Conseils : Le guide ultime sur comment choisir une chemise pour homme

blazer-costume-gris-bonnegueule-et-pincollar
/

La chemise. La base du vestiaire pour monsieur, l’emblème de l’élégance d’un homme, pilier du style masculin. Au delà de la dramaturgie, une vérité : tout homme aujourd’hui DOIT avoir une chemise. Casual ou décontractée, peut-être, habillée et formelle, impérativement.

Et comme à l’accoutumée, la qualité, encore la qualité, toujours la qualité, caractéristique inhérente aux belles choses.

Mais comme d’habitude, pas de totalitarisme : ces indications ne sont pas exhaustives. Car même si vous avez des boutons en plastique non cousus en croix, il ne faut pas perdre de vue qu’une coupe bien exécutée et une très belle matière demeurent les deux éléments les plus importants.

Sommaire du dossier

Un peu de technique pour reconnaître une belle chemise

La qualité de la matière est l’élément ultra déterminant de votre choix.

La chemise, en contact direct avec la peau et ce, parfois pendant plusieurs heures, se doit d’être taillée dans un beau tissu, ce qui exclut le synthétique (hors textures particulières).

Un 100% coton, et c’est tout. À cela, bien sûr, peuvent s’ajouter éventuellement la soie et le lin. Tant que vous restez dans une matière 100% naturelle, tout va bien !

Le titrage d’un tissu de chemise

La carte d’identité du tissu est son titrage (ou « numéro anglais coton ») et son retors : 100/2, 120/1, 80/2, etc. C’est une information technique à connaître.

Mais ne tombez pas dans l’overthink. N’angoissez pas si vous ne connaissez pas le titrage du tissu, et évitez à tout prix les réflexions du type « hmmmm… vu que ce tissu a un compte de fil de 161 x 53 et que l’autre a un compte de fil de 152 x 46, lequel est le mieux ? ».

C’est le meilleur moyen de choisir votre chemise de manière très froide et sans goût, alors que pour un vêtement que vous allez porter à même la peau, votre ressenti est ce qui compte le plus.

Qu’un tissu ait un compte de fil avec 20 fils en plus sur la trame, franchement – et pardonnez-moi l’expression – on s’en fout complètement, à part si vous avez une dizaine de chemises bespoke et que c’est votre passion.

Chemise charvet boutique bespoke

Charvet est une des meilleures adresses pour les amateurs de chemises bespoke

Ce fameux titrage correspond en fait à la longueur d’un fil pour un poids fixe donné. Pour une chemise, c’est le nombre de bobines (chaque bobine ayant une longueur de 840 yards soit 768,1m) pour une livre anglaise (453,6g).

Par exemple, un tissu titré 160s signifie que pour 453,6 g de fil, j’ai un fil d’une longueur total de 122 896 mètres. Plus le titrage est élevé, plus le fil est donc fin.

Mais attention ! Les titrages les plus élevés (à partir de 170s ou 180s, jusqu’à 300s si vous êtes prêts à payer une chemise 400 euros) sont certes très doux, mais se froissent facilement et peuvent être plus fragile. Retenez bien que titrage élevé = pas forcément gage de solidité (mais gage de douceur et de haut de gamme).

Retors et double-retors

Le retors consiste simplement à « tordre » deux (ou plus) fils ensemble pour n’en former plus qu’un.

Vous avez peut-être entendu parler du « double retors » : deux fils simples qu’on a tordu ensemble pour obtenir un seul fil, pour apporter plus de résistance et de soyeux.

Quand par exemple vous voyez un tissu 100/2, cela signifie que c’est un tissu de titrage 100 (donc totalement dans les titrages habituels en prêt-à-porter) double retors (c’est le « 2 »).

Comme l’a montré Laurent de Milanese Special Selection, ça peut monter très haut, avec les tissus les plus luxueux en 330/4 comme chez Belisario par exemple ! Au-dessus, c’est le soleil…

Chemise-homme-horrible

Contrairement au tissu quadruple retors, la chemise quadruple bouton n’est pas un signe de qualité…

Un vrai double retors, c’est en chaîne ET en trame. C’est-à-dire que les fils verticaux ET horizontaux du tissu sont double retors. Sauf que pour 99,999% du temps, malheureusement, pour le consommateur, c’est impossible de savoir.

Nous avons pas mal de questions par rapport à ce sujet, mais finalement, ça ne change vraiment pas grand chose sur le rendu final.

machine à tisser

Albini et Thomas Mason, deux mastodontes qui fournissent nombre de marques, sont des valeurs sûres, ne l’oubliez pas.

Les différents types de tissus

Les cotons Pima, Giza, Sea Island…

Parmi les types de coton les plus haut de gamme, il y a le coton Pima, le coton Giza (en Egypte) et le Sea Island. Si vous voyez le label « ELS » (Extra Long Staples), cela signifie « fibres extra longues », gage de qualité. Enfin, pour info, les tissus de chemise les plus soyeux que j’ai pu toucher sont ceux de David & John Anderson, avec une « main » incroyable, quasiment surnaturelle. On dirait presque de la soie.

La popeline

popeline coton

La popeline est une matière facile à tisser, légère et fine à souhait et idéale à porter au quotidien.

On utilise souvent de la popeline pour les usages professionnels. Et en plus elle est facile à entretenir !

On reconnait une popeline de qualité à son soyeux, tout simplement. Plus son toucher vous fait penser à de la soie, et plus vous êtes sur une matière qualitative.

Pour acquérir une bonne expérience au niveau de la main d’un tissu, il n’y a pas de secret : allez dans les boutiques les plus haut de gamme de votre ville (celles où les chemises dépassent facilement les 150 €) et touchez les matières, encore et encore. Je le répète depuis plusieurs années.

Le fil à fil

fil à fil

Si vous aimez la popeline, alors vous aimerez le fil à fil, dérivé de cette première.

La différence se situe au niveau de la couleur, car ce tissu requiert au moins 2 couleurs de fils de façon à créer une texture. De quoi donner du relief à une tenue trop simple.

L’oxford

oxford tissu

L’oxford se prête aux usages moins formels.

Son tissage épais lui confère une texture en damier intéressante, en plus de garantir une robustesse bien appréciable. Mais sa particularité est ailleurs : il est fabriqué avec 2 fils de chaine colorés et 2 fils de trame blanc, d’où un aspect un peu bicolore.

Les très beaux oxford peuvent même se porter avec un costume (gamme Royal Oxford de chez Thomas Mason par exemple).

Sur cette chemise Howard’s dite « pin collar », le tissu est un Royal Oxford qui trouve parfaitement sa place dans une tenue habillée (chemise, Howard’s, costume BonneGueule).

Le twill

twill

Ceux d’entre vous fâchés avec le repassage vont adorer le twill, le plus facile à passer au fer. On le reconnait à ses rayures en biais (comme sur les jeans), fruit d’un procédé consistant à décaler le fil de trame et le fil de chaine.

D’où un fil solide et dense. C’est un tissu que l’on voit souvent sur des chemises formelles.

La chemise en denim

chemise denim maison standards

Chemise en denim Maison Standards

C’est désormais un classique du vestiaire masculin.

Avec son épaisseur typique et sa texture mate, le denim s’accommode de mieux en mieux aux coupes ajustées ou même cintrées pour un twist élégant et masculin.

Denim Chemise Pitti (Trashness)

On peut utiliser la matière brute du denim pour contraster avec les tenues très élégantes comme le fait ce sympathique transalpin.

À noter que les Italiens adorent la porter en tissu denim très léger (le même poids qu’une chemise classique), en cravate et en costume. Ça donne des tenues très sympathiques !

