blog. Car ça les motive à offrir toujours plus du bon contenu, et ça tire vers le haut la qualité de leurs billets.

Alors évidemment, des exceptions existent (comme le blog de maître Eolas par exemple qui ne monétise pas et qui publie inlassablement), mais dans la majorité des cas, la motivation est parfois difficile à maintenir quand on fait tout sans avoir de retour derrière (y compris répondre à chaque mail de demande de conseil que vous recevez). Et surtout, surtout, quand des blogueurs gagnent de l’argent avec leurs blogs, ils peuvent se permettre de réinvestir dans leur passion : ça peut être pour se payer un voyage pour aller voir une usine de cachemire ou du matériel vidéo pour faire du contenu d’un nouveau type.

Mais Benoit, comment je fais pour gagner de l’argent si je ne mets pas de pub ?

Il y a des milliers d’autres chemins pour gagner sa vie. Nous avons choisi celui des « produits numériques », puis du service (le coaching) et maintenant des collaborations de vêtements.

Mais d’autres deviennent conférenciers, d’autres écrivent un livre papier, d’autres font un DVD, d’autres boostent leur carrière ou changent de job. Il y en a même qui montent leur boîte, popularisent leurs inventions ou développent des réseaux sociaux sur des sujets de niche. Et il reste beaucoup d’options à explorer, des options dont le blogueur pourra se sentir fier. C’est juste une question d’effort, de créativité et d’écoute des problèmes qui rencontrent les lecteurs.

Citons en exemple Julien Scavini, d’une générosité pédagogique exemplaire, qui se sert de son blog comme une vitrine pour ses services de tailleur (il vient d’ouvrir son atelier d’ailleurs !).

Et vous connaissez la chose la plus encourageante ? C’est que vos lecteurs sont les premiers à penser que tout travail mérite salaire ! Je ne plaisante pas, l’immense majorité de vos lecteurs ont un fort respect des valeurs telles que le travail, l’effort, et la volonté sur le long terme, et ils savent vous remercier et vous soutenir à leur façon. Il faut juste leur donner l’opportunité de le faire.

Pour finir…

Amis blogueurs, nous vous apprécions et respectons votre travail. Cet article ne vise personne de précis. Toutefois cela nous semblait important d’informer notre lectorat sur ce point là, car cela faisait longtemps que toutes ces réflexions sur les revenus des blogueurs étaient dans nos têtes.

Amis lecteurs, ne rejetez pas un blog qui monétise avec de la pub ou de l’affiliation : il existe de nombreux blogs qui monétisent de concert avec une forte éthique : SoDandy, Modissimo, The Yers, etc… Il y a peut-être une bannière, mais le contenu reste toujours d’excellente qualité, ce qui prouve sans aucun doute que le blogueur n’a pas vendu son âme au diable. Soutenez-les, et motivez-les ! Postez un commentaire encourageant sous un article ! C’est un petit pas pour le lecteur, mais un grand pas pour le blogueur.

Quant à nous, nous maintenons nos engagements, quand bien même ce ne soit pas la voie la plus confortable. Simplement, nous ne voyons pas les choses autrement.

 
About the author

Benoît et Geoffrey sont les deux principaux rédacteurs de BonneGueule.fr.

Si vous lisez ceci, cela veut tout simplement dire qu'ils ont écrit ensemble l'article juste au-dessus de cette fenêtre !


 
  • RafikBG

    Merci beaucoup Thomas, pour tes encouragements et ta fidélité ! Ça nous fait vraiment plaisir de lire des commentaires comme celui-ci ;)

Recent Posts
BonneGueule chez Luisaviaroma : Firenze4ever (2/2)

BonneGueule chez Luisaviaroma : Firenze4ever (2/2)

29/07/2014 • Après la découverte de Firenze4ever, passons à la deuxième tenue... Deuxième tenue : du Lanvin, un peu de Rick Owens, et des sneakers dragon ...lire la suite

BonneGueule chez Luisaviaroma : Firenze4ever (1/2)

BonneGueule chez Luisaviaroma : Firenze4ever (1/2)

25/07/2014 • En Juin, nous avons été invité par la boutique/eshop Luisaviaroma à Florence dans le cadre de leur évènement bi-annuel Firenze4ever. Il s'agissait d'inviter des ...lire la suite

Revue du web du mois de juin - #21

Revue du web du mois de juin – #21

23/07/2014 • C'est entre deux matchs (ou presque) de Coupe du Monde qu'on vous a concocté cette toute nouvelle revue du web riche en mode (mode ...lire la suite

Les chaussettes pour homme Royalties (visite de l'atelier Broussaud + interview)

Les chaussettes pour homme Royalties (visite de l’atelier Broussaud + interview)

19/07/2014 • Les chaussettes sont trop souvent oubliées... Sans doute parce qu'il est franchement difficile de différencier une bonne paire d'une mauvaise. Du coup, nous avons malheureusement ...lire la suite