Les autres tissus

Les tissus dits « poids chemise » sont un univers riche et varié.

Citons le chambray, le pin point, le dobby, le nid d’abeille, le piqué, la flanelle ou même le jersey. Autant de textures qu’il faut explorer une fois que vous portez déjà de l’oxford ou de la popeline.

Notre chemise en chambray à nous.

Notre chemise en chambray à nous.

La confection d’une bonne chemise

L’aspect général des coutures

Simplement, il est important de se sentir bien dans la chemise, et de ne pas noter de défauts comme :

  • un pan plus grand que l’autre,
  • une emmanchure vrillée,
  • des plis qui se dessinent à cause d’une couture réalisée de travers…

Je grossis le trait, mais il peut arriver de tomber sur ce genre de cas.

Deux explications : une erreur de montage ou une chemise qui n’est pas adaptée à votre morphologie.

Régularité et précision de la couture

S’il n’est pas à exclure quelques petites imperfections (parfois témoins d’un travail fait main), un vêtement de qualité se fera remarquer par la précision, la netteté et la régularité de ses coutures.

Faciles à inspecter sur une chemise, les points de couture doivent accompagner les courbes de la pièce : droites sur une patte de boutonnage, et en bel arrondi sur un col club.

points couture

La couture suit parfaitement et régulièrement l’arrondi du col. En terme de densité, on a entre 6 et 7 points au centimètre.

Finesse des points de couture

Autant sur certaines pièces comme le jean il peut être intéressant d’avoir de bonnes grosses coutures, autant sur une chemise, on apprécie davantage des points fins et rapprochés.

Plus élégants et permettant un montage précis et robuste du tissu, les points fins vont améliorer le rendu d’une chemise. À partir de 5/6 points au cm, on a de la qualité. 7 points / cm, c’est le top.

Coutures 2 aiguilles ou coutures anglaises ?

Si l’on rentre dans le détail, on retrouve deux grands types de coutures : la couture double aiguille et la couture anglaise.

coutures anglaise double aiguille

© Hast

Couture double aiguille

La première consiste à faire se croiser deux aiguilles simultanément de part en part des tissus plaqués l’un sur l’autre : nous avons donc 2 lignes parallèles de points.

Basique et efficace, ce type de couture reste cependant très industriel et beaucoup moins noble que la couture anglaise.

Couture anglaise

La couture anglaise ne laisse apparaître qu’une seule ligne de couture.

Les empiècements sont enchevêtrés l’un dans l’autre au lieu d’être simplement plaqués. Plus complexe, plus élégant mais aussi plus solide, ce type d’assemblage est clairement le meilleur !

Il plaît beaucoup aux puristes.

Couture anglaise

Bel exemple de fine couture anglaise. On distingue une ligne de couture, la seconde étant invisible. Au passage, notez le travail de la soie, tissée de façon à créer un faux relief… Et très agréable à porter en plus !

Les emmanchures de la chemise

L’emmanchure est un élément crucial d’une chemise, tant au niveau du confort que de l’esthétique.

Si la chemise est choisie à la bonne taille, la couture de l’emmanchure se superpose à la cassure naturelle de votre épaule.

emmanchure chemise épaule

Une belle ligne sur l’os de l’épaule

Au niveau de l’aisselle, on entend souvent que la jointure doit être parfaite et former une croix. C’est vrai dans la plupart des cas… en prêt à porter.

Cependant, la panacée d’une emmanchure haut de gamme présente une couture décalée !

La fameuse emmanchure décalée.

La fameuse emmanchure décalée.

On verra donc les jointures se manquer d’un ou deux centimètres. Pourquoi ? Tout simplement dans le but de faciliter le mouvement du bras, et d’éviter la formation de plis lorsque vous bougez.

Ne vous attendez pas à un changement radical dans le confort… Bien malin sera celui qui pourra faire la différence, sans regarder les coutures. Mais ça reste un joli détail, uniquement accessible sur du très haut de gamme (plus de 200 € la chemise, à part chez Husbands).

Le dos de la chemise : affaire de goûts

Il existe différentes façon se travailler le dos d’une chemise, selon le style et surtout l’utilisation que l’on veut en faire. Certains détails apportent une plus grande aisance lors du port et des mouvements, en revanche ils sont un peu moins esthétiques et vous compliqueront le repassage.

D’autres comme les pinces viennent cintrer la chemise au niveau des reins et épouser la cambrure du dos, ce qui n’est pas possible lorsque l’on a qu’un cintrage sur les côtés… Mais les lignes de couture dans le dos ne sont pas forcément du goût de tout le monde !

dos maison standard

La coupe de la chemise en oxford chez Maison Standard.

Je vous conseille d’être particulièrement vigilants sur la réalisation des plis et des pinces : le moindre petit défaut comme un tissu mal plié et cousu ou une pince irrégulière se verra immédiatement.

dos chemise

© Swann & Oscar

 

Un col rigide et net

Le col signe la chemise, lui donne sa tonalité, son élégance, sa noblesse : le col, c’est sacré !

Le syndrome du col mou

C’est l’élément d’une chemise vu en premier, il doit être vraiment impeccable, cousu avec régularité.

Soyez exigeants sur sa rigidité car il est hors de question d’accepter un col molasson sur une chemise formelle qui va plier dès que vous tournerez la tête.

Donc sauf si vous êtes en présence de chemises casual aux cols parfois plus relâchés, assurez vous d’avoir une tenue parfaite et une épaisseur conséquente.

Des baleines de renforts en métal (souvent cousue à l’intérieur du col) ou en plastique (amovibles) viendront, dans l’idéal, maintenir des pointes de col nettes.

Un beau col semi-cutaway comme le propose Hast.

Un beau col semi-cutaway comme le propose Hast.

Montage du col : thermocollé / col flottant

On oppose souvent cols thermocollés et cols flottants.

S’il est vrai qu’un col entoilé est plus noble, on trouve aujourd’hui d’excellents thermocollés présentants l’avantage de se repasser bien plus facilement.

Petite astuce pour les reconnaitre, faites glisser votre doigt le long de l’encolure en partant de l’intérieur vers les pointes : si un petit plis de tissu se forme, vous êtes sur un col flottant.

A la base du col, cette bande composée de 3 épaisseurs de tissus assure un maintient essentiel du col autour du cou.

A la base du col, cette bande composée de 3 épaisseurs de tissus assure un maintient essentiel du col autour du cou.

A la base du col, la partie en contact avec votre cou est idéalement une triplure, soit 3 empiècements de tissu superposés. Apportant maintient et robustesse au col, la triplure sera soit tissée soit thermocollée, bien que la dernière option soit la plus courante et satisfaisante en terme de qualité.

Cependant, une colle bas de gamme donnera à la triplure un aspect cartonné désagréable, et risque de faire cloquer le tissu. Il est alors souhaitable de garder à l’esprit que cette base du col, bien qu’épaisse, ne doit pas être rigide.

L’immense majorité des chemises ont des cols thermocollés très satisfaisants (vraiment). Les cols avec une triplure libre sont assez coûteux et n’existent que sur des chemises à 250 €.

Si le rendu, la tenue et la longévité sont incomparables, ils demandent une technique un peu différente au repassage, c’est ce qui fait son charme 🙂 On remarque parfois un espèce de drapé très léger qui donne une touche plus naturelle, difficile à expliquer, au col. Bref, c’est un détail très « Pitti » !

C’est aussi un col qui suscite de nombreuses interrogations, comme sur De Pied En Cap. À noter également, comme Hugo de PG l’évoque, les puristes adorent, mais les novices l’interprètent comme un défaut.

Les poignets de la chemise

Il est vraiment possible d’en faire un détail personnel selon la forme que vous choisirez, sans parler des courantes broderies fines des initiales.

Mais nous aborderons ces détail de style plus tard !

Si cela peut tenir tout seul, c'est qu'en terme de rigidité on est bien !

Si cela peut tenir tout seul, c’est qu’en terme de rigidité on est bien !

Une bonne manchette sera suffisamment rigide pour conserver un bel arrondi autour du poignet, avec des coutures là encore bien fines et régulières.

Le passant du bouton sera finement surpiqué, et il n’y aura surtout pas de fils qui dépassent dans tous les sens.

Au niveau du poignet, vous retrouverez probablement la fameuse patte capucin (qu’on ouvre pour mieux repasser la chemise), et là encore on veut sur les bords des points fins, réguliers et alignés, et si possible un renfort au bout.

Sur le très haut de gamme, on trouve parfois des travettos sur les capucins, ces petits renforts qui ne peuvent être faits uniquement à la main. En prêt-à-porter en France, à ma connaissance, seuls Husbands et Howard’s proposent des chemises en toute petite série avec ce détail-là.

Voilà ce qu’est un beau travetto !

Les hirondelles de renfort

Parfois oubliés car cachés à l’intérieur du pantalon : les bas de chemise.

Qu’il s’agisse d’un bas liquette (bas arrondi), droit ou simplement fendu, ne négligez pas la qualité de la découpe et des coutures évoquées plus haut.

Sans oublier, surtout pour les bas liquette, l’indispensable hirondelle : ce petit renfort de tissu, souvent ton sur ton, vient protéger la jointure des empiècements dos et face, évitant les déchirures liées au port.

C’est d’autant plus important dans le cas d’une chemise que vous porterez sans la rentrer dans le pantalon, et qui serait ajustée : dès que vous vous asseyez, toute la tension du mouvement se reporte sur cet endroit fragile.

hirondelle de renfort chemise

De jolis boutons en matières naturelles

Les plus belles marques de chemises utilisent de la nacre véritable.

Et si poser le bouton en question sur ses lèvres pour voir s’il est bien froid n’est pas forcément très élégant, trouvez un coin pour le faire discrètement car c’est un test efficace pour reconnaitre de la nacre véritable.

boutons office artist

Nacre cousue en croix.

En qualité de nacre, il y a la Mother Pearl (la Roll’s), la Shell River et le troca. Ce genre d’information n’est pas vraiment accessible au consommateur de base, mais notez bien que plus le bouton en nacre est épais, plus le reflet est blanchâtre, et plus vous êtes sur de la nacre haut de gamme.

Mais je rappelle que des beaux boutons en plastiques, c’est très bien aussi, c’est moins cassant, et ça évite de payer une fortune cette chemise !

En ce qui concerne le type de cousu, il est vrai que les boutons cousus en croix ou en patte d’oie sont plus solides que ceux cousus en parallèle.

Cela étant, comme toujours, si une couture (de tout type) vous semble robuste et réalisée avec un fil solide, inutile de vous poser plus de questions.

Mother of Pearl Bouton Chemise Nacre

La nacre la plus haut de gamme qui puisse exister dans toute la galaxie

Des doublures de manches fantaisie ?

Pourquoi pas ! Quelques motifs ou couleurs à l’intérieur de la manchette donnent du relief lorsque vous retrousserez les manches.

Mais comme toujours, on s’assure que les doublures soient bien cousues. Il arrive en effet que certaines doublures soient légèrement plus longues ou taillées différemment que l’extérieur, ce qui peut générer des plis disgracieux.

Les éléments esthétiques de la chemise pour homme

Les différents styles de coupes

Grosso modo, on trouve 3 coupes majeures.

La coupe cintrée

On sait que les femmes sont réceptives à une carrure masculine bien dessinée.

La coupe cintrée est justement celle qui valorisera le plus les épaules et le torse dans l’esprit d’un V.

Pour ce faire, on va « creuser » les flancs et restreindre l’amplitude de l’emmanchure : ainsi taillée, la chemise réduit le volume du torse pour accentuer celui des épaules.

Évidemment, ce genre de coupe ne pardonne absolument rien côté poignées d’amour !

Chemise cintrée

En revanche, attention à ne pas tomber dans le too much : il n’est pas forcément élégant ni confortable d’être moulé dans sa chemise… on a tous déjà pu voir ces boutons en grande détresse prêts à exploser. Donc si elle peut elle être très valorisante pour souligner les courbes masculines du buste, attention à ne surtout pas choisir la chemise cintrée trop serrée, et donc trop petite.

Elles sont déconseillées pour les hommes costauds, ou trop maigres : le cintrage accentuera les volumes disgracieux comme les torses trop fins. Et on sait aussi tous combien il peut être risqué de porter une chemise en popeline trop près du corps en été par exemple…

Dès qu’il y a de grands plis en étoile autour des boutons, et que la chemise s’ouvre un peu sur le torse, c’est que la chemise est trop petite !

Les coupes ajustées

chemise bob carpenter homme

La coupe ajustée dessine le buste et valorise les épaules, tout en étant tout de même plus confortable et plus adaptée au mouvement.

C’est la coupe que nous conseillons.

Pouvant avantager un très grand nombre de morphologie, elle est aussi plus confortable que la cintrée mais aussi plus élégante que la droite.

Sa coupe se rapproche légèrement des flancs sans aller jusqu’à les plaquer et permet donc là aussi de mettre les épaules en valeur.

La coupe ajustée a aussi l’avantage de ne pas gêner le mouvement et laisse circuler un peu d’air entre la peau et le tissu, ce qui est particulièrement appréciable lors de températures chaudes, de stress ou simplement dans une soirée !

La coupe droite

chemise droite

La chemise droite a connu de très beaux jours dans les années 80/90, périodes durant lesquelles la mode (elle existait encore à cette époque) faisait la part belles aux volumes monstrueux qu’il s’agisse des costumes, jeans ou chemises.

Mais aujourd’hui, elle semble complètement dépassée. Peu avantageuse pour qui que ce soit, elle créé souvent un flottement autour du torse loin d’être élégant

On peut en revanche la retrouver comme pièce forte soit dans un esprit vintage, soit chez certains créateurs streetwear ou amateurs de volumes exagérés.

Elle n’est donc pas bannie pour ceux qui savent vraiment comment la porter.

Les différents styles de cols

cols chemise

© Swann et Oscar

Plus que n’importe quel détail, le col d’une chemise en marque l’ADN, le caractère. Rester dans un registre formel n’empêche en rien d’opter pour un col un peu plus original que le sempiternel classique…

Personnellement, j’aime beaucoup le col club (ou col dandy, ou col rond, mais pas col claudine comme on le voit souvent) pour sa forme vraiment originale, très bien mise en valeur par une cravate qui plus est.

Mais le col inversé, en restant strict, confère aussi à la chemise un sophistication remarquable.

cols chemise 2

© Swann et Oscar

Benoît adore les cols cutaway. Ils ont une sacrée allure avec ou sans cravate, comme les cols Lucknow, Lucknow inversés ou les cols officiers qu’on ne peut pas porter avec une cravate. Ils sont décontractés et travaillés à la fois.

Les différents styles de poignets/manchettes

Faites-vous plaisir à ce niveau là, il serait vraiment difficile d’en faire trop ! Entre poignet cassé, carré, rond transformable etc, le choix est vaste :

 

Poignets chemise

©Swann & Oscar

Bref récapitulatif sur comment bien choisir sa chemise

Vous l’aurez compris, acheter une chemise semble simple, mais acheter celle qui vous correspond vraiment est plus difficile.

Aussi, ne vous cassez pas trop la tête sur la finesse du fil, le type de poignet ou le fil de trame… Fiez vous à votre impression lors de l’essayage :

  • Est-ce que la chemise me va bien (coutures de l’épaule / volumes adaptés) ?
  • Est-ce que je la trouve confortable ?
  • Est-ce que la matière me plaît ?

C’est vraiment l’essentiel. Les autres paramètres sont secondaires.

Bien entendu, étudier la confection d’un vêtement permet de reconnaître la qualité où elle se trouve, mais acheter un vêtement fait aussi intervenir son imaginaire.

C’est au fil du temps que l’on parvient à voir ce qui fait la « personnalité » d’une chemise à travers le col, le tissu, la coupe, etc.

Petit à petit, vous découvrirez que certains détails vous plairont plus que d’autres et c’est ainsi qu’émerge sa propre sensibilité vestimentaire.

Sélection de marques de chemise que l’on aime :

Note : cette liste est évidemment loin d’être exhaustive, elle est subjective et reflète des goûts personnels, ne l’oubliez pas ! N’hésitez pas poster vos marques favorites en commentaire.

  • Hast : Les chemises Hast ont le meilleur rapport qualité prix en en entrée de gamme. Pour 54€, vous avez une chemise au col bien défini dans une grande variété de motifs et de coloris.
  • Maison Standards : Dans le même registre que la marque précédente, Maison Standards propose des chemises en oxford bien coupées.
  • SuitSupply : très compétitifs sur les chemises, ils ont une gamme à 59€, une gamme à 79€ et une gamme à 99€. A l’instar de Hast, leur rapport qualité/prix est bon si vous aimez le style italien.
  • Boggi : Pour ceux qui voudraient essayer le style italien à moindre prix. Boggi est connu pour ses cols de chemise bien évasés faisant ressortir la cravate.
  • Office Artist : Jeune marque française, Office Artist se positionne sur des chemises formelles à moins de 100€, avec notamment une couture 7 points au centimètre.
  • Hartford : Marque française de 30 ans, Hartford propose une gamme de chemises décontractées impressionnante et totalement sous-estimée, avec de nombreuses matières japonaises, italiennes ou anglaises. Prenez la coupe Sammy !
  • Drapeau Noir : La marque a fait de la chemise casual sa pièce phare. Un excellent rapport qualité/prix sur des pièces malheureusement trop vite sold out.
  • Norse Projects : Dans le même univers que Drapeau Noir, cette marque propose de nombreuses chemises casual confortables mais bien coupées.
  • Abbie & Rose : Des chemises casual bien coupées, des cols qui tombent bien et une sélection de matières intéressante. Comptez en moyenne 80 euros pour une chemise.
  • Howard’s : Après les cravates, Fred a complètement revu sa gamme de chemises avec son habituelle volonté d’apporter quelque chose de neuf par rapport à ce qui se fait sur le marché. Egalement un très bon rapport qualité/prix pour de la chemise formelle !
  • MELINDAGLOSS : Marque haut de gamme qui propose beaucoup de créativité dans les chemises. Une vraie adresse à envisager pour ceux qui veulent autre chose que du bleu ou du blanc !
  • Marchand Drapier : Benoit Carpentier, éternel créatif, a fait de la chemise l’une de ses pièces phares, avec de nombreuses variations au col et dans les motifs. Indiscutablement, c’est l’une qui propose les chemises les plus créatives.

Et pour rêver un peu… Voici quelques marques de chemise très haut de gamme, pour ceux qui veulent le top des finitions, et avoir une chemise en se disant qu’ils n’auraient pas eu beaucoup mieux.

  • Courtot : On monte en gamme pour s’aventurer dans le monde du bespoke. Comptez 250€ pour goûter à la chemise de conception traditionnelle.
  • Swann & Oscar : marque de chemise sur mesure, avec deux gammes. La première a des prix compris entre 120 et 130 euros, et l’autre entre 180 et 220 euros. A noter que cette gamme dite « sartoriale » propose de très jolies finitions à la main.
  • Husbands : Marque discrète, elle propose pourtant l’un des meilleurs rapport qualité/prix en France sur de la chemise haut de gamme, avec un coupe parfaite. Comptez 180€ pour une chemise qui vaudrait le double n’importe où ailleurs.
  • 100 hands : Une marque de chemise très haut de gamme que nos confrères de Bwyw ont bien défriché.
  • Kalgati : Attention, on sort de la vision utilitaire de la chemise type « il m’en faut une pour aller travailler », pour entrer dans le domaine de l’artisanat. Si, vous aussi, êtes à la recherche de la chemise blanche idéale, vous frappez à la bonne porte. À lire l’excellent article de Parisian Gentleman à ce sujet et celui de Very Good Lord. Pour ceux qui veulent le top du top.
  • G.Inglese : Impossible de conclure un article sur la chemise sans parler de G. Inglese et sa mythique polo shirt. C’est la vraie chemise de grande confection, avec les épaules rabattues à la main, les boutonnières à la main, etc. Ma polo shirt est d’ailleurs l’un des vêtements les mieux coupés que j’ai.
Romain Rousseau A propos Romain Rousseau

Voir un tailleur marquer sa toile m’impressionne, regarder une brodeuse faire virevolter son aiguille me donne des frissons, admirer un cuir parfait me fait sourire. Je suis passionné par le Luxe pour ce qu’il est (rigueur, excellence, amour du beau), et plus encore j’aime partager et transmettre cette passion. [email protected]

Laisser un commentaire

Les commentaires sont validés manuellement, mais tous sont acceptés et publiés avec une réponse (il faut compter 24h en moyenne).

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ugo !

    On a pas testé chez BG, mais j’en ai déjà entendu parler de la part d’autres lecteurs.

    Je t’avoue que je n’ai pas particulièrement eu de retours dessus, donc difficile de dire ce que ça vaut !
    Ca a l’air pas mal sur le papier en tout cas 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Seb !

    Etant assez petit j’ai un peu le même problème, parce que moi ce genre de choses là ça me tasse.
    Honnêtement j’ai pas de réponse. Les goûts et les tendances sur le marché ont un peu évolué vers du décontracté plus… décontracté, donc long et ample aussi.

    Après il faut pas non plus être complètement fixé sur le fait d’avoir un tombé à mi fesses. Du moment que tes fessiers ne sont pas entièrement recouverts ça passe 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Camptip !

    Niveau qualité office artist c’est mieux, sur la chemise !

    Niveau coupe c’est assez proche, les deux sont très fittées !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Camptip !

    Pour ma part je trouve qu’on a été trop catégoriques sur ce point ! (On est parfois obligés de ne pas aller trop dans le détail pour des questions e format, sur les vidéos)

    Disons que tu devrais éviter les gros oxfords bien épais, et surtout, les cols button down qui leur sont souvent associés. Mais en soi, un oxford plus lisse et fin avec le col adapté peut tout à fait faire l’affaire selon moi.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Joe !

    Honnêtement à ma connaissance ces trucs là sont souvent bourrés de synthétique… Je connais pas de marques sérieuses qui en font.

    Après il y a certains tissus (comme des popelines doubles retors) qui se froissent beaucoup moins vite, mais c’est pour d’autres raisons 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Patrick !

    Il y a pas grand chose de bien aux Galleries souvent (je viens d’y faire un tour à Paris), même si petit à petit ils essayent de faire mieux

    Azzaro par exemple c’est à éviter.

    Je sais que Boggi et De Fursac valent le détour et y sont (à Paris en tout cas). Par contre il faudra quand même que tu t’habitues à faire une partie de tes achats par le web, autrement tu vas vraiment manquer une grande partie de l’offre intéressante (en plus aujourd’hui les services clients, SAV, et politiques de retours facilitent tellement la tâche !)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Lucas !

    Pas de coupe ou matière à privilégier, ni de marques spécialisées dans les manches plus courtes !

    Je pense que tu devrais te tourner vers la demi-mesure ! Regarde chez Lanieri et Swan & Oscar !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nicolas !

    Ah oui j’avais pas pensé au détail des rayures !

    C’est vrai que du coup les rayures ne s’aligneront pas « pile tout juste », probablement. Je trouve pas que ce soit un « vrai problème » mais ça en gêne certains, donc à voir 🙂

    Sinon les pinces en soi ce n’est pas inesthétique, c’est même un détail choisi par certains fabricants, qu’il y ait retouche ou non 🙂

  • Euxane Laot

    Hello Glen,

    On a jamais testé cette marque donc je ne peux pas t’en dire plus… En revanche concernant Uniqlo tu ne trouveras pas meilleure qualité pour le prix proposé ! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nicolas !

    Tu peux faire poser des pinces dans le dos par ton retoucheur oui 🙂

    Pour la longueur par contre non. (Mais tu verras, déjà quand c’est plus fitté le rendu en longueur change)

    Chez A.P.C. ce sera du « droit ajusté » aussi, c’est le parti pris créatif de la marque.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Seb !

    Il n’y en a pas des tonnes !
    A part Drapeau Noir, et les marques de denim artisannales (et chères) japonaises, comme Momotaro, Pure Blue Japan etc… Je ne vois pas.

    Tu as des chances de trouver ce qu’il te faut sur le site de Naked & Famous, Tate +Yoko, ceci dit. C’est vraiment le genre de produits qu’ils peuvent sélectionner.

  • Nicolò – BonneGueule

    Taylor Swift ? Haha :p

    Tu me mettras en contact avec le lecteur qui l’a testée hein… Je suis curieux 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pollen !

    On a jamais testé Tailor Store, donc on ne peut pas t’en dire plus.

    Contacte leur service client pour te faire aider 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello David !

    On ne connaît pas la marque donc on ne peut pas trop t’en dire plus. :/

    Je t’aurais bien dit
    http://eu.suitsupply.com/fr/shirts/unicolore-blanc/H698.html

    ici pour la chemise, mais il n’y en a plus. Etant donné que c’est un produit hyper situationnel on a pas beaucoup de marques à conseiller. Tu peux toujours t’en faire faire une sur Swann & Oscar je pense 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ygreck !

    C’est juste des dénominations choisies par les marques :p

    Donc en gros lis la description des fits et tu as ta réponse. Chez Hast il y a un ajusté et un extra ajusté, chez Boggi un Tailored et un custom… (Ajusté et slim…) ça dépend. Il n’y a aucune règle fixe là dessus 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ygreck !

    Elles ont une longueur très normale à vrai dire, mais c’est une longueur de chemises buisness, faite pour être portée dans le pantalon (même si pour moi celle que j’ai de chez eux en 36, coupe ajustée, est tout à fait portable hors du pantalon alors que je ne fais qu’1m73)

    Par contre je ne suis pas sûr d’avoir compris la seconde question… Si c’est une mesure exacte que tu veux, sache que ça ne t’aidera pas beaucoup car en fonction du patronage du reste de la chemise ça peut totalement changer le rendu et le tombé sur les fesses, au final 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Ygreck !

    Drapeau Noir, Boggi, Hast, et Office Artist 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean !

    Il faut demander aux services clients des marques ou des eshop pour les questions de taille, c’est à eux de t’indexer et en plus ils le feront mieux que nous sur leurs propres produits 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Mathias !

    Suitsupply et Boggi !
    Tu es pile dans le budget ET dans le style en plus 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Samuel !

    Ah alors dans ce cas je demanderais effectivement un ou deux centimètres de moins pour la prochaine à ta place 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Samuel !

    Une fois fermé c’est tout à fait raisonnable, tout va bien 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Théo !

    Ca marche, mais je trouve personnellement que c’est mieux d’avoir une chemise casual-chic pour ça !

    C’est exactement comme ce que je disais quand on nous a demandé (à de nombreuses reprises) pourquoi on disait que les richelieu ne sont pas idéales dans un registre casual : ça peut le faire, mais il y a quand même un air « buisness » qui persiste dans la tenue casual 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jeje !

    Le rouille fonctionne bien avec les tons terre (marron clair, beige, ocre), ainsi que les bleus clairs si tu souhaites accentuer le contraste.

    Pour le vert, si c’est du vert sapin et pas du kaki, c’est un poil moins accessible (ça fonctionne surtout avec du bleu, du kaki, et du marron)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jeje !

    Noir pour la chemise, ça me paraît être une mauvaise idée, c’est pas joli et pas forcément très bien connoté si tu veux mon avis.

    Du coup ça ne m’étonne pas qu’Hast n’en propose pas vu que ce n’est pas de très bon goût non plus.

    Mais tu peux effectivement utiliser tes chemises un peu plus habillées dans des tenues plus décontractées (du moins tant qu’elles n’ont pas une forme de col trop imposant ou des poignets mousquetaires pour boutons de manchettes)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Vince !

    Des coupes bien ajustées, en général dites « slim » ou extra ajustées ! (Mais pas du moulant non plus attention)

  • ça m’a lair un poil long, mais c’est parce que tu les as laissées ouvertes, non ?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Elldc !

    Hello Laurent !

    Alors malheureusement, ça c’est pas de bol. Benoît a ce problème aussi, et il ne boutonne tout simplement presque jamais ses chemises jusqu’en haut. (Mais du coup il porte rarement des cravates.)

    Pour ce qui est du bouton du col, tu peux tricher et le faire décaler par ton retoucheur d’un petit cm, mais pas plus.

    La meilleure solution reste la demi-mesure.
    Je te conseille Swann & Oscar, ou Blandin & Delloye ainsi que Louis Purple.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sébastien !

    Ca a l’air nickel dans ce cas, merci beaucoup pour le retour 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Meli !

    Oui, on ne te recommande pas forcément la marque. En fait la qualité peut varier énormément d’un modèle à l’autre…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Raphael !

    Ce n’est pas prévu. :/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Pascal !

    Alors effectivement, si tu as pas mal d’embonpoint, les Hast ne t’iront peut-être pas étant donné qu’elles sont ajustées.

    Essaye de voir si tu peux commander des coupes moins slim chez T.M. Lewin. La qualité est juste correcte mais par contre niveau prix c’est très intéressant et c’est un bon début pour te faire un stock de chemises !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fabien !

    Pas forcément une marque que l’on recommande parce que la qualité peut-être très variable, notamment sur leurs collections « ventes privées ».

    Le type de tissu employé variera d’un modèle à l’autre 🙂

  • sebastien

    Sans problème 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Sébastien !

    Ca a l’air intéressant, mais on ne connaît pas donc on ne peut pas t’en dire plu ! Si tu passes commande n’hésite pas à nous faire un retour sur tes achats 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean !

    Regarde chez Saint Sens et Swann & Oscar 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean !

    La popeline c’est très lisse comme tissage, du fait de la densité de celui ci, donc parfois légèrement brillant. Mais rien avoir avec la soie non plus 🙂

    Pour le pli c’est selon ton envie. Si c’est à ta taille ça ne changera rien de toutes façons 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Simon !

    Dans la première photo, c’est vraiment du costume 100% buisness. Ca n’a rien de si « risqué » que ça (les rayures font un peu « patron » mais c’est encore autre chose), par contre c’est totalement hors contexte pour sortir ou en W.E.
    C’est un amalgame que font beaucoup les américains : buisness suit = elegance, et c’est faux.

    Le seul vrai souci de cette tenue c’est la cravate blanche sur la chemise blanche. Le seul cas où ce genre de chose se fait c’est un noeud pap’ blanc dans le cas d’un smoking dit « white tie », dress code très précis et uniquement pour certaines occasions très formelles et cérémonielles. (Commémorations, dîner d’Etat…)

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Simon !

    Pour le coup, 90% des chemises sont en coton. La question c’est de savoir quel type de tissage c’est, ou quel type de coton même.

    Ca peut être une popeline, un oxford, un dobby, un twill, ou même une flanelle…

    Par contre je ne vois pas trop ce que tu veux dire par « elle accroche avec le vêtement ». Si tu parles du fait que ce n’est pas aussi facile à enfiler et à bien mettre qu’avec un t-shirt… C’est normal si c’est une petite maille bien fittée haha. 🙂

    Il faut juste bien ajuster ta chemise et ton pull (Hé oui, ça te fera deux minutes de plus le matin…). Ca fera avec n’importe quelle chemise, je pense. 🙂

    J’ai vu le film. Le personnage de Ryan a de l’idée c’est sympa !

    Après mes reproches à moi niveau stylisme c’est que les vestes sont souvent un poil trop courtes, les tissus trop lisses (costume ne veut pas forcément dire tenue de bureau, au contraire !), et surtout, il y a pas mal de padding aux épaules, ce qui donne une silhouette quand même moins naturelle et très (trop ?) structurée.

    Et son gros gros point noir, c’est qu’il faut qu’il arrête les chaussures pointues à bouts quasi télescopiques… Haha.

    Très sympa ceci dit comme film, ça illustre bien (même si c’est exagéré) l’impact que peut avoir le changement de style vestimentaire sur la vie d’un homme. 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Va chez Hast !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Dany !

    Je ne connais pas mais ça n’a pas l’air mal pour des chemises sous les 100 euros. Les coupes sont effectivement assez droites.

    Par contre on a à peu près le même genre de morpho (en gros je suis quand toi quand je n’ai pas arrêté le sport depuis plus d’un an, comme actuellement haha) et je te déconseiller fortement la coupe droite… Ca ne se compense pas vraiment avec d’autres pièces pour le coup :/

    Pour du casual chic, la base c’est jean + blazer et chemise, mais c’est important d’avoir une chemise adaptée…

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello !

    Levis c’est souvent un peu cher pour ce que c’est (malgré une image de marque qui peut faire penser le contraire.)

    Uniqlo c’est bien au vu du prix 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Loïc !

    Jamais testé personnellement mais ça a l’air d’être de la vraiment bonne qualité de ce que j’en vois. (Les finitions ont l’air au top, et les matières aussi, et l’e-shop respire le petit atelier italien planqué qui bosse bien !)
    Moi je dirais que tu peux y aller sans risque.

  • Scavs

    Disqus et ses notifications random lol, j’ai eu la notification dix ans plus tard haha;). Bah ça reste des chemises formelles (jamais testé leurs chemises casuals), du coup la longueur dos est effectivement longue (voire très longue pour certains). Me concernant je n’ai jamais eu de problèmes avec leurs chemises (sur leur haut de gamme, les 130 à 160 euros), j’ai qu’une chemise entrée de gamme chez eux (celles à 90 euros donc) mais je ne l’ai porté que très peu de fois donc je ne dirai rien là-dessus. Me concernant j’ai préféré tout acheter sur leur eshop pour éviter de tomber sur les versions au rabais venant des usines de déstockage ou ceux qui proviennent des sites web comme « ventes privée ».

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nestor !

    Ca peut-être joli et original !
    Veille a rester cohérent sur les proportions et les couleurs tout de même 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Stiiipes !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Henri !

    Je ne sais plus, mais si tu trouves des baleines chez cette marque tu peux acheter sans trop te prendre la tête pour ce genre de produits… Ca se vaut à peu près partout.

    (Sauf si l’on parle de baleines en nacre qui sont un pur petit luxe, comme celles proposées chez Monsieur London. )

  • Nicolò – BonneGueule

    C’est normal d’un côté parce que ça veut dire qu’on essaye d’avoir une approche rationnelle de la mode, plutôt qu’impulsive, mais il faut savoir se poser des limites aussi haha 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Jean-Chris ! 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Philippe !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Walter !

    Oulah, attention à l’overthink !
    Choisis tout simplement une chemise qui te paraît fitter comme il faut quand tous les boutons sont fermés. 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Au temps pour moi, j’ai parlé un peu vite, Swann & Oscar ne fait que de la mesure industrielle, ils ont une offre sartoriale extrêmement attractive. Vincent, de S&O, apporte quelques précisions très intéressantes :

    « Swann & Oscar ne fait pas que de la mesure industrielle, nous avons en effet développé depuis presque 2 ans une offre « sartoriale » afin d’offrir le meilleur à nos clients. Il d’agit d’une fabrication semi-artisanale (boutonnières et boutons cousus à la main, épaules et cols rabattus main, emmanchures décalées etc.). Nous proposons sur cette gamme des tissus de chez David John Anderson, les plus fins et les plus soyeux au monde. La collection y est renouvelée deux fois par an : denim et flanelle à carreaux l’hiver, lin et zéphyr colorés l’été.

    C’est une chemise qui rivalise avec les meilleurs chemisiers Parisiens dixit nos propres clients qui viennent de chez Courtot ou des chez Charvet pour cette offre.

    Les prix débutent à partir de 189/200€ et peuvent atteindre 300/350€ pour les plus belles étoffes en 300/2 – nous sommes donc très compétitifs sur cette chemise haut de gamme par rapport au marché. »

    A noter que PG en parle également ici : http://parisiangentleman.fr/2015/05/24/la-nouvelle-gamme-de-chemises-sartoriales-chez-swann-oscar/

  • Nicolò – BonneGueule

    Hé bien c’est un pied de poule !

    Ce n’est pas un motif en réalité, mais bel et bien un tissage qui donne un motif 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean Onche Onche Onche. 😉

    Je te déconseille fortement la chemise noire. On déconseille déjà souvent le port de cette couleur beaucoup moins polyvalente que l’opinion commune ne le laisse croire. Mais quand il s’agit de la chemise, c’est en plus plutôt mal connoté.

    Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que de tête je ne vois aucune marque avec un bon rapport Q/P d’entrée de gamme qui en propose. (Ni Hast, ni Maison Standards…).

    A part Zara je ne vois pas trop du coup.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Théo !

    Malheureusement personne dans l’équipe ne possède de TM Lewin mais c’est vrai que j’ai entendu de bons retours sur eux. Du coup n’hésite pas à contacter leur service client pour tes questions.

    Pour le tissage c’est un pied-de-poule. Je parierai sur du coton étant donné que c’est le cas de 90% des chemises, mais on ne peut pas le voir comme ça 🙂

    EDIT : c’est écrit, c’est du coton 😉

  • Benoit – BonneGueule

    Non, je pense que Swann & Oscar c’est de la mesure industrielle (mais c’est bien moins cher que Coutot ne l’oublions pas).

  • Benoit – BonneGueule

    Je n’ai jamais vu la chemise sous mes yeux, mais j’ai déjà vu la matière avec laquelle elle est montée, et ça en jette, et le type de finitions sur des produits équivalents.
    Alors oui c’est vrai, on ne voit pas de chemise portée, mais le fondateur de Kalgati est réputé pour sa grande gentillesse, je suis sûr que si tu lui demandes s’il a quelques photos de la chemise portée, il te répondra sans problèmes 😉 Mais vu le soin apporté à la coupe (22 patrons dessinés à la main, plus aucune grande maison ne se paie le luxe de faire ça).
    En comparaison avec les autres, ta question est compliquée, parce que la réponse ne peut être que « bien/moins bien ». C’est totalement binaire et inadapté sur ce genre de produit. C’est comme si tu me demandais de comparer des marques de montres comme Tudor et Rolex. Je te dirai que ce sont de beaux produits, fiables et éprouvés, mais l’un des deux pousse le sens des finitions et la qualité des matériaux beaucoup plus loin. A toi de voir jusqu’à va ton degré d’exigence, ou ton amour des belles choses… tout en sachant que des montres « juste pour lire l’heure » ça existe aussi à 50 € !
    C’est pareil ici avec Kalgati. Mais vu le prestige de la matière, je ne suis pas étonné du prix….

  • Romain Rousseau

    Merci Tiago !
    Comme le dit Nicolò, Massimo Dutti propose des styles intéressants avec des détails sympas (petits empiècements en cuir, doublures…). Mais effectivement niveau qualité, c’est vraiment pas top : j’ai été très déçu sauf sur un polo qui tient parfaitement bien. Après j’imagine qu’il y a de nombreux sous traitants et que certains produits sont mieux fabriqués que d’autres.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Thierry !

    Idéalement des poignets biseautés. Mais ça n’est pas impératif non plus.

    Pour les cols, quelque chose de rigide plutôt (moins casual). Par exemple du cuttaway ou semi cuttaway.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Matthieu !

    C’est un second choix acceptable mais il ne faudra pas t’attendre à quelque chose d’exceptionnel (normal vu le prix).

    Si tu es sur un budget serré va plutôt chez Massimo Duti ou Anthony Garçon.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Tiago !

    Bexley est plutôt à éviter car la qualité est très basse (même si les ventes par lots peuvent être alléchante, ça devient de la chemise « consommable et jettable »).

    Massimo Duti est un entrée de gamme intéressant. Ca ne durera pas des années mais je trouve que l’offre est sympathique notamment du fait de la variété des matières, des coupes…

  • Scavs

    Moi je trouve que c’est une bonne marque pour des chemises formelles mais créativement c’est assez classique et triste. Leur ligne détente est visuellement d’un autre temps (design pour papa/grands-pères, j’ai rien contre les vieux hein car je suis un daron moi-même). Mais si grâce à Bonnegueule tu es devenu exigeant et que tu recherches la qualité maximale avant tout, je te conseille de tester directement leur ligne haut de gamme pour te faire ton propre avis (la ligne « Couture »), qui reste cher (160 euros) mais si t’attends les soldes/ventes privées elle sera à -50% ou -60%, donc un prix plus juste. Je pense qu’il est inutile de tester leur ligne entrée de gamme (ceux à 90 euros), à ce prix-là, beaucoup de marques font mieux dans leur entrée de gamme dans les finitions comme Hast par exemple. Le test de Comme un Camion est étrange, c’est dommage que le testeur n’a pas choisi une chemise plus classique, d’autant plus qu’il a testé la ligne « Sélection », qui est une ligne qualitative chez Café Coton. Il a testé une chemise en lin, qui sont en plus des coupes droites et amples, et s’étonne après que c’est ample, alala…car à part chez BG, je n’ai jamais vu de chemises en lin vraiment fittées, et même ceux de BG en lin restent un peu plus amples que leur ligne classique (car ça serait inconfortable sinon, un comble pour un tissu d’été).

  • Romain Rousseau

    Merci à toi Alexandre !
    Ecoute franchement, j’ai une chemise de eux eux dont je ne suis vraiment satisfait, la confection est vraiment bonne, et leur état d’esprit me plait vraiment beaucoup. C’est d’ailleurs une chemise Swann & Oscar que j’ai utilisé pour illustrer les points de couture fins et rapprochés. Je te conseille -si tu le peux- de te déplacer dans leur boutique pour une première commande chez eux.

  • Benoit – BonneGueule

    J’ai jamais testé mais j’ai entendu de supers retours pour le prix.

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour (flatteur, aussi), LpL 🙂

  • He.meurice

    J’ai le probleme que toi niveau taille, je viens de me choper ca en 36 suis vraiment pas decu. Cintré comme j’aime, le tissu est top.
    http://www.office-artist.com/fr/accueil/120-chemise-flr.html

  • LpL

    Suite à un voyage à l’ile Maurice d’ou cette marque est originaire, j’ai acquis 4 ou 5 chemises de cette marque. Heureusement, je n’ai pas renouvelé l’expérience, car ni les tissus utilisés ni la qualité des finitions ne sont au niveau de BG.

  • Romain Rousseau

    Oui la popeline est difficile à repasser si son titrage est élevé (et que sa fibre est donc fine et longue). Le twill est l’une des matières les plus faciles à repasser, et l’oxford est relativement docile également. Mais là je parle d’expérience, techniquement je ne saurai t’en dire plus.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Suit !

    Non c’est tout à fait juste !

    Cependant nous n’avons pas toujours les moyens et le temps de trouver la photo qui correspond parfaitement à ce qu’on veut montrer qui ne soit pas de BonneGueule. Parfois, utiliser une photo de nos shootings nous permet de bien expliquer notre propos, sans compter tous les autres avantages : pas de problème de copyright, compression parfaitement optimisée pour le chargement de la page, etc

    Quoi qu’il en soit, on ne met JAMAIS de lien vers l’eshop. Si l’on met la référence du costume c’est simplement parce que l’on finira par nous demander plusieurs fois « d’où vient la pièce ? » dans les commentaires, autrement. Du coup on économise du temps pour le monde en la mettant dès le départ. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Léonard !

    C’est plutôt correct pour le prix, surtout quand il y a des promos par lots, mais il faut faire attention à éviter les ventes privées. (J’ai souvent entendu dire qu’il y en avait qui était produites uniquement pour les VP, d’une qualité nettement inférieure)

  • Nicolò – BonneGueule

    Haha pas simple, pas simple 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton commentaire Baboochka 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Fred !

    Merci pour ton retour sur cette marque !

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Karim !

    De quelle photo parles-tu ? Il n’y a pas de Thibault dans les illustrations sur cette article 🙂

    Si de Rémy (le grand et mince bonhomme barbu avec des lunettes qui porte une chemise bleu clair) que tu parles, effectivement il y a quelques imperfections mais c’est morphologique et c’est normal de ne pas toujours correspondre aux patrons d’une marque quand on est dans le PàP.
    (Pour info c’est une chemise « unisexe » Bob Carpenter donc ça explique aussi ce genre d’approximations)
    Je pense qu’une taille au dessus aurait été carrément flottante. 🙂

  • Romain Rousseau

    Salut Jerem, et merci !
    Le repassage dépend beaucoup de ton fer, selon qu’il soit une centrale vapeur ou un fer classique, qu’il ait tendance à beaucoup chauffer ou non (certains fers sont plus précis que d’autres) etc. Mais globalement, j’aurai tendance à dire que moins c’est chaud, mieux c’est, et que la vapeur est une alliée indispensable pour un bon repassage : c’est valable pour de très nombreux tissus. Concernant la soie, contrairement à ce que l’on croit, elle doit être repassée : la chaleur et un peu de vapeur vont détendre la fibre qui se rétracte au lavage.

  • Romain Rousseau

    Merci beaucoup Abdelhamid (une fois de plus) 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Jean !

    Pour le coup ça ne dépend pas vraiment de la qualité d’assemblage de la chemise, mais avant tout du tissu employé.

    Les chemises Hast sont excellentes si l’on considère le prix, mais il n’y a pas de miracles non plus. Ca dépend avant tout des tissus. Je dirais que ça a moins de chance d’arriver sur leur gamme premium, naturellement.

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Nicolas !

    Merci pour ton retour.

    Il est préférable de les ôter avant le lavage (et le repassage), tu as un petit risque d’abimer ta chemise si tu ne le fais pas.

  • jerem

    hello, merci pour l’article qui est au top !
    J’aurais aimé un petit laïus sur le repassage en fonction des différents types de tissus oxford, popeline etc.
    Merci !

  • Damien

    Superbe article !

    Par contre je me pose des questions sur café coton ? les prix paraissent attractif par rapport aux finitions proposées. Parfois même a s’en poser des questions.
    Comme un Camion a rédigé un article sur cette marque que le rédacteur approuvait.
    Qu’en pensez-vous ?

  • Nicolas Duclos

    Pas mal la chemise d’agent immobilier!

    Trêve de plaisanterie. Merci BG pour cet article encore une fois très complet. Voilà tous les
    éléments à prendre en compte avant l’achat d’une chemise.

    Pour ma part, j’ai tendance à me contenter de chemises de qualité
    convenable, sobres, blanches ou bleu ciel, car je considère la chemise comme le
    consommable du dressing homme. J’évite la coupe droite, je vérifie la taille et la présence d’une hirondelle. De temps en temps je m’offre une petite coquetterie sur le col (italien, club ou officier). Et je ne me pose pas plus de questions que cela.
    Je suis assez frileux sur les motifs…

    Petite question : dans le cas de baleines amovibles, est-il préférable
    de les ôter avant le lavage?

  • Hello Gabriel,

    En général c’est du nacre, mais ils aiment bien les boutons originaux (coco, carton, corozo, corne, etc.). Parfois des acétates aussi quand ils veulent donner de la transparence (ça peut être un choix sympa si les boutons sont bien réalisés).

    Bonne soirée,
    Geoffrey

  • Abdelhamid Niati

    Article indispensable à conserver et à partager.

  • Gabriel V

    Haaaaa les chemises Bogosse ca fait rever….. °-°
    Bon plus sérieusement, j’ai une question…les boutons des chemise Melinda gloss sont faites en…quoi ? Nacre, plastique ? J’ai beau examiné, je trouve pas, parce que c’est precisé que sur certains model sur leur e-shop… –‘
    Merci

  • Romain Rousseau

    Merci à toi Pierre !
    Cette chemise vient de chez Roberto Cavalli. Encore une maison écrasée par les préjugés -souvent, en tout cas- mais ils ont des matières absolument incroyables. Ce coton est tissé dans un esprit damassé, ce qui donne cette texture si particulière que l’on voit surtout sur la manchette. Et le cliché de la chemise soie bleue vient de la même maison, mais j’ai l’impression (à confirmer parce que ça fait un an que je suis pas allé voir le produit de près) que ces matières assez merveilleuses ont tendances à se raréfier.

  • Romain Rousseau

    Effectivement merci pour ton retour, car le processus que tu décris est hyper intéressant ! Et à mon sens les articles de conseil viennent en complément de cette « expérimentation » dans laquelle tu es engagé pour la guider. Mais en tout cas, en ce qui me concerne, c’est en arpentant inlassablement toutes sortes d’enseignes que j’ai acquis certaines connaissances 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Merci pour ton retour Gouhouf !

    C’est normal lorsque l’on débute.
    Petit à petit à force d’avoir déjà vu pas mal de produits, tu saura te faire une véritable idée de ce qui est proposé sur un site, tant en terme de coupe que de qualité, à partir d’une photo et d’une description.

    Mais pour ça y’a pas « une astuce » qui marche à tout les coups : faut emmagasiner de l’expérience. 🙂

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Antoine.

    En soldes c’est ok, sinon il y a mieux 🙂

  • Antoine S

    Un avis sur les chemises De Fursac peut être?

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Matthieu !

    C’est une question très intéressante.

    En fait, la différence de prix se situe justement dans la matière.

    Le cachemire est effectivement plus luxueux et coûteux que la laine, mais… Il y a différentes qualités de cachemires et différentes qualités de laines. Et un « mauvais cachemire » (ça reste du cachemire tout de même), coûte beaucoup moins cher qu’une bonne laine ou qu’une excellente laine.

    Regarde les fabricants des deux matières : tu as d’un côté, Filarte, qui est probablement moins qualitatif (en tout cas, moins connu), et d’un autre, la fameuse filature Vitale Barberis Canonico, réputée mondialement pour la qualité de ses draps de laine.

    Tu as donc ta réponse 😉

  • Nicolò – BonneGueule

    Hello Alcandre !

    Au contraire, pas de dogmatisme, c’est bien de diversifier et de comparer ses sources, tant qu’elles sont bonnes. 🙂

  • Benoit – BonneGueule

    Oui tout à fait !

  • Benoit – BonneGueule

    J’ai eu de très bon retours sur la marque mais je n’ai jamais testé ! Pour de la chemise formelle, c’est top !

  • Benoit – BonneGueule

    J’ai jamais testé !

  • Benoit – BonneGueule

    De changer de marque malheureusement, elle sera forcément trop grande. Rattrape toi sur SuitSupply !

  • Benoit – BonneGueule

    J’ai eu de bons échos sur Eton mais j’ai jamais testé…

  • Jean-Baptiste

    Super article! Je suis justement à la recherche d’une nouvelle chemise.
    Toutefois, ETON me semble être une marque intéressante, spécialiste scandinave de la chemise, elle vaut le détour.
    A+
    Jean-Baptiste

  • Cedric

    Bonjour,et merci encore pour cet article.
    Je fais un 36 chez hast, ainsi qu’un S chez vous, et je désirerai acquérir une chemise chez BOGGI. Seulement mon problème est le suivant: il ne démarre leur sizing qu’en 38.
    Que me conseillez vous de faire?

  • Loric

    Bonjour,

    Super article, et super bonne idée ces « Guides ultimes » sur chaque pièce de notre vestiaire!

    Avez-vous un avis sur la marque de chemise Eton?

  • Hello Arsène,

    On aurait pu citer des dizaines d’autres marques, mais on s’est dit qu’on préférait guider les gens que de dérouler un article encyclopédique qui fait déjà presque 6000 mots ^^

    Opalona c’est assez confidentiel mais oui ça aurait aussi pu apparaître, tu as raison 🙂

    Très bonne soirée,
    Geoffrey

  • Salut Fred,

    Merci pour ton retour.

    En fait on ne tient compte que de la taille, ou plus précisément de la largeur d’épaules (et non de la répartition du volume dans la nomenclature) car
    c’est justement là que les coupes interviennent. Une coupe = une morphologie.

    À toi de trouver les bonnes coupes qui te vont : ça ne peut se faire que par les essayages et l’expérience…

    Car si pour une même chemise tu traitais 3 silhouettes, ça te ferait 3 x 5 (XS S M L XL) = 15 sous-tailles !

    A bientôt,
    Geoffrey